Le Cirque invisible, ou la magie poétique

Le Cirque invisible

Le Cirque invisible © Manuelle Toussaint

Il est parfois bien difficile de parler de poésie, ou mieux encore de définir la poésie. Le Cirque invisible facilite cette immersion dans la poésie en la faisant éprouver le temps du spectacle comme une surprise merveilleuse, une métamorphose du connu en inconnu, un glissement insensible du réel au fantastique, et ce, grâce au talent accompli de Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thierrée, son compagnon.

Continuer la lecture

« Kadoc », de Rémi De Vos, mise en scène de Jean-Michel Ribes

« Kadoc », de Rémi De Vos

« Kadoc », de Rémi De Vos © Stéphane Trapier

Le monde de l’entreprise au théâtre : le sujet a de quoi faire peur, mais quand il est abordé par Rémi de Vos, il annonce plutôt un grand éclat de rire.

Le monde du travail depuis Michel Vinaver mérite certes l’attention critique et politique des auteurs de théâtre contemporains, mais il peut être évoqué tout aussi finement par le biais du comique, comme ici dans Kadoc.

Continuer la lecture

Territoires vivants de la République : dix ans d’improvisation théâtrale au collège La Fayette de Rochefort

Improvisation théâtrale © Thomas Raffoux

Improvisation théâtrale au collège Lafayette de Rochefort © Thomas Raffoux

L’École des lettres poursuit la vibrante aventure des « Territoires vivants de la République ». Ces témoignages, réunis par Benoit Falaize, historien et spécialiste des questions éducatives, présentent des expériences pédagogiques qui montrent que, jusque dans ses territoires prétendument perdus, l’école peut rester fidèle à l’idéal républicain d’émancipation par la connaissance.

Professeur de lettres modernes pendant vingt-trois ans au collège La Fayette de Rochefort – classé RRS (Réseau de réussite scolaire), puis « Politique de la ville », et accueillant une SEGPA 120 (Section d’enseignement général et professionnel adapté) –, en quartier d’éducation prioritaire, j’ai eu à m’occuper d’une population défavorisée pour laquelle l’oral, l’écrit, l’expression d’une pensée personnelle et les repères culturels étaient globalement pauvres.

Bientôt dix ans que le décorum si particulier du match d’improvisation théâtrale s’est installé dans la salle polyvalente du collège, avec sa patinoire, ses maillots de hockey, son arbitre et ses cartons de vote… Une décennie au cours de laquelle j’ai pu constater l’intérêt que revêt cette pratique pour les élèves.

Continuer la lecture

« Marie des poules, gouvernante chez George Sand », de Gérard Savoisien, mise en scène d’Arnaud Denis

Béatrice Agenin et Arnaud Denis dans « Marie des poules », de Gérard Savoisien

Sur un plateau au décor minimal, une femme s’épanche, assise à une table de bistrot parisien. Un verre d’absinthe à la main, elle raconte sa vie, du temps où elle était servante chez George Sand. Marie Caillaud alias Marie des poules (1840-1914).

Ainsi nommée parce qu’elle a d’abord eu la charge du poulailler, et pour la distinguer d’une autre Marie, cuisinière dans la maison de l’écrivaine à Nohant.

Continuer la lecture

« L’Art du rire », de Hos Jouben, ou l’école du burlesque

« L’Art du rire », de Hos Jouben

« L’Art du rire », de Hos Jouben

L’Art du rire de Hos Jouben est un spectacle original qui, tenant à la fois du « seul en scène » humoristique et du cours de théâtre pour tous sur le thème du rire, nous invite simultanément à entrer dans la peau du spectateur venant se divertir et dans celle de l’étudiant venant s’instruire. Autant dire que dans ces deux rôles notre attente est comblée.

La « master class » de l’acteur belge entend parler non du pourquoi, mais du comment et quand le rire survient. Non pas une métaphysique du rire à la Baudelaire (le rire et la supériorité diabolique) mais une physique du rire : le corps comme enjeu et investissement du rire.

Continuer la lecture

Du théâtre à la danse : l’expérience du spectateur

Olga Pericet

Olga Pericet, « La espina que quiso ser flor »

Le théâtre de Chaillot, comme beaucoup d’autres théâtres d’ailleurs, développe des programmes d’accompagnement pédagogique aux sorties envisagées par les enseignants.

Sans doute que pour la danse, élèves et professeurs se sentent plus démunis culturellement et donc plus demandeurs d’informations et d’orientations, mais le bénéfice le plus grand à retirer d’un pareil spectacle c’est l’effet émotionnel produit par la rencontre entre des artistes et un public, surtout lorsque ces artistes parlent avec leur corps.

Continuer la lecture

L’enseignement de la grammaire à travers une explication de texte : « Le Mariage de Figaro », de Beaumarchais

Beaumarchais

Portrait de Beaumarchais d’après Jean-Marc Nattier © Bibliothèque-musée de la Comédie-Française

 Beaumarchais :
« Le Mariage de Figaro », acte III, scène 9

Coupler l’enseignement de la langue et les explications de texte présente plusieurs avantages : gagner du temps, mais aussi éviter l’écueil du technicisme et celui de l’émiettement. La langue peut constituer en elle-même un véritable projet de lecture, porteur quand l’entrée est riche et adaptée au texte, qui doit la dicter.

On propose ici un exemple de mise en œuvre en classe de première sur le Mariage de Figaro : la scène 9 de l’acte III se prête en effet à l’étude d’un point signalé par le programme comme ceux exigeant un surcroît d’attention : les interrogatives.

Continuer la lecture

« Une Iliade », de Denis O’Hare et Lisa Peterson

An Iliad

Denis O’Hare © Stéphane Frapier

Dans ce titre qui ne prétend pas présenter l’Iliade mais une Iliade, il y a peut-être de l’humilité mais il y a surtout de la profondeur, comme si l’Iliade était un nom générique valable pour toutes les guerres, pour tous les conflits, et que l’Iliade d’Homère n’était qu’une Iliade parmi tant d’autres, une dans une histoire sans fin de conflits et de morts, unissant dans une même chaîne de fureurs et de massacres Troie à Kaboul ou Tripoli en passant par Azincourt, Verdun ou Hiroshima.

Telle est la grande force de cette adaptation de l’lliade que de jeter habilement un pont entre tous les conflits, jouant non pas sur des anachronismes mais sur des parallèles – des échos soulignés par le passage de l’anglais au français – qui révèlent les invariants humains de toutes les guerres. Continuer la lecture