L’École dans le Centenaire de la Première Guerre mondiale : des enseignants et des élèves engagés

Le cycle du Centenaire a donné lieu à une mobilisation importante des établissements scolaires sur tout le territoire. Plus de deux mille projets d’établissements ont été engagés dans des productions d’élèves, pluridisciplinaires et souvent innovantes.

Invités à participer aux grands rendez-vous commémoratifs qui ont jalonné le Centenaire, ils ont par leur présence, montré combien la confiance qui leur a été accordée était à la hauteur de leur engagement et de leur conscience citoyenne en devenir.

Il sera bientôt temps de dresser un bilan pédagogique des plus de 2 000 projets portés par la communauté scolaire dans le premier semestre 2019.

Des territoires vivants

D’ores et déjà, la somme des ressources réalisées et visibles sur centenaire.org témoigne d’une réflexion collective sur les pratiques de classe et le rôle de l’École qui dit l’implication des équipes au plus près du terrain.

Je souhaiterais ici revenir sur le deuxième volet de l’action pédagogique menée par la Mission du Centenaire en lien étroit avec le ministère de l’Éducation nationale et la Jeunesse et le « terrain ». Et lorsque l’on évoque le terrain, il s’agit des écoles de villages, des collèges en REP plus de l’académie de Lille, de Clermont-Ferrand ou de Versailles, des lycées généraux et professionnels de centre-ville mais essentiellement de territoires difficiles.

Ce sont finalement ces derniers territoires vivants qui ont engagé le plus grand nombre de classes, d’élèves, d’équipes enseignantes dans l’aventure commémorative. Trouver des pistes pédagogiques innovantes, donner du sens aux apprentissages à travers des projets concrets, amener des élèves en rupture culturelle « hors les murs », aux archives ou aux musées : voilà pour beaucoup d’enseignants des périphéries sociales et scolaires, un enjeu majeur de leur mission de transmission.

Placer les élèves au cœur de la cérémonie :
une évidence constante

En septembre 2014, à l’occasion du centenaire de la première bataille de la Marne, un millier d’élèves de l’académie de Reims ont été rassemblés à proximité du château de Mondement (Marne) pour assister à la cérémonie nationale présidée alors par le premier ministre Manuel Valls. À l’initiative de la Mission du Centenaire, l’un des jeunes est invité à prendre la parole pour lire un texte, une « adresse de la jeunesse aux politiques », rédigé par les élèves dans le cadre d’un travail préparatoire mêlant lettres et histoire. À l’issue de la cérémonie, des élèves du lycée La Fontaine du Vé (Marne) interviewent le Premier ministre dans le cadre d’un projet de web-radio, disponible ensuite sur un site dédié qui agrège différents podcasts portant sur des projets commémoratifs scolaires de l’académie.

À cet exemple, les grands temps commémoratifs ont été ainsi l’occasion non pas seulement d’inviter des classes à chanter et agiter des drapeaux devant un monument, mais à participer activement à leur préparation et à agir. Ils ont été pensés comme des temps d’apprentissage auxquels les élèves ont pleinement été intégrés comme acteurs.

À plusieurs reprises, il s’est agi de consolider cette présence de la jeunesse, actrice du travail de mémoire et de transmission, en rendant possible l’implication d’élèves de tous les niveaux et de tous les territoires. La cérémonie du 29 mai 2016 à Verdun, du 16 avril 2017 sur trois sites du Chemin des Dames ont été autant d’événements pédagogiques qui ont engagé des élèves d’écoles primaires ou de collèges ruraux, de lycées généraux et professionnels.

Rassemblant des milliers de jeunes français et allemands investis dans une chorégraphie mémorielle, ou quelques élèves lecteurs en français ou allemand, ces événements ont été préparés avec les équipes pédagogiques en classe, dans des temps scolaires transversaux, avec des élèves sélectionnés pour leur investissement, leur compétence ou leur proximité géographique avec les cérémonies. Point de discrimination positive ici : une confiance donnée à l’institution académique ou de proximité, une confiance dans la capacité des élèves et des enseignants encadrant, un travail d’accompagnement des parents d’élèves, le plus souvent heureux de voir valorisés ainsi leur école, leurs enfants, placés au cœur de l’événement parce qu’ils en sont les héros et les destinataires essentiels.

Allons plus loin : la Mission du Centenaire s’est heurtée à des représentations de la part des autorités étatiques locales ou nationales très négatives et conservatrices sur la place des élèves : il fallait avant tout « faire nombre » avec les scolaires, il n’était pas question d’impliquer les élèves davantage qu’à travers une « présence attendue » que justifiait le « devoir de mémoire ». N’étant ni des adultes aboutis, ni des professionnels, leur discours devra être forcément ânonné et sans profondeur.

Quand ce ne sont pas les territoires dont ils sont originaires qui sont stigmatisés : issus du rural « profond » ou des « quartiers populaires », les élèves apparaissent aux yeux de nombre d’autorités inaptes ou inadaptés à la compréhension des enjeux de la commémoration et donc à une prise de parole maîtrisée. Le chant paraît la seule compétence qui peut être à la rigueur investie, renvoyant du même coup à une représentation traditionnelle voire archaïque de la place de l’École dans les cérémonies républicaines.

Première étape : renverser les propres représentations négatives
des élèves et de leurs enseignants

Les exemples présentés plus haut révèlent pourtant un tout autre point de vue et d’autres perspectives concernant la place et les compétences des élèves. La Mission du Centenaire a souhaité d’emblée transformer ce paradigme traditionnel et impliquer les élèves des territoires liés aux commémorations : Marne, Aisne, Meuse, Vosges, Seine-Saint-Denis, autant de territoires perçus comme périphériques.

Une des premières difficultés a été de renverser les propres représentations négatives des élèves et de leurs enseignants. Les classes impliquées sont toutes inscrites dans des projets labellisés par la Mission du Centenaire, gage d’un travail de mémoire et d’histoire réalisé en profondeur par et pour les élèves. Lorsque les écoles, les collèges ou les lycées « périphériques » reçoivent un « représentant parisien » de la Mission pour la première fois, associé au pouvoir politique, c’est d’abord l’étonnement. Paris s’intéresse à nous ? Paris nous fait confiance ?

Une fois franchie l’étape de la mise en confiance, le travail peut se mettre en place : présentation de la cérémonie et de la place souhaitée des élèves, échange et discussion sur la préparation artistique, sélection des élèves avec l’appui essentiel de leurs enseignants, apprentissage des textes et travail de diction autour de l’émotion, etc.

Le centenaire du 11-Novembre 1918 est apparu très tôt comme le point d’acmé du cycle commémoratif. La cérémonie de l’armistice sous l’Arc de triomphe, internationale puisqu’il s’agissait de commémorer la paix (d’hier et d’aujourd’hui) et non de célébrer la victoire, devait prendre un caractère exceptionnel par son contenu symbolique, d’emblée imaginé comme une série de séquences culturelles et pédagogiques.

Le souvenir de la paix revenue devait se manifester à travers la lecture de témoignages de soulagement et de joie des survivants de la guerre ; l’hommage des vivants d’aujourd’hui aux morts de la Grande Guerre par un geste symbolique fort devant le tombeau du Soldat inconnu. La cérémonie a été pensée également comme un temps fort de valorisation de tous les territoires et l’occasion, au terme d’un retour d’expérience de plusieurs années, de placer en vedette la jeunesse, prête à reprendre le flambeau compris de la mémoire par l’histoire.

Le choix des élèves s’est porté sur l’académie de Créteil et le département de la Seine-Saint-Denis qui défraye (trop) souvent la chronique du déclassement scolaire. Nous ne souhaitions pas nous appuyer sur l’académie de Paris puisqu’il était question de valoriser l’engagement de l’ensemble du territoire national dans les commémorations et dans le « travail de mémoire » entrepris depuis 2013. La recherche d’élèves de lycée, inscrits dans une démarche artistique, expérimentés, bien encadrés par des enseignants engagés dans le travail de mémoire évoqué plus haut, nous a conduit au lycée André-Boulloche de Livry-Gargan en Seine-Saint-Denis. L’équipe de direction comme l’équipe éducative sont très vite apparus comme des soutiens forts au projet.

Il nous semblait également pertinent de profiter de l’événement pour tenter de déconstruire, avec l’assentiment des autorités académiques, les stéréotypes associés à ce territoire « perdu ». Et tordre le cou à l’idée d’une souffrance scolaire des élèves et des équipes éducatives inhérente à ces « territoires du vide » en échec scolaire patent. Nous avons en fait rencontré des élèves impliqués, critiques, motivés ainsi que des équipes enseignantes travaillant chaque jour à soutenir une mission fondamentale de transmission, mission qu’elles aiment et pour laquelle elles s’investissent.

Un travail de mémoire et d’apprentissage
de compétences individuelles et civiques

En lien étroit avec le cabinet du recteur, le référent Mémoire et citoyenneté, les chefs d’établissement et les enseignants, un groupe de 56 élèves a été retenu. Toutes et tous étaient volontaires et pouvaient quitter le projet dans les premiers jours après sa présentation. La date et le lieu de l’événement travaillé n’ont été dévoilés que très tardivement, mais nous avons fait rapidement confiance aux élèves en les informant de la plus grande partie du déroulé de la cérémonie, sans qu’aucune fuite ne soit décelée sur les réseaux sociaux. Les enseignants ont pleinement participé à la dynamique créée en usant de leur proximité pédagogique avec les élèves et de la confiance patiemment tissée avec eux au fil des cours.

Deux séquences ont été finalement retenues après un casting élargi à deux autres lycées de Seine-Saint-Denis spécialisés dans l’apprentissage linguistique. Notons ici que le choix des élèves était conditionné à leurs compétences et à leur implication, et non à une quelconque « discrimination positive » ou à des choix stéréotypés. Nathalie, lectrice du témoignage du travailleur chinois, n’a pas été retenue parce qu’elle était d’origine chinoise et qu’elle représentait ainsi la partie chinoise de la population française, mais bien parce que nous voulions mettre en valeur l’engagement de ces travailleurs entre 1916 et 1918 et que Nathalie était celle qui incarnait le mieux le texte lu. Qu’elle puisse témoigner de son statut d’élève française et déconstruire en gros plan et sur les antennes de nombreuses télévisions nationales quelques stéréotypes associés aux mondes asiatiques ne peut qu’être bénéfique.

Le 11-Novembre 2018 à l’Arc de triomphe

Les deux séquences évoquées se sont matérialisées ainsi :

• Une lecture polyphonique d’extraits de témoignages de soldats et de civils en quatre langues (français, allemand, anglais, chinois) relative à leurs impressions ressenties le jour du 11 novembre 1918. Les différents extraits de témoignage ont été sélectionnés par la Mission du Centenaire dans le cadre d’une recherche documentaire historique.

• Un geste de recueillement collectif devant le tombeau du Soldat inconnu.

Ces deux séquences ont impliqué huit lecteurs/trices dont quatre maîtrisaient l’allemand, l’anglais, l’anglais américain, le chinois ; quarante-huit élèves présents dans la tribune officielle et invités au ravivage de la Flamme avec les autorités sur la tombe du Soldat Inconnu dans le cadre d’un mouvement collectif, associant les huit lecteurs/lectrices.

Il a fallu pour cela imposer le choix des témoignages, leur nombre, leur articulation en différents temps scandant les interventions musicales. Il a fallu encore imposer le nombre d’élèves engagés et passer d’une présence qui devait d’abord être massive mais statique à une sélection plus resserrée mais invitée à réaliser une chorégraphie audacieuse. Les élèves ont été le lien symbolique et physique entre les chefs d’États étrangers, le Président de la République et la Flamme de l’Inconnu, en une chaîne de vie et de transmission signifiante.

Les jeunes, de témoins muets, ont été propulsés au cœur de la cérémonie, jusqu’à éclipser les adultes, musiciens comme chefs d’ÉtatS, par leur présence et le sens symbolique de leur déplacement durant le Boléro de Ravel jusqu’au tombeau du Soldat inconnu.

Une jeunesse encadrée mais surtout d’elle-même impliquée

Au final, je souhaiterais m’attarder sur le sens à donner à l’ensemble du dispositif mis en œuvre et à la réussite de l’intervention des élèves. Elle est d’abord le fait de leur engagement. Le conseiller pédagogique de la Mission du Centenaire a composé un cadre conceptuel et institutionnel. Soutenu par le référent académique Mémoire et citoyenneté, il a construit planning et organigramme afin que les encadrants puissent œuvrer le mieux possible. Le directeur artistique, Éric Checco, a ensuite pu s’installer auprès des élèves, les conduire, penser plus finement les lectures et les gestes, tout en apportant un important enseignement du jeu d’acteur. Chacun à sa place.

Mais toute cette mécanique n’a pu se développer que grâce à l’engagement originel des élèves. Ils ont très vite compris l’enjeu de leur présence : enjeu symbolique de représenter toute la jeunesse mondiale durant cette journée exceptionnelle pour se souvenir ensemble de ce conflit dramatique ; enjeu réel de transmission et de réflexion autour d’un héritage plus douloureux que victorieux qui doit résonner comme un avertissement aujourd’hui ; enjeu enfin de confiance. Leur implication devait être à la hauteur de la confiance que les « institutions » (l’École, la Mission du Centenaire, la Présidence de la République) plaçait en eux.

Lorsque l’on entend les parents d’élèves remercier le lycée et les autorités pour la confiance donnée par la République à leurs enfants « issus de parents venus d’autres pays », les jeunes si heureux de recevoir les félicitations sincères et appuyées de leurs ainés, on se dit que l’entreprise n’était pas vaine.

*

Nous avons été là au cœur d’un processus vertueux de synergie pédagogique et humaine. Les deux étant fondamentalement liés. Si la réussite finale des séquences scolaires du 11-Novembre à Paris doit beaucoup au professionnalisme d’équipes éducatives enthousiastes (qui vont retenir de cette expérience des outils relationnels et pédagogiques qu’ils vont réinvestir dans leurs pratiques de classe) et d’un directeur artistique acquis à la cause des jeunes, elle doit être d’abord accordée aux élèves engagés dont l’origine importe peu, identité comme territoire. Ils sont la jeunesse de la France et la France de demain.

Ils auraient été choisis dans les académies de Rennes, Lille, Limoges ou Aix-Marseille, cela n’aurait sans doute rien changé. Curieux, conscients des enjeux, intéressés, ils sont prêts. Aux adultes, éducateurs, de les guider avec empathie et écoute. Voilà quelques ingrédients d’un travail de transmission finalement efficace.

Alexandre Lafon

 

Voir sur ce site :

Programme des Assises pédagogiques du Centenaire de la Première Guerre mondiale, Bordeaux, 25-27 mars 2019.

Commémorations du 11-Novembre : questions-réponses à l’usage des enseignants, par Alexandre Lafon.

L’enseignement de la Grande Guerre de 1914 à nos jours. Entretien avec Benoit Falaize.

« Territoires vivants de la République. Ce que peut l’École : réussir au-delà des préjugés », par Alexandre Lafon.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *