Une soirée théâtre à l’école des loisirs

Nathalie Papin, DeboutLe théâtre contemporain au collège : un genre littéraire à partager. Oui mais comment ?

Le 12 novembre dernier, une cinquantaine de personnes répondaient présentes à l’invitation de l’école des loisirs. Ce soir-là, rue de Sèvres, il était question de théâtre contemporain. Plus précisément de dix-sept pièces recommandées dans la liste « Lectures pour les collégiens » par le ministère de l’Éducation nationale, pièces éditées dans la collection « Théâtre » à l’école des loisirs.

(Depuis, « Lectures pour les collégiens » s’est étoffée de six nouveaux titres de la même collection ! Nous les indiquons par un * dans la liste qui suit cet article.)

.

Comment parler de théâtre ?

Comment parler de théâtre à des professeurs, un lundi soir d’automne, pendant plus de deux heures, après une journée de classe ? Comment leur en parler afin qu’ils s’en emparent avec passion ? Comment réussir à tenir une salle en haleine ? Comment faire sens, quand tout aujourd’hui, sans cesse, fait distraction ?

Brigitte Smadja, fondatrice et responsable de la collection « Théâtre » depuis dix-sept ans, et la comédienne Sylvie Ballul, qui, de son « regard aigu, acéré et sans indulgence », effectue la rigoureuse sélection parmi les manuscrits reçus, y sont parvenues. Avec intelligence, humour et finesse. En décryptant de façon très synthétique ces œuvres conseillées, en donnant des pistes pour les travailler en classe.

Brigitte Smadja a divisé ces pièces en cinq groupes,  : « Guerre », « Violence », « Chagrins », « Contes, adaptations, réinterprétations », le dernier étant consacré à « Un cas à part : Philippe Dorin ».

.

Naissance d’une collection

Avant d’en lire des extraits de façon extrêmement vivante, en dialogue avec Sylvie Ballul, Brigitte Smadja a expliqué pourquoi elle avait lancé cette collection de textes théâtraux pour le jeune public à l’école des loisirs, créant par là une dynamique éditoriale nouvelle. L’offre de textes dramaturgiques pour les enfants et les adolescents s’est considérablement étoffée depuis. Son court préambule a été un moment fort, qui a permis de comprendre dans quel territoire, dans quel imaginaire, dans quelle histoire prend sa source ce corpus qui accueille les meilleurs auteurs du genre, de Philippe Dorin à Dominique Paquet, de Catherine Anne à Nathalie Papin (qui était présente en seconde partie de soirée).

« J’ai créé cette collection, a-t-elle expliqué, parce que j’ai le souvenir d’avoir été élève. Et élève, j’ai eu la chance d’avoir en sixième un professeur comme on en a parfois, totalement fou, qui aimait le latin, les oiseaux (elle venait en cours avec des oiseaux en cage) et qui avait une troisième passion : Maeterlinck […]. Elle avait décidé en sixième de nous faire étudier toute l’année, entre quelques déclinaisons de latin, L’Oiseau bleu de Maurice Maeterlinck. » Une expérience fondatrice qui devrait trouver un écho chez les enseignants. Issue d’une famille qui n’allait pas au théâtre, Brigitte Smadja a assisté à sa première représentation théâtrale à l’âge de quinze ans.

.

“Une pièce de théâtre est un texte avant d’être un spectacle”

« Je crois profondément, et ces expériences très jeune n’ont fait que confirmer cette croyance, qu’une pièce de théâtre est un texte avant d’être un spectacle. Je suis absolument convaincue que, si une pièce est bonne, si elle est de qualité, elle durera, aura plusieurs mises en scène, tandis qu’une pièce mauvaise restera mauvaise […]. Professeur, j’ai toujours expérimenté la richesse extraordinaire du théâtre. J’ai toujours tenté l’expérience pour voir ce qu’elle apportait dans la dynamique de groupe, j’ai toujours été sensible à ce que cela révélait chez certains enfants inhibés. Je vous encourage très vivement à tenter ce genre d’expériences qui sont aussi, humainement, passionnantes. »

Avant l’évocation de chacune des dix-sept pièces, cet avant-propos plein de vivacité et d’intelligence ne sonnait ni comme une leçon, ni comme un cours magistral, ni même comme un manifeste. Mais comme une déclaration d’amour.

Olivier Bailly

CM2-6e – Dominique PAQUET, La Consolation de Sophie

CM2-6e – Claude PONTI, La Pantoufle *

CM2-6e – Bettina WEGENAST, Être le loup

 

6e – Catherine ANNE, Ah ! Anabelle

6e – Catherine ANNE, Une petite sirène

6e – Jacques DESCORDE, Maman dans le vent *

6e – Philippe DORIN, Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu

6e – Philippe GAUTHIER, Chant de mines

6e – Nathalie PAPIN, Debout

6e – Olivier PY, L’Eau de la vie

6e – Isabelle ROSSIGNOL, Pas à vendre *

6e – Catherine ZAMBON, Mon frère, ma princesse *

 

5e – Philippe DORIN, Abeilles, habillez-moi de vous

5e – Karin SERRES, Mongol *

5e – Catherine ZAMBON, Dans la maison de l’ogre Monsieur

 

4e – Daniel DANIS, Le Pont de pierres et la Peau d’images

4e – Nathalie PAPIN, Camino

4e – Karin SERRES, Louise les ours

 

3e – Liliane ATLAN, Monsieur Fugue

3e – William GOLDING, Nigel WILLIAMS, Sa Majesté des Mouches

3e – Börje LINDSTRÖM, Contagieux *

 

3e-2de – Nathalie PAPIN, La Morsure de l’âne

3e-2de – Eugène DURIF, La Petite Histoire

• Feuilleter le catalogue “Lectures pour les collégiens

• Consulter le numéro de l’École des lettresLectures pour les collégiens

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *