Talis 2018. Quelles perspectives pour les enseignants ?

L’enquête TALIS 2018 (Teaching And Learning International Survey) repose sur un échantillon représentatif de 4 000 enseignants et chefs d’établissements français répartis sur 200 établissements hexagonaux.

48 pays participants et plus de 200 000 enseignants sont consultés tous les cinq ans sur des thématiques liées aux pratiques et à à la formation des enseignants, au climat scolaire, à la satisfaction professionnelle, à l’évaluation et à la gestion du personnel, ce qui permet des comparaisons souvent suggestives entre les différentes politiques éducatives conduites à travers le monde.

Continuer la lecture

TALIS 2018. L’état d’esprit des professeurs français : des résultats d’enquête à pondérer

Le mercredi 19 juin, par communiqué de presse, le ministère de l’Éducation nationale synthétisait les données d’une étude internationale (TALIS, 2018) « réalisée tous les cinq ans sous l’égide de l’OCDE ».

Deux axes principaux y étaient mis en avant : « les professeurs français aiment leur métier » et « ils aspirent à être mieux formés ». Il s’agira donc de questionner ces deux affirmations afin de les remettre en perspective dans l’ordre du réel et les disjoindre d’un plaidoyer ministériel pro domo.

Continuer la lecture

Construire une compétence plurilingue : l’exemple des États-Unis

Sculpture de Bruno Catalano

Aux États-Unis, les cours de langues étrangères sont considérés comme des electives, c’est-à-dire comme des options permettant aux élèves d’obtenir des crédits d’enseignement pour entrer à l’université.

Parallèlement, un dispositif existe pour accompagner les nouveaux arrivants dont la langue d’origine n’est pas l’anglais, ces élèves sont référencés comme ayant une maîtrise limitée de l’anglais.

Ils sont ainsi catégorisés comme étant des Limited English Proficiency [1] students et pris en charge par un-e enseignant-e spécialisé-e, généralement hispanophone puisque l’espagnol est la deuxième langue parlée aux États-Unis.

Continuer la lecture

Qu’est-ce qu’un écrivain européen ?

Les écrivains européens ?
À votre choix,
plusieurs listes possibles,
mais un même programme

 À l’occasion du salon Livre Paris de mars dernier qui accueillait en invitée principale la littérature slovaque et, en « guest star », la littérature européenne, la question de l’écrivain européen et de son identité s’est fait entendre à nouveau. Ajoutons-y les élections européennes et le thème apparaît sans doute plus vital encore.

Qu’est-ce qu’un écrivain européen ? Cette question recèle ambiguïtés et interrogations gigognes. Or la réponse la plus communément admise est que nous n’en savons rien, ou que, si définition il y a, il faut se hâter de s’inscrire en faux contre elle.

Allons voir de plus près.

Continuer la lecture

18 avril 2019 : Chantiers d’Europe en Sorbonne

L’académie de Paris et le Théâtre de la Ville à Paris dédient à la jeunesse une soirée spéciale de Chantiers d’Europe, le jeudi 18 avril, de 19 h à 21 h, dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne.

Chantiers d’Europe est un festival annuel européen du Théâtre de la Ville, héritier en droite ligne du célèbre Théâtre des Nations où résonnèrent pour la première fois en France les noms de Brecht ou de Strehler. Le fait de décliner cet événement pour et par les jeunes, enfants du XXIe siècle, est une première.
.
Aujourd’hui plus que jamais, l’Europe est à incarner et à réinventer par la jeunesse, dans le  dialogue interculturel et par la pratique artistique.
.

Continuer la lecture

Préjugés, questions vives, enseignement des faits religieux : quelles réponses en Europe ?

L’Institut européen en sciences des religions organise les vendredi 22 et samedi 23 mars 2019 à Paris le colloque international « Préjugés, questions vives, enseignement des faits religieux : quelles réponses en Europe ? » avec le concours des équipes du Projet européen SORAPS (Sudy of religions against prejudices and stereotypes), cofinancé par le programme « Erasmus + » de la Commission européenne.

Continuer la lecture

Le lycée René-Cassin (Arpajon), lycée laboratoire de l’enseignement des faits religieux

Après les attentats de 2015 et 2016, beaucoup d’enseignants ont dû répondre dans l’urgence aux interrogations et aux angoisses de leurs élèves. La question s’est posée très vite du « Comment répondre ? », « Avec quels outils intellectuels, culturels, historiques ? ».

En mars 2016, le groupe « Lettres » qui réunissait au sein de l’Institut européen en sciences des religions (ÉPHÉ) enseignants et chercheurs sous l’impulsion de Monique Legrand, IA-IPR honoraire de lettres, Émilie Nguyen, alors professeure de lettres classiques au lycée René-Cassin aujourd’hui IA-IPR de lettres et de Philippe Gaudin, directeur adjoint de l’IESR, a fait le constat suivant :

« Dans le prolongement d’une démarche thématique d’exploration et d’explicitation des faits religieux initiée par Monique Legrand, le groupe lettres de l’IESR estime nécessaire de répondre à une demande des enseignants qui, malgré les outils de formation mis à leur disposition (l’IESR au premier chef), peuvent encore se trouver démunis et surtout isolés devant ces questions : celle d’une proximité territoriale de la formation initiale et continue d’une part, celle des ressources humaines d’accompagnement d’autre part ; demande qui revêt un caractère d’urgence mais dont la réponse s’inscrit dans le temps»

Le groupe en tirait la conclusion qu’il serait utile et nécessaire de créer par académie un établissement référent pour cet enseignement laïc des faits religieux, susceptible, en lien étroit avec l’IESR, de diffuser formation et information sur le territoire académique et d’accompagner les enseignants de façon concrète et sur la durée dans leurs projets.

Continuer la lecture