Portrait de la beauté romaine. Un portrait en miroir

Aphrodite dite Vénus d’Arles
Praxitèle (4e siècle av J.-C.) (d’après)
Paris, musée du Louvre

 

ANTIQUITÉ. L’étude de la représentation de la beauté à Rome permet une analyse du masculin et du féminin à l’époque, thème au programme de première. C’est aussi l’occasion d’adopter une attitude de chercheur face à des sources parcellaires et de découvrir ou revisiter la poésie d’Ovide.

Par Haude de Roux, professeure de lettres classiques dans l’académie de Versailles

 

Continuer la lecture

« Métamorphoses », de Christophe Honoré, d’après Ovide

"Métamorphoses", de Christophe HonoréQuand on interroge Christophe Honoré sur ses souvenirs scolaires d’Ovide, il répond :

« En cinquième et quatrième, dans les cours de latin, je trouvais les versions d’Ovide beaucoup plus amusantes que Les Lettres de mon moulin, et cette culture gréco-romaine qui m’avait beaucoup séduit m’a guidé plus tard dans mes lectures. Mais je n’ai pas d’autres souvenirs : il n’y a pas de films, pas d’actualité culturelle d’Ovide. Pourtant, ces mythes sont des histoires connues de tous, du moins dans leurs grandes lignes : Narcisse, Pan, Orphée, Jupiter, Europe sont les matrices originelles de nos récits, encore de nos jours. »

« Je me propose de dire les métamorphoses des choses en des corps nouveaux. »

Ce vers d’Ovide est pour Christophe Honoré la définition même du cinéma, d’un cinéma idéal, et une incitation directe à tenter de l’atteindre. C’est ce qui l’attire dans cet art, la possibilité de métamorphoser le réel en quelque chose de nouveau afin d’échapper à l’illusion réaliste. Alors pourquoi ne pas aller voir du côté des mythes grecs naturalisés romains et en éprouver la force à l’aune de la modernité ?

Continuer la lecture