Jack Lang, “Ouvrons les yeux ! La nouvelle bataille du patrimoine”

Jack Lang, "Ouvrons les yeux. La nouvelle bataille du patrimoine"Pour marquer le trentième anniversaire des Journées du patrimoine, créées par ses soins en 1984, Jack Lang nous livre un élégant petit ouvrage d’une quarantaine de pages dans lequel il se propose de réfléchir au succès de cette manifestation, à son devenir et à son élargissement.

Côté bilan, l’ancien Ministre de la Culture peut se montrer satisfait : le Conseil de l’Europe a officiellement récupéré le projet en 1991, une cinquantaine de pays l’ont adopté et, en France, environ douze millions de personnes entreprennent à cette occasion une visite de sites culturels.

La raison de ce plébiscite, l’auteur l’attribue modestement à un appel esthétique : « Nous avons besoin de beauté. […] La beauté subjugue, elle résiste à la course effrénée de la vie. La beauté arrête l’homme pressé. » Vision angélique qui appellerait le débat, mais admettons.

.

Donner une dimension esthétique à notre environnement immédiat

La suite de l’opuscule est plus innovante, puisqu’elle propose de dépasser la question, plutôt consensuelle, du patrimoine et de sa valorisation, pour mesurer le chemin qui reste à parcourir afin de soustraire l’homme moderne à la laideur qui le menace. Il ne s’agit plus seulement de conserver les monuments – ce que notre pays fait plutôt bien, malgré quelques ratages retentissants comme les Halles de Baltard –, il s’agit de mener un nouveau combat pour donner une dimension esthétique à notre environnement immédiat.

L’actuel président de l’Institut du monde arabe pose brutalement la question : « Comment avons-nous pu avoir si peu d’exigence pour nos espaces publics, pour nos transports, pour nos maisons, pour tous ces lieux qui sont notre quotidien ? »

 

zone commerciale

Bétonnage intensif et zones commerciales

Et, pour illustrer son accablement, il mentionne le bétonnage intensif, les monstrueuses et très bariolées zones commerciales à l’entrée des villes, l’affligeante standardisation pavillonnaire des périphéries (triste alternative aux barres de HLM), les hideux panneaux publicitaires qui défigurent nos rues. L’indignation devient politique ou morale : « Il y a, dans cette laideur visuelle, une forme de mépris. »

Pour corriger cette perte du goût, ce déclin du joli, Jack Lang nous engage à « ouvrir les yeux » et à travailler pour regagner le terrain perdu. Par l’action concertée des gardiens du patrimoine, des architectes, des urbanistes, mais aussi des élus, des ingénieurs, des décideurs.

« La laideur n’est pas une fatalité », conclut l’ancien ministre, qui revient sur quelques réussites de la modernité comme le MUCEM de Marseille imaginé par Rudy Ricciotti. « Il n’y a pas une place pour la beauté, écrivait René Char. Toute la place est pour la beauté. » Puissent le poète et celui qui le cite être entendus.

Yves Stalloni

 

• Jack Lang, “Ouvrons les yeux ! La nouvelle bataille du patrimoine”, HC éditions, 2104.

• Les Journées européennes du patrimoine.

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *