« Marguerite Duras, la passion suspendue », entretiens avec Leopoldina Pallotta della Torre

marguerite-durasElle est là, Duras, sur la photo, dans ses pages, comme elle n’a jamais cessé d’être : entière, injuste, souvent, fulgurante dans ses propos. Les entretiens qu’elle a eus entre 1987 et 1989 paraissent en français sous le titre de La Passion suspendue.

On croyait ces entretiens perdus. Ils avaient paru en Italie dans une revue désormais disparue ; on les a retrouvés par hasard. La journaliste qui se rendait rue Saint-Benoît pour interroger l’auteur de L’Amant a connu tous les rites de l’écrivain.

À cette époque de sa vie, Duras, devenue célèbre, jouait un peu les divas ou les pythies. Et puis, soudain, comme l’écrit Leopoldina Pallotta della Torre, elle était « animée d’une curiosité irrésistible, vorace et presque enfantine ». Tout commençait alors ; les entretiens se sont poursuivis pendant deux ans. Continuer la lecture