« Qu’est-ce que le théâtre ? », d’Hervé Blutsch et Benoît Lambert

« Qu’est-ce que le théâtre ? », d’Hervé Blutsch, Benoît Lambert

En 2013 le directeur du Théâtre Dijon Bourgogne, Benoît Lambert, inaugurant une série d’actions de sensibilisation autour du théâtre auprès des publics scolaires, s’associe à l’auteur Hervé Blutsch pour composer une courte pièce destinée à faire venir au théâtre en balayant avec humour et simplicité idées reçues , appréhensions et méconnaissances.

Qu’est-ce que le théâtre ? se présente donc comme une conférence, un séminaire, que deux comédiens donneraient à un public désireux de mieux connaître ce que c’est qu’être spectateur au théâtre, pourquoi on peut tous y aller, de quoi on peut tous tirer profit.

La première partie éclaire un paradoxe : le théâtre est reconnu comme l’un des centres d’intérêt culturel majeur plébiscité par les Français et pourtant ils ne sont que 12 % à se rendre au moins deux fois par an dans une salle.

Explication : le théâtre provoque des blocages, suscite des préjugés, des découragements, que les comédiens nomment avec humour : l’impasse du PAR (Perspective, Angoisse, Renoncement). Dans un premier temps il y a le projet, l’envie de sortir, d’aller au théâtre (P), mais la Perspective fait naître des craintes, des angoisses (A), telles que : le théâtre oblige à réfléchir, une pensée – naturellement de gauche – sous-tend tout spectacle et cherche à influencer ; ou encore : une pièce est toujours très longue, trop longue dans un monde habitué aux formats courts (or la durée moyenne d’un spectacle est de 1 h 38) ; plus encore : il faudrait être supérieurement intelligent pour comprendre (mais les deux comédiens nous apprennent, avec humour et chiffres à l’appui, que le QI des spectateurs d’aujourd’hui est plus élevé que celui des contemporains de Molière !) ; enfin, des traumatismes, mauvais souvenirs scolaires, malheureuse première fois, incidents divers, peuvent enrayer tout nouveau désir.. Bref face à la menace du renoncement (le R de PAR) il faut pratiquer la thérapie du inspirez/expirez : on inspire et on s’imprègne de la perspective d’une belle sortie ; on expire et on expulse les mauvaises raisons d’angoisser !

La seconde partie nous conduit au théâtre comme on nous conduirait à l’aéroport pour un embarquement immédiat : après une série de remarques amusantes su le thème du corps du spectateur (trouver sa position d’écoute optimale), les deux comédiens vont illustrer l’idée de voyage réalisée par toute représentation, en jouant des extraits d’une pièce imaginaire, S’enfuir, d’un auteur fictif, l’Autrichien Friedrich Nach. Théâtre dans le théâtre, les deux comédiens interprétant deux puis bientôt trois rôles quittent par intermittence leur personnage d’emprunt pour nous expliquer ce qui est formidable dans le théâtre, sa sollicitation de l’imaginaire, sa pénétration des mouvements de l’âme, sa confrontation à la vérité, tout cela avec humour et incongruité, puisqu’en apparence la pièce jouée, S’enfuir, n’est qu’une histoire d’apfelstrudel, ce gâteau autrichien dont l’une des protagonistes serait une spécialiste.

Renouant avec ce que Molière dans la Critique de l’École des femmes ou encore l’Impromptu de Versailles avait brillamment inauguré, à savoir le théâtre sur le théâtre, Blutsch et Lambert montrent et commentent tout à la fois ce qu’est le théâtre, « ce métier où il ne s’agit pas de faire semblant mais de faire exprès », art moins d’imitation de la vie que d’éclaircissement de la vie, transportant « avec trois fois rien », la seule superproduction de la parole, « un truc de dingue » dans un espace de jeu, qui renvoie tout spectateur à sa propre vision du monde, sa propre vie.

Le théâtre donne envie d’en parler après chaque représentation. On a envie de commenter la pièce, le jeu, les acteurs, les décors, la musique, l’éclairage, le sujet, beaucoup plus qu’à la sortie d’un film ou a fortiori d’une série vue à la télé. Même si c’est difficile à exprimer, « Tu te dis le théâtre, voilà, bon, le théâtre… », le théâtre touche plus intimement que n’importe quel autre art de la représentation.

Blutsch et Lambert ont eu raison de faire jouer cette pièce-manuel du spectateur de théâtre dans un lycée de Dijon en 2013, puis devant un maximum de scolaires dans le cadre d’un programme d’éducation « Théâtre à jouer partout », puis d’en choisir la publication en 2017 afin de rappeler à tous le lien fondamental du théâtre au mystère de l’humain : s’enfuir pour mieux se trouver.

Pascal Caglar

• Hervé Blutsch et Benoît Lambert, « Qu’est-ce que le théâtre ? », Les solitaires intempestifs, 2017.

Voir tous les articles consacrés au théâtre sur ce site.

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *