« Les Aventures de Pinocchio », de Luigi Comencini

« Les Aventures de Pinocchio », de Luigi Comencini

Nino Manfredi dans « Les Aventures de Pinocchio », de Luigi Comencini © DR

On connaît tous l’histoire. Un petit village de Toscane, à la fin du XIXe siècle. Un pauvre menuisier. Une bûche magique. Une marionnette intrépide ou les aventures de Pinocchio.

Le célèbre conte de l’écrivain-journaliste Carlo Collodi (1826-1890) est à nouveau adapté au cinéma. Le réalisateur italien Matteo Garrone en est l’auteur, et il précède de peu les versions de Ron Howard (avec Robert Downey Jr., produit par Warner), de Guillermo del Toro (animation, Netflix) et de Robert Zemeckis (avec Tom Hanks, Disney), toutes trois annoncées (avant confinement) cette année, au plus tard en 2021. Le bicentenaire de la naissance de l’auteur toscan avant l’heure, en quelque sorte.

Continuer la lecture

« Dans un jardin qu’on dirait éternel », de Tatsushi Omori

Au cours de la scène inaugurale de Dans un jardin qu’on dirait éternel, l’héroïne, Noriko, raconte être allée voir La Strada (1954) au cinéma avec ses parents, quand elle était enfant, et n’en avoir pas compris la portée. Faisant plus tard l’effort de le revoir, précise-t-elle ensuite, le film lui est alors apparu dans toute sa splendeur mélodramatique. En plus de l’hommage rendu au Maestro, cette anecdote, posée à l’orée du récit, annonce le long parcours initiatique qui attend Noriko, comme autrefois Zampano, le forain ambulant de Fellini, dans sa perception de l’existence. Continuer la lecture

« La Femme des steppes, le Flic et l’Œuf », de Quan’an Wang

Il est des cinématographies qui s’imposent à nous comme une évidence – qui nous attirent comme l’aimant la limaille. De celles qui, venues de loin, nous promettent des paysages inédits, des endroits si reculés que l’on se sent d’emblée captivés, curieux d’en découvrir les étranges beautés et les histoires singulières. La Femme des steppes, le Flic et l’Œuf, le septième long-métrage du réalisateur chinois Quan’an Wang (Le Mariage de Tuya, 2007), est de celles-là. Continuer la lecture

« Chained » et « Beloved », de Yaron Shani

« Chained » et « Beloved », de Yaron ShaniLe cinéaste israélien Yaron Shani n’avait plus guère donné de nouvelles depuis Ajami, son premier opus, Caméra d’or au Festival de Cannes en 2009, dans lequel il auscultait, avec son co-réalisateur d’origine palestinienne (!) Scandar Copti, l’âme déchirée d’un quartier cosmopolite de la ville de Jaffa à travers le destin croisé de plusieurs de ses habitants. Nous nous étions résolu à accorder notre patience au temps lent du travail de l’artiste (sept années de gestation pour la ci-devant réalisation).

C’est alors que l’on apprit le tournage au long cours (une année entière) du diptyque Chained et Beloved, dont le premier volet sort ce mercredi 8 juillet sur les écrans (le second est programmé pour le 15).

Si notre attente fut longue, elle est aujourd’hui hautement récompensée tant impressionnent la qualité de la mise en scène, l’intelligence du montage, la force d’écriture des protagonistes et le talent de l’interprétation (des acteurs non-professionnels choisis à la manière de Ken Loach, dont Yaron Shani est un admirateur, pour leur proximité avec la vie de leurs personnages).

Continuer la lecture

« L’Envolée », d’Eva Riley

« L’Envolée », d’Eva Riley © Arizona Distribution

Contrairement à ce que promet le titre du premier long-métrage de la jeune réalisatrice écossaise Eva Riley, c’est à une chute qu’il nous donne d’abord d’assister. Physique, mais sans gravité, d’une jeune gymnaste à l’entraînement, Leigh, quatorze ans, l’héroïne de L’Envolée.

Un gadin donc, avant une autre culbute dans la petite délinquance quand, celle-ci qui vivait jusqu’alors avec un père souvent absent et dans l’active préparation de sa première compétition, voit débarquer au domicile familial un demi-frère inconnu et plus âgé, Joe, semant bientôt en elle la confusion. L’adolescente en quête de stabilité, tant dans son quotidien que sur les tapis de gymnastique, trouve dans la compagnie du garçon, versé dans les vols de motos, les moyens d’une périlleuse émancipation…

Continuer la lecture

« Le Capital au XXIe siècle », de Justin Pemberton et Thomas Piketty

« Le Capital au XXIe siècle », de Justin Pemberton et Thomas PikettyComme chacun sait, il y a deux types d’élèves comme de gens : les sérieux, les studieux, les bosseurs, et les autres.

Les premiers (les gens, pas les élèves) furent, à l’époque, environ deux millions et demi à se lancer dans son imposante lecture ; les autres, heureux attentistes, se voient aujourd’hui proposer une séance cinématographique de rattrapage (les premiers pourront toujours réviser) des leçons du Capital au XXIe siècle (Seuil), le colossal essai d’économie politique que Thomas Piketty consacra en 2013 aux inégalités à travers le monde et l’histoire moderne. Continuer la lecture

Le César des lycéens 2020 attribué à « Hors normes », d’Olivier Nakache et Éric Toledano

« Hors normes », d’Olivier Nakache et Éric ToledanoAprès les 4 313 professionnels de la profession, c’était au tour des lycéens de remettre leur César la semaine dernière. Et pour la deuxième édition du prix, organisé conjointement par le ministère de l’Éducation nationale et l’Académie des arts et techniques du cinéma, le jeune corps électoral, réunissant 1 689 élèves de terminale issus de 78 classes de lycées généraux, technologiques et professionnels, a attribué sa récompense à Hors normes, la comédie sociale réalisée par Olivier Nakache et Éric Toledano.

Pour mémoire, le premier « César des lycéens » est revenu en 2019 à Jusqu’à la garde de Xavier Legrand.

La cérémonie du prix s’est tenue mercredi 11 mars, au Ministère, en présence d’une petite délégation d’élèves votants (pour cause de coronavirus), de quelques acteurs et des deux réalisateurs dont le film sort également ces jours-ci en DVD et VOD.

Continuer la lecture