« Pinocchio » à l’écran

enzo-d-alo-pinocchiojpgIl est frappant de constater à quel point le Pinocchio de Carlo Collodi est lu à contresens.

On y voit un innocent conte merveilleux dépourvu de réelle valeur littéraire et de toute signification politique ou philosophique, sans y déceler l’inspiration biblique, la profondeur dantesque, la fantaisie d’un Cervantès.

Continuer la lecture

La littérature de jeunesse du cycle 3 à la troisième, sélections du ministère de l’Éducation nationale

l-ecole-des-lettres-4-2012-2013Le numéro 4 de l’École des lettres présente  les titres de l’école des loisirs recommandés par le ministère de l’Éducation nationale :

–  pour le cycle 3 : albums, bandes dessinées, contes et fables, romans et récits, théâtre ;

– pour le collège : tous les ouvrages ajoutés à la rentrée 2013 par le ministère de l’Éducation nationale à la liste « Lectures pour les collégiens ». La sélection de juin 2012 figure dans le numéro 2 de l’École des lettres 2012-2013.

….

Continuer la lecture

Dixième prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public

catherine-zambon-mon-frere-ma-princesseLe dixième prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public, organisé par la Bibliothèque de théâtre Armand-Gatti et l’Inspection académique du Var, rectorat de Nice, a été décerné

• par les élèves de CM2-sixième à Catherine Zambon,  pour sa pièce Mon frère, ma princesse  (l’école des loisirs, 2012)

• par les élèves de troisième-seconde à Philippe Gauthier,  pour sa pièce  Balle(s) perdue(s)? (l’école des loisirs, 2011). Continuer la lecture

« La Reine du Niagara », de Chris Van Allsburg

Inimitable, le dessin de Van Allsburg nous fait entrer de plain-pied dans le mystère. Avec la reine du Niagara, c’est le mystère d’une personnalité qu’il met en scène : comment cette veuve de soixante-trois ans, l’irréprochable Annie Edson Taylor, en est-elle venue à descendre les chutes du Niagara dans un tonneau ?

Car cette Annie Edson Taylor a véritablement existé : elle fut la première à accomplir ledit exploit en 1901. La mise en images de Van Allsburg nous fait immédiatement comprendre le besoin de théâtralité de cet étonnant personnage.

Continuer la lecture

L’auteur-illustrateur Philippe Corentin à l’honneur à la BNF

L’école des loisirs – son éditeur – et la Bibliothèque nationale de France mettent à l’honneur l’auteur et illustrateur Philippe Corentin dont les livres enchantent et font rire les enfants et leurs parents depuis près de quarante ans.

De Mademoiselle Tout-à-l’envers au Chien qui voulait être chat, de Plouf ! à Patatras !, de L’Afrique de Zigomar  à Machin Chouette, c’est le royaume d’un drôle de zigoto mais aussi d’un grand artiste qu’une exposition, des numéros spéciaux et une plaquette biographique nous font redécouvrir.

Continuer la lecture

Kenneth Grahame, “Le Vent dans les saules”

Méconnue en France, l’œuvre de Kenneth Grahame jouit dans les pays anglo-saxons d’une réputation établie et ce n’est que justice. La publication en « Classiques abrégés » du Vent dans les saules (Wind in the willows) traduit par Maurice Lomré, contribuera peut-être à populariser cette œuvre singulière et poétique qui mérite de rejoindre Alice, les filles March, Mowgly et Peter Pan au panthéon de la littérature enfantine.

Comme bien des œuvres pour enfants rédigées dans cette période charnière de la fin XIXe-début du XXe, Le Vent dans les saules fut d’abord une histoire que son auteur devait inventer pour adoucir les couchers de son fils, l’infortuné Alastair. Né prématurément, le petit garçon souffrait de déficience visuelle et d’un probable retard mental. Les aventures de Crapaud, qui occupent la deuxième partie de l’ouvrage, sont donc conçues au cours de l’année 1904, l’enfant n’a alors que quatre ans. Continuer la lecture

Exposition virtuelle : les albums Mame de l’entre-deux-guerres

Dans le cadre de l’appel à projets 2007 de l’Agence nationale de la recherche, une équipe de chercheurs de plusieurs disciplines (histoire économique et sociale, histoire de l’édition, histoire de l’art, littérature) s’est constituée afin d’étudier la production pour la jeunesse de la maison d’édition Mame, fondée à Tours en 1779.

D’abord spécialisée dans l’édition religieuse, la maison a tiré parti des lois scolaires des années 1830-1880 pour développer une très importante production de livres de prix et d’ouvrages pour la jeunesse. C’est cette édition enfantine – imagiers, abécédaires, albums, contes illustrés – qu’une exposition virtuelle permet de découvrir aujourd’hui. Continuer la lecture

Le Prix Versele va-t-il disparaître ?

Le Prix Versele va sans doute disparaître. 
 C’est un prix des familles belges
 en grande partie décerné
 PAR des enfants à des livres 
POUR enfants.
 Des milliers d’enfants 
y travaillent et y participent.

Il va être supprimé.
 Pourquoi ? 
Je ne sais pas. Et je ne veux pas le savoir.

Je pense seulement : « PAR les enfants, POUR les enfants. » C’est ça qui gêne, qui bloque, qui fait bôf, 
ça ne compte pas, les enfants ! Toujours la même chose. Les enfants, ça ne pense que quand c’est adulte, 
sinon, ça coûte.

Le prix Versele,
 c’est comme si on me l’avait décerné
 et que maintenant on m’enlèverait mon âme.

Et mon amour de la culture belge serait ébréché.

Claude Ponti Continuer la lecture