Scènes de la mémoire (III). 1951 : “Le Prince de Hombourg”, par Jean-Pierre Jourdain

Gérard Philipe dans le rôle du prince de Hombourg © INA

Gérard Philipe dans le rôle du prince de Hombourg © INA

Dans le troisième volet de la série d’émissions qu’il consacre sur France Culture à l’histoire du théâtre après 1968, Jean-Pierre Jourdain, directeur artistique du TNP de Villeurbanne, évoquera, le 16 septembre prochain, la mise en scène du Prince de Hambourg, d’Heinrich von Kleist, par Jean Vilar à la Semaine d’arts d’Avignon en 1951.

La pièce était inconnue en France et jouissait en Allemagne d’une douteuse réputation, écrit Jean-Pierre Jourdain, pourtant c’est dans l’ex-cité des Papes que ce conte guerrier prendra son envol. Pour l’incarner Vilar se tourne vers une jeune vedette du cinéma : Gérard Philipe.

Non seulement il lui propose le rôle du Prince mais également celui du Cid. Les élus avignonnais font la grimace : encore Le Cid ! N’a-t’il pas déjà été programmé deux années de suite et maintenant avec une vedette de cinéma!

Ils céderont devant la fermeté de Vilar… Le succès sera écrasant. Le retour à Paris ouvre l’air du soupçon. Pour certains retrouver à l’affiche du tout jeune Théâtre national populaire, Kleist mais également Brecht avec Mère Courage, n’est-ce pas faire la part trop belle à la culture allemande ? Le Sénat attend des explications… Place aux archives et aux témoignages, pour retrouver la vigueur de ces actes de la mémoire.”

 

Continuer la lecture

Scènes de la mémoire, par Jean-Pierre Jourdain : les dates emblématiques de l’aventure théâtrale

Robert Wilson, "Le Regard du sourd", Festival de Nancy, 1971 © INA

Robert Wilson, “Le Regard du sourd”,
Festival de Nancy, 1971 © INA

Le dimanche 12 janvier, à 21 h sur France Culture, Jean-Pierre Jourdain, directeur artistique délégué au Théâtre national populaire de Villeurbanne auprès de Christian Schiaretti, a amorcé une série d’émissions sur des moments clés de l’histoire du théâtre contemporain en s’appuyant sur les archives de spectacles enregistrés par Radio France, mais aussi sur les témoignages de spectateurs qui livrent leurs souvenirs de représentations emblématiques.

La première émission a été consacrée à la mise en scène du Regard du sourd, de Robert Wilson, qui révéla celui-ci au festival de Nancy le 22 avril 1971.

Isabelle Huppert, Jack Lang, Sacha Goldman, Michèle Attoun, Marcel Bozonnet  – administrateur de la Comédie-Française de 2001 à 2006 –, Jacques Roubaud, Georges Banu, Irmgard Sigg et Thierry Sigg témoignent de cet événement fondateur.

Continuer la lecture

“Le Pauvre homme ! – Molière et l’affaire du Tartuffe”, de Gabriel Conesa

L’enseignement de la littérature mène à tout, même au roman. Surtout quand il s’agit de parler d’un auteur à la vie riche et mouvementée (au point d’avoir plusieurs fois intéressé le cinéma) et d’une œuvre qui fit date par son audace et les remous qu’elle occasionna.

Gabriel Conesa, connu pour ses solides travaux sur le théâtre et notamment la comédie, aussi à l’aise pour démonter le mécanisme dramatique d’une pièce de Beaumarchais que pour jouer du trombone dans un trio de jazz se produisant, par exemple, au Petit Journal, Gabriel Conesa donc a franchi le pas et souhaité mettre son érudition au service d’une narration rondement menée invitant à une lecture plaisante.

Le titre du livre (Le Pauvre homme !) est sans ambiguïté, puisqu’il est emprunté à la plus célèbre des répliques de Tartuffe, et qu’il est assorti d’un sous-titre explicite resituant le sujet (Molière et l’affaire du Tartuffe). Figure encore en bonne place sur la couverture l’indispensable précision générique : « roman ».

Continuer la lecture

“Un chapeau de paille d’Italie”, de Labiche : une nouvelle vision de la Comédie-Française

Un chapeau de paille d’Italie constitue, avec Le Voyage de M. Perrichon, un sommet de l’œuvre théâtrale d’Eugène Labiche (1815-1888), riche pourtant de quelque 180 pièces.

La Comédie-Française donne actuellement une nouvelle mise en scène, fort réussie, de ce chef-d’œuvre de vaudeville au Théâtre éphémère des jardins du Palais-Royal.

L’occasion est ainsi offerte d’apprécier l’originalité de ce spectacle par rapport aux précédentes mises en scène d’une pièce qui, depuis sa création en 1851, a connu un succès considérable. Continuer la lecture