Les « Illustres Classiques », naissance d’une collection aux éditions Rue de Sèvres

Louisa May Alcott « Les Quatre Filles du docteur March » traduit et abrégé par Malika Ferdjoukh, illustré par Thomas Gilbert, coll. « Illustres Classiques », Rue de Sèvres, 2019Emily Brontë, « Les Hauts de Hurle-Vent », traduit par Frédéric Delebecque abrégé par Boris Moissard illustré par Charlotte Gastaut, coll. « Illustres Classiques », Rue de Sèvres, 2019Les bibliophiles les appellent encore les « livres à figures », ces ouvrages illustrés de planches gravées hors texte dont l’histoire a partie liée avec l’origine même de l’imprimerie. En effet, dès la fin du XVe siècle, on illustre ainsi des textes religieux, mais aussi de la littérature profane, des classiques – ceux de l’époque : Homère, Virgile, Ésope…

L’image, une gravure sur bois, sert alors à instruire ceux qui ne savent pas lire… et les autres. Au XVIe, la taille-douce supplante la gravure sur bois ; au XVIIIe, les illustrateurs se nomment Bouchardon, Oudry ou Fragonard. Le XIXe aura aussi ses maîtres : Tony Johannot et Gustave Doré, dont les dessins ornent, notamment, les fameux ouvrages des éditions Hetzel.

C’est dans cette lignée de livres d’artistes que s’inscrit aujourd’hui la collection « Illustres Classiques ». Elle puise ses textes dans le vivier des « Classiques » – abrégés ou non – de l’école des loisirs, et ses créateurs d’images dans la gibecière de la directrice artistique Charlotte Moundlic.

Deux titres inaugurent en novembre la série : Les Quatre Filles du docteur March, de Louisa May Alcott, illustré par Thomas Gilbert, et Les Hauts de Hurle-Vent, d’Emily Brontë, mis en images par Charlotte Gastaut.

Continuer la lecture

« Les Misérables », de Ladj Ly

« Les Misérables », de Ladj Ly15 juillet 2018. La France est Black-Blanc-Beur. Elle vient d’être sacrée championne de la coupe du monde de football. C’est la liesse, la grande union nationale. La banlieue est sur les Champs-Élysées. Beaucoup veulent se reconnaître dans le super-héros du jour, l’heureux canonnier tricolore Kylian MBappé, comme eux issu de l’immigration.

L’instant est rare, précieux, grisant, qui offre à tous ces jeunes un double sentiment de revanche et d’appartenance collective.

Continuer la lecture

Enseigner l’esprit critique ? « Déchéance de rationalité », de Gérald Bronner

D’ordinaire au lycée l’esprit critique s’enseigne comme un objet d’étude, souvent lié à l’esthétique des Lumières (Fontenelle, Montesquieu, Voltaire), mais ne se pratique pas, ne s’éprouve pas comme un exercice lié à la discussion ou au commentaire de nouvelles ou d’informations.

Le sociologue Gérald Bronner, spécialiste des croyances et sollicité à ce titre par le précédent gouvernement pour intervenir dans le premier centre de déradicalisation pour jeunes en France à Beaumont-en-Véron en 2015, livre son expérience dans un essai paru cette année : Déchéance de rationalité.

Continuer la lecture

La rentrée des autres, « Ordinary People », de Diana Evans

Diane Evans, Ordinary peopleCaptée par la figure centrale du migrant, la littérature contemporaine retrouve des accents engagés en faveur des droits de l’homme.

Ailleurs, des femmes puissantes, pour reprendre un titre bien connu, proposent une vision nouvelle de la place de l’autre dans nos sociétés.

De l’émigré à l’immigré puis au migrant la figure de l’autre géographique, de l’exilé héroïque des temps modernes contribue à animer littérature et idées depuis quelques rentrées littéraires déjà. Après les témoignages viennent les prises de position.

Continuer la lecture

Débats, expositions et animations à l’occasion du centenaire de la naissance de Primo Levi

À l’occasion du centenaire de la naissance de Primo Levi, écrivain et témoin majeur de la Shoah, le Centre Primo Levi organise deux journées de débats, d’expositions, d’informations et d’animations les 15 et 16 novembre 2019, à la mairie du IIIe arrondissement de Paris.

Écrivains, artistes, citoyens, experts et responsables politiques sont invités à mettre en lumière son héritage et à échanger sur la réalité de la violence politique aujourd’hui, le rôle du récit et l’accueil des victimes venues demander l’asile en France.

Continuer la lecture

L’enseignant, comme un artisan

Les programmes se renouvellent sans cesse, comme les objets de la société de consommation. Même cadence, même absence de nécessité, même bénéfice sinon pour les seuls instigateurs de ces objets d’étude oubliés aussitôt que remplacés. Impossible pour le professeur de s’accoutumer durablement à un contenu d’enseignement, s’y attacher, se l’approprier.

Continuer la lecture

Enseigner l’Afrique : pour un nouveau paradigme scolaire

Africa 2020À l’heure où l’Afrique connaît un renouveau fondé sur un développement à la fois économique et culturel impressionnant, il est temps que l’École en France s’attache à renouveler son rapport de connaissance à ce continent longtemps contraint à la périphérie du monde occidental.

Largement absente des programmes scolaires, l’Afrique n’est souvent abordée que par l’angle de l’histoire dramatique ou de la géographie d’une mondialisation qui la délaisse. Comme si elle n’avait pas ou pas eu d’autonomie propre, vouée à la domination chronique à travers la traite négrière, la colonisation, les heurts de la décolonisation et le déclassement économique. Ce traitement essentiellement mémoriel et historique, fondé sur un triptyque négatif esclavage/colonisation/sous-développement, est symptomatique de représentations tenaces dans notre société.

Continuer la lecture

Des romans pour alimenter la réflexion sur le harcèlement, de la quatrième à la première

Affiche réalisée par le le lycée Guez-de-Balzac, à Angoulême

Le mercredi 7 novembre a lieu une nouvelle journée nationale de lutte contre le harcèlement.

Phénomène croissant  qui « nuit gravement à la vie scolaire des écoles et des établissements », pour reprendre les termes mêmes du ministère, le harcèlement requiert naturellement une vigilance accrue de la part des membres de la communauté éducative.

En ce sens, sans doute est-il temps de renforcer les actions menées afin que ce problème de société ne se transforme pas en fléau.

Continuer la lecture