L’opacité d’un texte : la version grecque du Livre de Job

Le Livre de Job

Fragment du Livre de Job

L’opacité d’un texte, son épaisseur, n’apparaît jamais autant qu’à celui qui doit le traduire et qui se trouve devant une infinité de possibilités, de connotations et de bifurcations de sens.

Cela est vrai de la lecture de tout texte, qu’il soit écrit en grec ancien ou en français contemporain — la traduction étant la mani-festation d’un mécanisme plus secret, qui joue à l’intérieur même de ce que l’on croit être la transpa-rence de sa propre langue.

Cela est vrai de tout texte, mais cela l’est tout particulièrement du livre de Job, un objet littéraire complexe.

Continuer la lecture