La rentrée des autres, « Ordinary People », de Diana Evans

Diane Evans, Ordinary peopleCaptée par la figure centrale du migrant, la littérature contemporaine retrouve des accents engagés en faveur des droits de l’homme.

Ailleurs, des femmes puissantes, pour reprendre un titre bien connu, proposent une vision nouvelle de la place de l’autre dans nos sociétés.

De l’émigré à l’immigré puis au migrant la figure de l’autre géographique, de l’exilé héroïque des temps modernes contribue à animer littérature et idées depuis quelques rentrées littéraires déjà. Après les témoignages viennent les prises de position.

Continuer la lecture

Débats, expositions et animations à l’occasion du centenaire de la naissance de Primo Levi

À l’occasion du centenaire de la naissance de Primo Levi, écrivain et témoin majeur de la Shoah, le Centre Primo Levi organise deux journées de débats, d’expositions, d’informations et d’animations les 15 et 16 novembre 2019, à la mairie du IIIe arrondissement de Paris.

Écrivains, artistes, citoyens, experts et responsables politiques sont invités à mettre en lumière son héritage et à échanger sur la réalité de la violence politique aujourd’hui, le rôle du récit et l’accueil des victimes venues demander l’asile en France.

Continuer la lecture

Enseigner l’Afrique : pour un nouveau paradigme scolaire

Africa 2020À l’heure où l’Afrique connaît un renouveau fondé sur un développement à la fois économique et culturel impressionnant, il est temps que l’École en France s’attache à renouveler son rapport de connaissance à ce continent longtemps contraint à la périphérie du monde occidental.

Largement absente des programmes scolaires, l’Afrique n’est souvent abordée que par l’angle de l’histoire dramatique ou de la géographie d’une mondialisation qui la délaisse. Comme si elle n’avait pas ou pas eu d’autonomie propre, vouée à la domination chronique à travers la traite négrière, la colonisation, les heurts de la décolonisation et le déclassement économique. Ce traitement essentiellement mémoriel et historique, fondé sur un triptyque négatif esclavage/colonisation/sous-développement, est symptomatique de représentations tenaces dans notre société.

Continuer la lecture

« Nous Princesses de Clèves », de Régis Sauder : relire autrement Madame de La Fayette

« Nous Princesses de Clèves », de Régis SauderDans le cadre du troisième objet d’étude du programme de littérature de la classe de première, « Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle », est prescrit au choix, Le Rouge et le Noir, Mémoires d’Hadrien et La Princesse de Clèves en corrélation avec le parcours, « Individu, morale et société ».

Il ne sera pas ici question d’une séquence proprement dite sur La Princesse de Clèves mais plus d’une proposition de relecture personnalisée de l’œuvre de Madame de La Fayette. À cette fin, le propos visera à montrer l’intérêt d’une « exploitation » du film documentaire de Régis Sauder, Nous Princesses de Clèves (2011).

Continuer la lecture

Restaurer au temps de Victor Hugo : reconstruire à l’identique ou réinventer ?

Charles Meryon, L’abside de Notre-Dame de Paris, eau-forte, 1854

Charles Meryon, L’abside de Notre-Dame de Paris, eau-forte, 1854 © Gallica, BnF

La reconstruction de la toiture et de la flèche de Notre-Dame détruites après l’incendie du 15 avril fait prendre conscience que restaurer ne va pas de soi mais implique des choix, non seulement de matériaux et de technique mais aussi de style et de type de continuité dans l’histoire.

Ces problèmes se sont posés au XIXe siècle lorsque la notion de patrimoine, née sous la Révolution, s’est imposée à la conscience politique. Le regroupement de textes suivant offre la possibilité de comprendre les enjeux esthétiques et idéologiques découverts à cette occasion et au cœur du débat avec l’actualité de l’incendie de Notre-Dame.

Continuer la lecture

Nouveaux programmes : tout ça pour quoi ?

Ces derniers jours les médias ont relayé le mécontentement des enseignants confrontés aux nouveaux programmes en application depuis le mois de septembre : œuvres obligatoires, nouvelles préparations, lourdeurs des objets d’étude, incertitudes sur les nouvelles épreuves, incompatibilité de l’ensemble avec le temps disponible, absence de réponses des corps d’inspection…

Si ces réformes contribuaient à l’amélioration de la formation des élèves, meilleure culture, meilleur savoir-faire, meilleur approche de la vie citoyenne, on pourrait appeler à la patience, à l’apprivoisement de ces programmes, mais chacun sait que ces derniers changements, comme les précédents, n’auront jamais le moindre effet sur le niveau des élèves, au collège comme au lycée. Le surcroît de travail n’aura qu’un peu plus alimenté le mécontentement  des enseignants et donné des airs de volontarisme dans l’action du ministère.

Continuer la lecture

Relire « l’Odyssée », à la lumière d’« Atlantique », de Mati Diop

Ada, la figure moderne de Pénélope

Quand les jeunes garçons sont fatigués d’être exploités et sous-payés, ils désespèrent de voir leur avenir s’éclaircir et ils partent. C’est leur combat. Et dans le film de Mati Diop, Atlantique, Grand Prix du Festival de Cannes 2019, les hommes prennent la mer et les femmes restent au bord. Elles attendent, guettent le retour.

Les filles de cette banlieue populaire de Dakar sont aussi les victimes de la mer qui engloutit leurs hommes. C’est leurs visages en premier que la caméra cadre et fixe, des visages qui interrogent l’horizon. On suit alors leur lutte, car elles ne baissent pas les bras et se battent, déterminées, optimistes, avec amour.

Continuer la lecture