« L’Audition », d’Ina Weisse, et la question de la transmission des compétences artistiques

« L’Audition », d’Ina WeisseEntretien avec Ina Weisse
et la comédienne Nina Hoss,

Prix d’interprétation féminine au Festival de San Sebastian 2019

Anna est professeure de violon au Conservatoire de Berlin. Avec son jeune élève Alexander, elle entreprend un long travail de formation en vue de l’examen de fin d’année. Emportée par sa passion autant que par son désir de réussite de son élève, Anna franchit quelques limites…

D’une très grande maîtrise formelle, L’Audition, le second long-métrage de l’actrice et réalisatrice allemande Ina Weisse (L’Architecte, 2008), scrute la question de la transmission des compétences artistiques. Elle en interroge les attentes, les écueils, les épuisements, les échecs. Et les (bonnes) surprises, les récompenses, parfois…

Ina Weisse, et son actrice Nina Hoss (stupéfiante dans le rôle d’Anna), ont accepté de nous recevoir et de répondre à nos questions. La sortie de L’Audition est prévue le 6 novembre.

Continuer la lecture

Relire « l’Odyssée », à la lumière d’« Atlantique », de Mati Diop

Ada, la figure moderne de Pénélope

Quand les jeunes garçons sont fatigués d’être exploités et sous-payés, ils désespèrent de voir leur avenir s’éclaircir et ils partent. C’est leur combat. Et dans le film de Mati Diop, Atlantique, Grand Prix du Festival de Cannes 2019, les hommes prennent la mer et les femmes restent au bord. Elles attendent, guettent le retour.

Les filles de cette banlieue populaire de Dakar sont aussi les victimes de la mer qui engloutit leurs hommes. C’est leurs visages en premier que la caméra cadre et fixe, des visages qui interrogent l’horizon. On suit alors leur lutte, car elles ne baissent pas les bras et se battent, déterminées, optimistes, avec amour.

Continuer la lecture

« Création en cours », comment réconcilier l’art et l’école

L’école communale publique de Lessac (revue par Elsa Fauconnet).

Voici venu le temps des « restitutions » pour la troisième édition d’un programme national de soutien à l’émergence artistique porté par les Ateliers Médicis, sous l’égide du ministère de la Culture et en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale. Ce programme intitulé Création en cours concerne les élèves de cycle 3 (CM1, CM2, 6e) dans les territoires les plus éloignés de l’offre culturelle, en particulier en milieu rural et péri-urbain et dans les territoires d’outre-mer.

Depuis 2016-2017, plus de 250 projets portés par de jeunes artistes ont ainsi vu le jour dans tous les champs artistiques et esthétiques : musique, théâtre, danse, cirque, arts plastiques, marionnettes, art de la rue, photographie, cinéma, design, architecture, littérature, poésie, bande dessinée, arts numériques, mode, etc.

Continuer la lecture

« Nos défaites », de Jean-Gabriel Périot. Cinéma et politique à l’école

« Nos défaites », de Jean-Gabriel PériotQuand Le Luxy, le cinéma « Art et Essai » d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), lui propose de « venir faire un film avec la classe de 1re option cinéma-audiovisuel du lycée Romain-Rolland [durant l’année scolaire 2017-2018] », le réalisateur Jean-Gabriel Périot est surpris, intrigué. Il trouve l’idée « singulière ».

Car il ne s’agit pas de tourner une œuvre collective ni d’aider des lycéens à réaliser leur propre film, mais bien d’élaborer un film « avec » eux, et de faire d’eux les « acteurs » du projet (pédagogique) dont Périot serait le réalisateur.

À la fois placés devant et derrière la caméra, les élèves seraient ainsi situés durant leur année scolaire au cœur du processus de création, tant technique qu’artistique et intellectuel, de l’objet filmique.

Continuer la lecture

Alchimie poétique : la boue et l’or (1re)

Charles Baudelaire

Baudelaire,
quand le dégoût inspire.
Ces rebuts qui émaillent le monde

En proposant aux classes de premières un parcours sur l’alchimie poétique, les nouveaux programmes se réfèrent bien sûr à la relation bien particulière que Baudelaire entretient avec sa ville, avec son Paris, son « vice vénérable étalé dans la soie », Paris sa « très belle », sa « charmante » qu’il interpelle dans l’« Ébauche d’un épilogue pour la deuxième édition des Fleurs du Mal » en 1861.

Ce poème est tout à la fois une adresse et un reproche ; y affleurent les sentiments mêlés d’attirance et de répulsion de l’amant-poète. Mais Baudelaire révèle ici surtout son secret essentiel et du laid jaillit le précieux :

« Ô vous, soyez témoins que j’ai fait mon devoir
Comme un parfait chimiste et comme une âme sainte.
Car j’ai de chaque chose extrait la quintessence,
Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or. » (Ibid.) Continuer la lecture

« La Vie de Galilée », de Bertolt Brecht, à la Comédie-Française

« La Vie de Galilée », de Bertolt Brecht, à la Comédie-Française

« La Vie de Galilée », de Bertolt Brecht, mise en scène d’Éric Ruf © Comédie-Française

La Comédie-Française a l’art d’alterner les spectacles et de croiser les pièces les plus diverses : on peut rire actuellement avec La Puce à l’oreille, mais on peut aussi, chose plus rare et plus précieuse encore, réfléchir intelligemment avec La Vie de Galilée de Bertolt Brecht, mise en scène par Éric Ruf.

Loin d’être ennuyeuse ou pontifiante, cette nouvelle version, de sa distribution à sa mise en scène, de ses costumes à ses décors, de son texte à ses interprètes, fait plus que donner à entendre un débat d’idées, le conflit entre la science et la superstition, entre la vérité et l’obscurantisme, elle fait vivre cette lutte en lui donnant une chair, un cœur et un esprit, l’incarnant dans un homme, Galilée, à la fois profondément humain, et profondément savant.
Continuer la lecture

« Alice et le Maire », de Nicolas Pariser, un conte social et politique

« Alice et le Maire », de Nicolas PariserIl n’est guère de cinématographie plus difficile, plus risquée, plus insaisissable que le film politique. S’interroger sur la manière dont la politique se pratique au quotidien et dans le secret du pouvoir, tenter d’en saisir les codes et les usages, c’est s’attaquer à une matière ingrate, peu cinégénique, dont la vraisemblance passe par un mécanisme d’idées que seul le temps long autorise.

Le cinéma hexagonal s’est souvent montré à cet égard peu convaincant, peu enclin à croire aux possibilités de ses propres représentations. Trop démonstratif, naïf ou simpliste à force d’artifices et de raccourcis. Caricatural, ou lesté de pesantes intentions ou de messages grandiloquents, qui amusent ou navrent à défaut d’emporter les suffrages.

Mais quelle joie s’empare parfois du critique à se voir si brillamment contredit. Évitant tous les écueils du genre, et comme son honorable devancier, L’Exercice de l’État, de Pierre Schoeller en 2011, Alice et le Maire de Nicolas Pariser pourrait prétendre au titre de parfait contre-exemple.

Continuer la lecture

Le projet Arts et Culture de la section professionnelle François-Truffaut du lycée Simone-Weil

Les élèves de la section professionnelle François-Truffaut du lycée Simone-Weil sont heureux de vous inviter à la première du spectacle Supernova lundi 7 octobre, à 19 h 30, au lycée François-Truffaut, à Paris.

Ce spectacle est le premier de la saison du projet Lycée Arts et Cultures, en partenariat avec le Nouveau Théâtre de Montreuil.

Continuer la lecture