Adieu à l’Indigné

stephane_hesselStéphane Hessel a décidé de prendre congé, discrètement, par une froide journée de février. Nous aurions pu le croire éternel, tant sa force de conviction et l’intensité de ses engagements le rendaient jeune, indifférent à l’état-civil qui lui avait donné quatre-vingt quinze ans en novembre dernier, puisque le hasard l’avait fait naître au moment même où la vieille Russie entamait sa révolution.

Nous l’aurions voulu éternel, pour qu’il puisse encore longtemps nous apporter sa ferveur contagieuse, son enthousiasme juvénile, son pouvoir de séduction et d’indignation, ce thème, développé il y a environ trois ans dans un livre d’à peine un peu plus de dix pages, lui ayant apporté une tardive notoriété. Continuer la lecture