« Création en cours », comment réconcilier l’art et l’école

L’école communale publique de Lessac (revue par Elsa Fauconnet).

Voici venu le temps des « restitutions » pour la troisième édition d’un programme national de soutien à l’émergence artistique porté par les Ateliers Médicis, sous l’égide du ministère de la Culture et en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale.

Ce programme intitulé Création en cours concerne les élèves de cycle 3 (CM1, CM2, 6e) dans les territoires les plus éloignés de l’offre culturelle, en particulier en milieu rural et péri-urbain et dans les territoires d’outre-mer.

Depuis 2016-2017, plus de 250 projets portés par de jeunes artistes ont ainsi vu le jour dans tous les champs artistiques et esthétiques : musique, théâtre, danse, cirque, arts plastiques, marionnettes, art de la rue, photographie, cinéma, design, architecture, littérature, poésie, bande dessinée, arts numériques, mode, etc.

Continuer la lecture

Peter Handke, Prix Nobel 2019

Peter Handke dans les années 1980

Qui a aimé le cinéma dans les années soixante-dix ou quatre-vingt a encore dans les yeux et les oreilles des images et les sons des films écrits par Peter Handke, avec Wim Wenders : Alice dans les villes, Faux Mouvement, Au fil du temps mais aussi, pour son début impressionnant, Les Ailes du désir. Et puis il y a eu La Femme gauchère, à la fois roman et film de Peter Handke.

Cette façon dont un homme racontait comment une femme s’écarte de l’homme avec qui elle vit, la façon dont elle construit sa vie, c’était, comme les films d’Alain Tanner avec Bruno Ganz ou Bulle Ogier, un parfum de liberté, une énergie retenue si l’on ose la formule, qui manque cruellement à notre époque cadenassée et angoissée.

Continuer la lecture

« Nos défaites », de Jean-Gabriel Périot. Cinéma et politique à l’école

« Nos défaites », de Jean-Gabriel PériotQuand Le Luxy, le cinéma « Art et Essai » d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), lui propose de « venir faire un film avec la classe de 1re option cinéma-audiovisuel du lycée Romain-Rolland [durant l’année scolaire 2017-2018] », le réalisateur Jean-Gabriel Périot est surpris, intrigué. Il trouve l’idée « singulière ».

Car il ne s’agit pas de tourner une œuvre collective ni d’aider des lycéens à réaliser leur propre film, mais bien d’élaborer un film « avec » eux, et de faire d’eux les « acteurs » du projet (pédagogique) dont Périot serait le réalisateur.

À la fois placés devant et derrière la caméra, les élèves seraient ainsi situés durant leur année scolaire au cœur du processus de création, tant technique qu’artistique et intellectuel, de l’objet filmique.

Continuer la lecture

Alchimie poétique : la boue et l’or (1re)

Charles Baudelaire

Baudelaire,
quand le dégoût inspire.
Ces rebuts qui émaillent le monde

En proposant aux classes de premières un parcours sur l’alchimie poétique, les nouveaux programmes se réfèrent bien sûr à la relation bien particulière que Baudelaire entretient avec sa ville, avec son Paris, son « vice vénérable étalé dans la soie », Paris sa « très belle », sa « charmante » qu’il interpelle dans l’« Ébauche d’un épilogue pour la deuxième édition des Fleurs du Mal » en 1861.

Ce poème est tout à la fois une adresse et un reproche ; y affleurent les sentiments mêlés d’attirance et de répulsion de l’amant-poète. Mais Baudelaire révèle ici surtout son secret essentiel et du laid jaillit le précieux :

« Ô vous, soyez témoins que j’ai fait mon devoir
Comme un parfait chimiste et comme une âme sainte.
Car j’ai de chaque chose extrait la quintessence,
Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or. » (Ibid.) Continuer la lecture

« La Vie de Galilée », de Bertolt Brecht, à la Comédie-Française

« La Vie de Galilée », de Bertolt Brecht, à la Comédie-Française

« La Vie de Galilée », de Bertolt Brecht, mise en scène d’Éric Ruf © Comédie-Française

La Comédie-Française a l’art d’alterner les spectacles et de croiser les pièces les plus diverses : on peut rire actuellement avec La Puce à l’oreille, mais on peut aussi, chose plus rare et plus précieuse encore, réfléchir intelligemment avec La Vie de Galilée de Bertolt Brecht, mise en scène par Éric Ruf.

Loin d’être ennuyeuse ou pontifiante, cette nouvelle version, de sa distribution à sa mise en scène, de ses costumes à ses décors, de son texte à ses interprètes, fait plus que donner à entendre un débat d’idées, le conflit entre la science et la superstition, entre la vérité et l’obscurantisme, elle fait vivre cette lutte en lui donnant une chair, un cœur et un esprit, l’incarnant dans un homme, Galilée, à la fois profondément humain, et profondément savant.
Continuer la lecture

Contre les idées reçues. L’Afrique entre au Collège de France

Atlas catalan, manuscrit enluminé d'Abraham Cresques (1325-1387) : Nomade d'Afrique et seiigneur de Guinée, 1375 © BNF

Atlas catalan, manuscrit enluminé d’Abraham Cresques (1325-1387) : Nomade d’Afrique et seigneur de Guinée, 1375 © BNF

Leçon inaugurale de François-Xavier Fauvelle
au Collège de France

Le 3 octobre dernier, François-Xavier Fauvelle était introduit par ses pairs dans la prestigieuse institution du Collège de France et avec lui, toutes les Afriques. Chercheur pluridisciplinaire, historien, archéologue, François-Xavier Fauvelle s’est attaché à nous livrer depuis plusieurs années une histoire de l’Afrique connectée, vivante et globale, toujours en mouvement.

En ouvrant la réflexion épistémologique sur l’écrit et l’archéologie, ses travaux proposent de penser la variété et la singularité des mondes africains en luttant contre les préjugés d’une Afrique « sans histoire ».

Continuer la lecture

« Alice et le Maire », de Nicolas Pariser, un conte social et politique

« Alice et le Maire », de Nicolas PariserIl n’est guère de cinématographie plus difficile, plus risquée, plus insaisissable que le film politique. S’interroger sur la manière dont la politique se pratique au quotidien et dans le secret du pouvoir, tenter d’en saisir les codes et les usages, c’est s’attaquer à une matière ingrate, peu cinégénique, dont la vraisemblance passe par un mécanisme d’idées que seul le temps long autorise.

Le cinéma hexagonal s’est souvent montré à cet égard peu convaincant, peu enclin à croire aux possibilités de ses propres représentations. Trop démonstratif, naïf ou simpliste à force d’artifices et de raccourcis. Caricatural, ou lesté de pesantes intentions ou de messages grandiloquents, qui amusent ou navrent à défaut d’emporter les suffrages.

Mais quelle joie s’empare parfois du critique à se voir si brillamment contredit. Évitant tous les écueils du genre, et comme son honorable devancier, L’Exercice de l’État, de Pierre Schoeller en 2011, Alice et le Maire de Nicolas Pariser pourrait prétendre au titre de parfait contre-exemple.

Continuer la lecture

« Par les routes », de Sylvain Prudhomme

Une utopie

Parmi les villages que compte la France, il en est un qui s’appelle Camarade. Il se trouve dans l’Ariège. C’est là que se termine Par les routes, par une rencontre comme semble les aimer l’auteur, qui en racontait déjà une, en Camargue, dans Légende, son précédent roman. Mais partons du début et de retrouvailles.

Sacha, narrateur de ce roman, est venu à V., gros village dans le sud-est de la France, pour se poser,  et trouver « la juste dose d’isolement qui me permettrait enfin de me ramasser, de me reprendre, peut-être de renaître ».

Continuer la lecture