La morale républicaine à l’école : des principes à la réalité

Ministère de l'Éducation nationale

La conférence de presse du 22 janvier 2015 de Najat Vallaud-Belkacem aurait dû être en principe celle des vœux pieux à la communauté éducative. Mais l’actualité s’est invitée avec cruauté, appelant plus que de simples paroles de circonstances. La ministre de l’Éducation nationale n’avait donc pas le droit à l’erreur en des temps où la parole politique forte devient une impérieuse nécessité.

Il apparaissait ainsi essentiel de revenir honnêtement sur la difficulté de réguler les échanges sur les événements tragiques encore omniprésents dans la mémoire collective.

Par là même, on peut savoir gré à la ministre de pointer du doigt les points de vue déviants exprimés par certains élèves endoctrinés par des discours-slogans et vulnérables aux théories fumeuses circulant sur la Toile.

L’éducation aux médias apparaît de fait pour Najat Vallaud-Belkacem comme la première clef pédagogique pour combattre les tentations obscurantistes. On ne peut que lui donner raison tout en rappelant que la presse a perdu du poids dans la circulation des idées et que le premier chantier à réinvestir reste l’appropriation du texte par les élèves. Pas simplement la « une » ou le titre choc, mais le texte, soit un énoncé susceptible de déployer ses réseaux de signification. En ce sens, très concrètement, la Semaine de la presse ne justifie-t-elle pas de redevenir une obligation pédagogique citoyenne – et ce dès les plus petites classes ?

Continuer la lecture

“Comment j’ai détesté les maths”, d’Olivier Peyon

"Comment j'ai détesté les maths", d'Olivier PeyonSi au lieu de laisser les enfants donner librement des coups de pieds dans un ballon, on leur faisait faire l’exercice de lever la jambe en cadence, ils n’aimeraient pas le football. Pour les maths c’est pareil. On assomme les enfants de théorèmes abstraits au lieu de les laisser jouer avec les chiffres.

Tel est le constat des mathématiciens de pointe et des pédagogues dont fait état le film d’Olivier Peyon, montage-promenade d’interviews sur l’enseignement des mathématiques.

Ni pamphlet, ni démonstration, ni étude sociologique le film nous mène aux quatre coins du monde et laisse la parole aux mathématiciens, tantôt devant leur tableau noir, tantôt dans leurs séminaires, proposant des visages, des personnalités, des paysages et offrant de véritables moments d’émotion.

Continuer la lecture