« Un écrivain au CDI » ou comment susciter ou entretenir le goût de lire

FADBEN - Un écrivain au CDIL’Association des enseignants documentalistes de La Réunion, membre de la FADBEN, a mis en place depuis plus de vingt ans une action qui a pour but de faire lire collégiens et lycéens et de leur faire rencontrer des auteurs.

Souvent différente de ce qui se pratique dans le cadre des programmes d’enseignement en français, cette action veut faire découvrir à nos élèves la littérature de jeunesse grâce à la lecture et à l’étude d’auteurs français contemporains, écrivains ou illustrateurs.

Continuer la lecture

Les Français et la lecture : une enquête du CNL

Les Français et la lecture, une enquête du Centre national du livreLe Centre national du livre a commandé à l’institut Ipsos une enquête sur les pratiques actuelles des Français en termes de livre et de lecture.

L’objectif était de comprendre leur rapport au livre et à la lecture à travers l’analyse de leurs pratiques, de leurs perceptions et de leurs sources de prescription afin d’identifier les freins et les leviers de la lecture.

Les résultats de l’enquête sont déclinés en six rubriques : Les Français lisent-ils ? Comment deviennent-ils lecteurs ? Quelles sont leurs pratiques de lecture ? Où et comment se procurent-ils leurs livres ? Pourquoi lisent-ils ? Pourquoi ne lisent-ils pas plus ?

 

Continuer la lecture

Les quarante ans de la librairie Chantelivre

Librairie Chantelivre

Un dimanche où l’on chante les livres

Première librairie de France spécialisée jeunesse, la librairie Chantelivre a fêté ses quarante ans le dimanche 21 septembre 2014. Ouvrant ses portes à deux pas du métro Sèvres-Babylone, l’endroit demeure un temple reconnu de la littérature de jeunesse.

Comme on le sait, la librairie est adossée à la maison d’édition l’école des loisirs ; celle-là même qui a permis, entre autres, à Stéphanie Blake, Malika Ferdjoukh, Michel Gay ou encore Anaïs Vaugelade de conquérir un lectorat enthousiaste à l’idée que l’on écrive pour lui sans le prendre pour un bienheureux innocent.

Dans ce quartier traditionnellement dédié à l’édition, la librairie absorbe naturellement le chaland cultivé. Néanmoins, elle ne saurait être résumée à cette position stratégique au cœur de la cité. En effet, et ce fut tout l’objet de cette journée d’anniversaire, son objectif demeure de faire partager les livres, de constituer, au sens strict comme au figuré, un lieu de passage vers eux, vivants piliers délurés et animés qui vont droit au cœur de la prime enfance et de la jeunesse.

Continuer la lecture

Coups de cœur d’une rentrée littéraire

librairieCette année, dès la mi-août, on aura trouvé les romans qui n’arrivaient sur les tables des libraires qu’au début septembre. On aura même pu lire des articles sur ces livres dans les grands quotidiens.

Des critiques ont désigné les romans à lire, et ceux à éviter : les rumeurs sur de possibles Goncourt vont déjà bon train.

Commençons par rappeler ce que tout le monde sait : une rentrée littéraire est d’abord un enjeu économique.

La littérature contemporaine, sauf pour quelques têtes de gondole, ne dispose pas d’un immense public. Créer un événement comme celui-ci, le pérenniser, permet de mettre sous les projecteurs des œuvres de création (souvent) et quelques produits (hélas). Plus de 600 romans paraissent en moins de deux mois. Beaucoup disparaîtront des tables, certains n’auront droit à aucun article, pas même à une brève dans un quotidien gratuit.

Ces textes éphémères sont des paris, à la fois littéraires et économiques. Il suffit d’une surprise, d’un roman qui rencontre son public, pour qu’une rentrée d’éditeur soit réussie. À tous égards. Ce n’est toutefois pas le lot commun. C’est d’ailleurs pourquoi le nombre des premiers romans publiés en août septembre diminue, et que les « noms » sont édités, parfois en grand nombre.

Continuer la lecture

Les relations des bibliothèques avec les établissements scolaires

La Bibliothèque nationale de France, site Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, site Richelieu

L’Inspection générale des bibliothèques a publié en décembre 2013 un rapport examinant Les relations des bibliothèques des collecti-vités territoriales avec les établissements scolaires.

Établi par Dominique Arot et Thierry Grognet, ce document revient utilement sur l’histoire des biblio-thèques publiques munici-pales et départementales, ainsi que sur celle des bibliothèques scolaires des écoles maternelles et élémentaires, des collèges et des lycées.

Le rapport dresse un tableau des partenariats institutionnels et, posant la bibliothèque publique comme “un lieu pour l’école», il passe en revue les formes de soutien que les bibliothèques peuvent apporter aux jeunes scolarisés. Les auteurs proposent enfin un certain nombre de mesures concrètes pour démocratiser l’accès aux bibliothèques et promouvoir la lecture.

Continuer la lecture

La librairie introuvable : chronique de campagne

« Savez-vous où je pourrais trouver du pain ?

― À vingt mètres, après le tournant, il y a une boulangerie.

― Des fleurs ?

― Le fleuriste est sur la place.

― Et des livres ?

― Des livres ? ! »

Le boucher chez qui je suis entrée se gratte le crâne.

« Là je ne vois pas… Essayez peut-être le Point Presse. ».

Continuer la lecture

Les adolescents à la bibliothèque

Les adolescents à la bibliothèque

Les adolescents à la bibliothèque. Corinne Delalande, Anne Marinet, Claude Poissenot, Violaine Kanmacher, Christine Péclard au théâtre du Vieux-Colombier, à Paris © CR

Des enquêtes récentes font apparaître une érosion de la pratique de la lecture de livres chez les jeunes… comme les moins jeunes. Si celle-ci est présente chez les 11 à 17 ans, elle disparaît quasiment à 17 ans, âge auquel on ne compte plus que 10 % de lecteurs réguliers. Cette érosion s’associe à une montée en puissance de la culture des écrans.

Comment les bibliothèques peuvent-elles contribuer à enrayer cette désaffection pour la lecture chez les adolescents, telle est la question  posée  lors d’une  journée d’étude organisée par l’école des loisirs le 17 octobre 2011 au théâtre du Vieux-Colombier, à Paris. Les actes de cette rencontre qui réunissait bibliothécaires, écrivains et éditeurs sont aujourd’hui mis à votre disposition par l’École des lettres en deux versions : papier et numérique. Continuer la lecture