Oral du bac de français : lire un texte littéraire devant un examinateur

La première partie de l’épreuve orale de français porte sur le texte choisi par l’examinateur dans la liste présentée par le candidat. Avant l’entrée dans l’explication proprement dite, elle suppose de contextualiser l’extrait au sein de l’œuvre ou dans le cadre du parcours associé.

À ce premier passage obligé de l’épreuve orale, s’ajoute la nécessité de lire préalablement l’extrait retenu. La proposition qui suit vise à développer les compétences de lecture à voix haute.

Continuer la lecture

Les œuvres au programme de français des classes de première générales et technologiques en 2020-2021

Le Bulletin officiel n° 18 du 30 avril 2020 fixe les objets d’étude et les œuvres pour les classes de première générales et technologiques pour l’année scolaire 2020-2021

« Le programme de français fixe quatre objets d’étude pour la classe de première : la poésie du XIXe siècle au XXIe siècle, la littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle, le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle, le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle. Chacun des objets d’étude associe une œuvre (ou une section substantielle et cohérente d’une œuvre) et un parcours permettant de la situer dans son contexte historique et générique. Le programme national de douze œuvres, renouvelé par quart tous les ans, définit les œuvres par objet d’étude, parmi lesquelles le professeur en choisit une et son parcours associé. »

Continuer la lecture

11 mai 2020 ? C’est dès maintenant que la classe est à réinventer !

Vittorio De Seta , « Journal d’un maître d’école », 1973.

Désormais nous le savons. Le déconfinement commence avec l’école. Le 11 mai, les écoles maternelles et élémentaires ouvrent le bal. Les 6e et les 5e suivront. Pas les 4e et les 3e, ni les lycées, pour des raisons médicales et scientifiques liées au développement de l’immunité chez les jeunes en pleine mutation hormonale. Ce sont les adultes qui sont porteurs et transmettent massivement le Covid 19. Les enfants, de façon marginale.

Le premier ministre l’a dit explicitement à l’Assemblée nationale ce mardi 28 avril après-midi, ce sont les « les avis scientifiques [qui] nous ont conduits aux décisions suivantes » . C’est à l’aune des dernières études qui écartent massivement les enfants de la pandémie que le premier ministre a tranché. Au collège les masques. Pour les enseignants des masques également. Dans les conditions de pandémie qui sont les nôtres, c’est un choix politique tenant compte à la fois des conditions sanitaires exceptionnelles et des connaissances scientifiques actuelles.

Dans le corps enseignant, le doute est patent. Comment pouvons-nous reprendre alors que les conditions sanitaires sont si aléatoires ?

Continuer la lecture

11 mai : « To go or not to go ? » La reprise en question

Depuis l’annonce d’une réouverture progressive des établissements scolaires à partir du 11 mai, les recommandations de l’Académie nationale de médecine du 23 avril, et la Note du Conseil scientifique Covid-19 du 24 avril, tout enseignant, méditatif et partagé, se pose cette question : y aller ou ne pas y aller ? Retourner en classe ou faire classe à distance ?

Cette question, si proche de monologues illustres, de dilemmes cornéliens et de « tempêtes sous un crâne » bien connus des professeurs de français, pose un véritable problème de conscience.  Chacun voit bien dans cette situation la rencontre problématique du besoin sanitaire et du besoin éducatif, le heurt de la santé et l’école, rencontre délicate de deux impératifs qu’il ne faut surtout pas requalifier en une simple sommation : la santé ou l’école.

Continuer la lecture

Sortie de crise, sortie de guerre… Pour un nouveau monde ?  

Le jour de l’Armistice à Paris, aquarelle de Frank Boggs, 1918 © Metropolitan Museum of Art.

Le vocabulaire martial employé dans la communication du chef de l’État lors de ses dernières allocutions solennelles aux Français a pu surprendre. La crise sanitaire que traverse le pays et le monde avec lui peut-elle être lue comme un événement relevant de la guerre ? Sommes-nous dans un état de guerre, au même titre que la France a pu l’être lors de la guerre-étalon que représente encore aujourd’hui le premier conflit mondial ?

L’idée que nous vivons un temps exceptionnel et inédit pour nos générations nécessite sans doute des mots qui s’imposent à notre mémoire collective et « fassent sens ». Le choix du vocabulaire associé à la Grande Guerre fonctionne parce que cette dernière a durablement imposé son imaginaire à notre société.

Continuer la lecture

Hommage à l’helléniste Yannick Scolan

« The place to be », Delphes. Titre et photographie de Yannick Scolan.

Yannick Scolan, jeune helléniste et savant remarquable, professeur à la générosité ardente, compagnon et artisan d’Odysseum, la Maison numérique des humanités, a largué les amarres qui le rattachaient à la terre pour une ultime navigation le samedi 18 avril. Il est parti en pleine jeunesse, à la suite d’un brutal accident de santé que nul n’aurait su prévoir et qui laisse ses deux filles, ses parents, ses étudiants et ses amis bouleversés.

Continuer la lecture

L’oral du bac de français 2020 à l’épreuve des ondes

Nul ne sait encore si les élèves de première passeront leur oral de français cette année, mais ce qui est certain c’est que comédiens et journalistes s’y seront essayés des semaines entières, vaillamment, témérairement, parfois naïvement. Car même avec le concours du ministère de l’Éducation nationale, les deux opérations Les comédiens repassent le bac de français sur le site de la Comédie-Française, (tous les jours à 16 h) et Écoutez , révisez ! sur France Culture (tous les jours à 12 h) sont certes généreuses mais d’une utilité parfois limitée.

Au départ deux accroches, deux tons différents. À la Comédie-Française, on annonce la couleur : le sous-titre de l’émission est, avec humour : Ce que les profs ne disent jamais ; sur France Culture, Olivia Gesbert, avec sérieux, proclame son orthodoxie : Comment préparer l’oral de français. À l’arrivée, de beaux textes bien lus, de beaux commentaires, de beaux exercices oui, mais éloignés des règles de l’explication de texte attendues au bac.
Continuer la lecture

Une surchauffe pédagogique ?

Surchauffe pédagogique« Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. »

Article 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789,
reprise par le président de la République Emmanuel Macron,
quatrième allocution aux Français confinés, 13 avril 2020.

En cette quatrième semaine de confinement, l’enjeu scolaire a repris toute son importance. Après la dernière adresse présidentielle aux Français du lundi 13 avril (suivie par près de 37 millions de nos concitoyens), la perspective d’une reprise « progressive » des cours dans les écoles, collèges et lycées (et non les universités), à partir du 11 mai fait débat.

Continuer la lecture