Les “Cahiers de poèmes” d’Emily Brontë

Cioran disait d’Emily Brontë, «Tout ce qui émane d’Elle a la propriété de me bouleverser. Haworth est mon lieu de pèlerinage ». Il pointait ainsi, laconiquement selon son habitude, ce qui fait la singularité d’une œuvre.

L’œuvre d’Emily Brontë, c’est la conjugaison d’un lieu, une sorte de désert battu par les vents où la mort pèse du ciel comme un couvercle – obligeant les vivants à déployer une énergie surhumaine pour simplement exister – et du génie visionnaire d’une femme dont la voix nous atteint encore avec la force d’un uppercut.

Continuer la lecture

“Quand j’étais Jane Eyre”, de Sheila Kohler

Comment naissent les chefs-d’œuvre ? C’est un peu la question qui sous-tend toute l’intrigue du roman de Sheila Kohler qui, dans Quand j’étais Jane Eyre, s’attaque au mythe Brontë.

Manchester, 1846, une jeune femme veille son père, un vieux clergyman qui serait devenu aveugle s’il n’avait été opéré de la cataracte. Elle couvre d’une écriture serrée, presque illisible, les pages d’un cahier, intriguant médecins et infirmières. Le lecteur assiste à la rédaction des premières pages de Jane Eyre – dont on ne saurait trop recommander la relecture. Continuer la lecture