Bilan du grand oral après une année sans visages

Jean Jaurès, grand orateur, au Pré-Saint-Gervais, le 25 mai 1913. Crédit photo : M.-L. Branger/Roger-Viollet

BACCALAURÉAT. Ça n’est pas tant la dimension orale de cette nouvelle épreuve qui pose problème que sa préparation tôt dans l’année. Le grand oral implique de travailler autrement, à plusieurs enseignants si possible. Elle incite aussi les candidats à lire et à s’appuyer sur leurs lectures.

Par Stéphane Labbe,
enseignant en collège et lycée dans l’académie de Rennes

Continuer la lecture