Les Nabis : des Beaux-Arts aux Arts décoratifs

Un coup de génie

Fin des années 1880. Paul Sérusier (1864-1927) n’est encore qu’un peintre académique, largement méconnu. Quand il se rend à Pont-Aven pour y recevoir les conseils de Paul Gauguin, il ne sait pas qu’en quelques minutes – le temps nécessaire à transfigurer une planchette en bois de 27 centimètres sur 21 ! –, il va sceller non seulement son destin mais aussi et surtout celui d’une part importante de la peinture moderne.

« Comment voyez-vous cet arbre ? », lui aurait demandé celui qui n’allait pas tarder à rejoindre Vincent Van Gogh en Arles.

« Il est bien vert ? Mettez donc du vert, le plus beau vert de votre palette ; et cette ombre, plutôt bleue ? Ne craignez pas de la peindre aussi bleue que possible. »

L’élève s’exécute. L’humble quadrilatère se couvre de magie. Les couleurs apparaissent vives, pures, saturées, posées en à-plats, cloisonnées les unes par rapport aux autres. Pas de couche préparatoire, ni de dessin sous-jacent. La petite étude, peinte d’après le motif, rejette l’approche mimétique et la profondeur de champ. Le modelé s’estompe et la forme tend vers l’abstraction colorée.

Continuer la lecture

Parcours Sup, de l’examen des dossiers à l’analyse de données

Les précautions prises dans certaines filières pour anonymiser quelques informations (nom, âge, adresse) en vue d’une plus grande équité entre candidats font un peu sourire quand on voit à quel point l’examen des dossiers, pour accéder en classe préparatoire mais aussi à certaines facultés, est en train d’évoluer sur le modèle de l’analyse prédictive de données, méthode en usage dans de nombreux secteurs de la société (finance, politique, commerce), dépassant bientôt de toute la puissance des algorithmes et de l’exploitation informatique de l’information les possibilités de sélection connues jusque-là par nos traditionnelles commissions d’examen.

Continuer la lecture

«Portraits crachés. Un trésor littéraire de Montaigne à Houellebecq», de Claude Arnaud

À l’époque du selfie et de l’image envahissante, la question du portrait est devenue essentielle. Comme l’écrit l’auteur au début de son introduction : « Il nous faut saisir notre reflet pour réellement croire à notre existence. » La littérature a elle-même, mais assez tardivement, récupéré ce principe et offert des pages consacrées à montrer un ou des personnages.

Le premier portrait littéraire, si l’on en croit Arnaud, serait celui du roi Louis XI par Philippe de Commynes dans ses Mémoires, rédigés entre 1489 et 1498. Mais la vraie naissance du portrait littéraire, revient à Montaigne qui, influencé par les mutations de son temps, se pose une question inédite : « Qui suis-je ? »

Continuer la lecture

« The Dead Don’t Die ». Jim Jarmusch ou la subversion des genres cinématographiques

Jim JarmuschOn sait depuis Tabou de Jacques Tourneur (Walking with a zombie, 1943) – dont l’atmosphère angoissante est destinée à agir comme la magie vaudou – et les films de George Romero que le genre du film de zombies peut donner des chefs-d’œuvre.

Plus récemment dans Dernier train pour Busan, de Yeun Sang-Ho (2017), à la fois métaphore morale, sociale et politique, les zombies incarnent la contagion de l’agressivité et de l’égoïsme. Leur monstruosité physique met en évidence la monstruosité morale latente des gens dits normaux dans une société dite civilisée.

Continuer la lecture

Qu’est-ce qu’un écrivain européen ?

Les écrivains européens ?
À votre choix,
plusieurs listes possibles,
mais un même programme

 À l’occasion du salon Livre Paris de mars dernier qui accueillait en invitée principale la littérature slovaque et, en « guest star », la littérature européenne, la question de l’écrivain européen et de son identité s’est fait entendre à nouveau. Ajoutons-y les élections européennes et le thème apparaît sans doute plus vital encore.

Qu’est-ce qu’un écrivain européen ? Cette question recèle ambiguïtés et interrogations gigognes. Or la réponse la plus communément admise est que nous n’en savons rien, ou que, si définition il y a, il faut se hâter de s’inscrire en faux contre elle.

Allons voir de plus près.

Continuer la lecture

« Les Météorites », de Romain Laguna

L’été. Le sud.

Nina, 16 ans, travaille dans un parc d’attractions. Une mère vaguement présente, quelques rares sorties, l’adolescente s’ennuie.

Morad, frère d’une de ses collègues, apparaît soudain. Elle s’en amourache, découvre la sexualité, avant que le garçon ne s’éclipse brutalement. Perdue, Nina poursuit seule son chemin…

Continuer la lecture

Journée d’étude sur l’enseignement de la langue française le 5 juin 2019

(Re)lier, connecter, ponctuer :
des stratégies pour apprendre à mieux lire et mieux écrire

L’ÉSPÉ de Paris  et l’Université Paris-Descartes (laboratoire Éducation, Discours, Apprentissages) organisent le 5 juin 2019 une jourée d’étude à l’ÉSPÉ de Paris, 10, rue Molitor, Paris 16e.

Programme

Continuer la lecture

« Manuscrits de l’extrême : prison, passion, péril, possession » à la BNF

Bernard Maître, résistant, arrêté le 20 décembre 1943 et enfermé à la prison de Lure.
Message réclamant du matériel pour s’évader, écrit à la pointe d’épingle.
© BnF, Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon.

Quand la page prend feu

Face à l’exposition qui a débuté le 9 avril dernier, on n’aura qu’un seul regret : qu’elle ne dure pas au-delà du 7 juillet. On passe dans les quatre salles un moment exceptionnel et on aimerait le partager longtemps, on pense à celles et ceux qui n’habitent pas Paris ou la France et qui ne pourront voir les documents exposés, ou cachés à la lumière.

Continuer la lecture