« Les grands édifices, comme les grandes montagnes, sont l’ouvrage des siècles. »

« Les grands édifices, comme les grandes montagnes, sont l’ouvrage des siècles. L’art nouveau prend le monument où il le trouve, s’y incruste, se l’assimile, le développe à sa fantaisie, et l’achève s’il le peut. La chose s’accomplit sans trouble, sans effort, sans réaction, suivant une loi naturelle et tranquille. C’est une greffe qui survient, une sève qui circule, une végétation qui reprend. L’homme, l’artiste, l’individu s’effacent sur ces grandes masses sans nom d’auteur : l’intelligence humaine s’y résume et s’y totalise. Le temps est l’architecte, le peuple est le maçon. »

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831.

« Notre-Dame de Paris », de Victor Hugo, texte abrégé par Bernard Noël, « Classiques », l'école des loisirs, 2018

Victor Hugo dans « l’École des lettres ».

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *