« Le Capital au XXIe siècle », de Justin Pemberton et Thomas Piketty

« Le Capital au XXIe siècle », de Justin Pemberton et Thomas PikettyComme chacun sait, il y a deux types d’élèves comme de gens : les sérieux, les studieux, les bosseurs, et les autres.

Les premiers (les gens, pas les élèves) furent, à l’époque, environ deux millions et demi à se lancer dans son imposante lecture ; les autres, heureux attentistes, se voient aujourd’hui proposer une séance cinématographique de rattrapage (les premiers pourront toujours réviser) des leçons du Capital au XXIe siècle (Seuil), le colossal essai d’économie politique que Thomas Piketty consacra en 2013 aux inégalités à travers le monde et l’histoire moderne. Continuer la lecture

Romain Gary, un Français libre

Romain Garry (à droite sur la photo).

Voilà quatre-vingts ans que retentissait à Londres, le 18 juin 1940 à la BBC, la voix vibrante d’un général français deux étoiles, seul membre du dernier gouvernement de la République française, appelant ses compatriotes à la résistance, à la poursuite du combat pour une future victoire dont il n’avait aucun doute. Le maréchal Pétain venait alors de demander un armistice à l’Allemagne nazie et de cesser les combats, une grande partie de la France était occupée, l’armée vaincue..

La conviction chevillée au corps de ce grand militaire, au sens propre comme au figuré, dessinait pourtant fermement l’histoire de son pays et avec elle, celle de l’Europe et du monde. Lui qui était déjà un héros de la dernière Grande Guerre, il poursuivait ardemment le combat ce 18 juin, comme une évidence qu’elle n’était alors pas. Ils furent bien peu à le rejoindre dans la capitale britannique en juin 1940. Un écrivain en devenir, alors aviateur, nommé Romain Gary prit avec quelques-uns de ses camarades le risque de suivre ce général de Gaulle alors quasi inconnu.

Continuer la lecture

Pompéi comme si vous y étiez

« Parcourez chez vous, depuis votre canapé, l’histoire de Pompéi et revivez le quotidien de ses habitants qui fascine tant. »

En ces temps troublés de confinement, saluons la très belle initiative de la Réunion des musées Nationaux et du Grand Palais qui proposent une dématérialisation réussie de l’exposition Pompéi intitulée « Pompéi chez vous ».

Celle-ci devait être ouverte au public le 25 mars dernier et visible dans le salon d’honneur du célèbre établissement culturel parisien jusqu’au 8 juin dans le cadre d’un parcours très immersif. Confinement et fermeture physique des frontières ont contraint les organisateurs à changer de paradigme : si les visiteurs ne pouvaient plus venir en masse, l’exposition viendrait à eux.

Continuer la lecture

7 avril-17 juillet 1994 : retour historique sur le génocide des Tutsi au Rwanda

Depuis longtemps organisé et souverain, le Rwanda devient une colonie allemande après la Conférence de Berlin qui s’est tenue de novembre 1884 à février 1885 pour organiser la conquête de l’Afrique par les grandes puissances européennes.

Pendant la Première Guerre mondiale, le pays passera aux mains de la Belgique et ce jusqu’en 1962, lorsqu’à la suite de la « révolution sociale » de 1959 des milliers de Tutsi prennent le chemin de l’exil et s’établissent dans les pays limitrophes du Burundi, du Congo, de la Tanzanie et de l’Ouganda.

Continuer la lecture

Entretien avec l’écrivaine rwandaise Beata Umubyeyi Mairesse

Beata Umubyeyi Mairesse

Le 7 avril est commémoré partout dans le monde le génocide contre les Tutsi du Rwanda. À cette occasion, l’École des lettres a souhaité valoriser la littérature de témoignage associée à ce drame et en particulier le travail de l’écrivaine rwandaise Beata Umubyeyi Mairesse.

À travers ses récits et son dernier ouvrage Tous tes enfants dispersés, elle poursuit le questionnement nécessaire sur le génocide et ses conséquences qui interrogent notre humanité. Dans l’entretien présenté ici, elle élargit sa réflexion à la littérature africaine.

Continuer la lecture

La (Grande) guerre sanitaire

Discours d’Emmanuel Macron le 16 mars 2020.

« Nous sommes en guerre », déclarait à six reprises le 16 mars le président Emmanuel Macron dans son allocution télévisée. En guerre sanitaire certes, mais en guerre tout de même, de celle qui rappelle la Grande, la préférée de Georges Brassens [1].

Le Président n’a pas hésité à se référer (encore) à Georges Clemenceau, appelé à la présidence du Conseil par Raymond Poincaré en novembre 1917, alors que la République traverse une période de doute après plus de trois années de guerre. Ce dernier, qui avait fustigé durant des mois dans son journal L’Homme libre, devenu du fait de la censure L’Homme enchaîné, la « mollesse » ou la « couardise » des autorités et des profiteurs de guerre, prend les rênes de la République avec un mot d’ordre : « Je fais la guerre » (discours du 8 mars 1918).

Continuer la lecture

« Where is Jimi Hendrix », de Marios Piperides

« Where is Jimi Hendrix », de Marios PiperidesWhere is Jimi Hendrix ?, l’astucieux premier long-métrage du réalisateur chypriote Marios Piperides, témoigne à la fois de l’existence d’une petite cinématographie insulaire et du quotidien d’un pays dont le visage s’invite rarement sur nos écrans, à la navrante et sporadique exception des échouages d’exilés sur ses plages ou encore à celle des tensions entre la Turquie et l’UE autour des gisements de gaz en Méditerranée.

Son auteur, né en 1975 à Nicosie, y parle de sa ville – du passé qui la hante et du présent qui l’occupe –, et il le fait de la manière la plus plaisante, usant des ressorts de la comédie pour dresser un état des lieux d’une situation géopolitique vieille de quarante-six ans. Quarante-six ans que Chypre et sa capitale vivent coupés en deux.

Continuer la lecture

 « La Paix avec les morts », de Rithy Panh et Christophe Bataille

La paix avec les morts, de Rithy Panh et Christophe BataillePassage entre les mondes

« La nuit des rescapés n’est pas une veille : c’est l’autre monde qui ne cesse pas. »

Cette phrase, Rithy Panh l’écrit après une visite à « Marceline », cette Marceline Loridan que nous avons connue comme survivante des camps, camarade de Simone Veil, cinéaste et écrivaine. D’un crime l’autre, de Birkenau à Kraing Ta Chan, une même histoire se raconte, se répète.

Le cinéaste né à Phnom Penh a filmé les bourreaux dans S21, reconstitué son enfance dans L’Image manquante et le dialogue qu’il engage avec les disparus dans Les Tombeaux sans noms. Paix avec les morts, co-écrit comme L’Élimination avec Christophe Bataille, fait écho à ce dernier documentaire.

Continuer la lecture