« Là où tout se tait », de Jean Hatzfeld

« Là où tout se tait », de Jean HatzfeldLITTÉRATURE. Dans Là où tout se tait, Jean Hatzfeld poursuit son travail sur le massacre des Tutsis par les Hutus. 800 000 morts en moins de 100 jours. Certains ont refusé de tuer. Le romancier met en scène ces Justes souvent cultivateurs dont le rôle civique après le génocide est reconnu par l’institution rwandaise mais qui vivent relativement entourés de silence.

Par Norbert Czarny

Continuer la lecture

« Si le vent tombe », de Nora Martirosyan

CINÉMA. Entre le tournage du film de Nora Martirosyan et sa sortie aujourd’hui en salles, le conflit ethnopolitique opposant l’Arménie et l’Azerbaïdjan au Haut-Karabach depuis trente ans a redémarré. Et si le vent tombe est donc devenu une oeuvre d’archive, une trace de l’époque où cette enclave arménienne se battait pour obtenir reconnaissance et visibilité sur la scène internationale. Reste une fiction politique et poétique autour de la question des frontières et de l’identité.

Par Philippe Leclercq

Continuer la lecture

Territoires vivants de la République : « La France des Belhoumi ». Raconter et jouer au lycée l’histoire d’une fratrie d’origine algérienne

© Acte public compagnie.

Comment transmettre aux lycéens et lycéennes d’aujourd’hui l’histoire de l’immigration algérienne en France ? Comment faire partager cette histoire tragique et compliquée à des élèves qui peuvent parfois avoir une relation forte et intime avec ce pays à travers leurs parents et grands-parents (qu’ils soient « pieds-noirs », « français musulmans », « harkis ») – ou en être très éloignés ?

Telles sont les questions auxquelles s’efforcent de répondre Stéphane Beaud, sociologue et professeur de science politique à Sciences Po Lille, et Dominique Lurcel, metteur en scène, directeur de,la compagnie théâtrale Passeurs de mémoires, à travers plusieurs interventions faites dans les lycées, ainsi qu’un spectacle réalisé autour du livre de Stéphane Beaud, La France des Belhoumi, portraits de famille (1977-2017) (La Découverte, 2018).

Continuer la lecture

Zola et la Commune (1871-1872)

Commune de Paris

La rue de la Paix après la fusillade du 23 mars 1871, place Vendôme, à Paris. «L’Événement illustré» © CR, «l’École des lettres».

Faut-il commémorer la Commune ? À l’occasion du cent cinquantième anniversaire de l’événement, la question a opposé certains hommes politiques et agité les médias et on a pu entendre ou lire des jugements définitifs sur l’attitude de Zola.

Pierre Nora, dans L’Obs (n° 2945 du 8 au 14 avril 2021,  p. 60), rappelle qu’il existe une « légende noire » de la Commune qui « voit le peuple comme la populace. C’est l’idée que tous les intellectuels de l’époque se faisaient de la Commune, Flaubert, Sand et même Zola… Pour eux, c’était la racaille. » Jean-Luc Mélenchon, sur France Culture, regrette que « même Zola » ait parlé d’une « saignée nécessaire » à propos de la Commune.

Continuer la lecture

7 avril : commémoration en France du génocide des Tutsi au Rwanda

Mémorial du génocide des Tutsi de Kigali

Depuis 2019, le 7 avril est jour de commémoration en France du génocide des Tutsi au Rwanda qui s’est déroulé d’avril à juillet 1994 et a abouti à la mort de plus de 800 000 Tutsi et Hutu modérés. Ce dernier génocide du XXe siècle, parfaitement documenté, est à l’origine d’une abondante production de témoignages, d’ouvrages d’historiens et de documentaires.

Le rapport de la Commission Duclert présenté au président de la République en mars de cette année permet de lever aujourd’hui les derniers doutes sur le rôle de la France dans cet événement dramatique. Il montre également l’importance du travail de mémoire, du devoir d’histoire et d’une politique de résilience fondée sur la justice.

Continuer la lecture

Comment aborder l’histoire des faits religieux en 6e et 5e ?

Mahomet et Jésus, miniature tirée de la « Chronologie des peuples anciens » d’al-Birouni (973-1050, Ouzbékistan), 1306 © Edimbourg, University Library

Délimiter le champ d’étude, démonter les préjugés, centrer sur la culture générale et bien préparer son cours permet de faire face à la crainte de mal faire et à la peur des critiques.  

Continuer la lecture

150e anniversaire de la Commune de Paris

Le 150e anniversaire de la Commune de Paris, après celui de la guerre franco-prussienne de 1870 est l’occasion de revenir sur un événement aujourd’hui peu enseigné dans nos classes.

Le 18 mars 1871 la France vaincue négocie la paix avec la Prusse de Guillaume II à la suite de plusieurs lourdes défaites (Sedan…) et après avoir signé l’armistice du 28 janvier. L’Assemblée nouvellement élue en février qui a rejoint Versailles et qui souhaite remettre le pays en marche, renonce à payer l’indemnité des Gardes nationaux, citoyens mobilisés dans le cadre de la guerre et qui ont participé à la défense des villes et du pays. Ils sont 180 000 à Paris à avoir soutenu un long siège et l’humiliation du défilé des troupes prussiennes dans la capitale le 1er mars.

Continuer la lecture

Des élèves de bac professionnel « passeurs de mémoire »

Se souvenir, transmettre, partager …
« S’il fallait plus que des mots » pour un monde fraternel

Dans le cadre du travail de mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité, les lycéens de la section professionnelle François-Truffaut du lycée Simone-Weil (Paris) se sont engagés dans un projet d’éducation citoyenne, culturelle et professionnelle à travers un partenariat intergénérationnel avec l’Association Histoire et Mémoire du 3e arrondissement, à Paris.

Continuer la lecture