« Comme une rivière bleue », de Michèle Audin

"Comme une rivière bleue", de Michèle AudinPas perdu pour l’Histoire

« Rien de ce qui eut jamais lieu n’est perdu pour l’Histoire. » Cette belle phrase de Walter Benjamin vaut pour la Commune de Paris. C’est un événement qui a laissé ses traces dans la ville, le hideux Sacré-Cœur, le Mur des fédérés, ou la colonne Vendôme, détruite et remontée. Événement qu’au fond, on connaît mal.

Dans les remerciements qui ferment son roman, Michèle Audin cite ses sources, évoque les textes lus, les journaux feuilletés, les lectures ayant rapport direct ou pas avec ce fait, et l’on se forge une idée plus précise des choses. La Commune réveille des souvenirs de 1789 ou 1793, de 1848 et 1851. Elle annonce aussi les sombres années de Vichy : quand les Communards sont massacrés, ou jugés (pour ceux qui survivent à la Semaine sanglante), c’est le fruit de la vengeance et de la délation : 379 828 (le chiffre figure en toutes lettres page 350) et cela rappelle cette activité féconde pendant l’Occupation.

On aurait cependant tort de ne s’arrêter qu’à cette médiocrité trop française : la Commune est aussi, et d’abord, un grand moment d’utopie et de bonheur de vivre. Cela même que rend le roman.

Lire la suite

Les Révolutions russes, parents pauvres de l’histoire ?

Vadim Falilev, "L'Armée révolutionnaire", 1919

Vadim Falilev, « L’Armée révolutionnaire », 1919

Cela n’a échappé à personne : dans la lignée des grandes dates de commémoration, 2017 apparaît comme celle consacrée au centenaire des Révolutions russes (février-octobre 1917).

Ces dernières s’inscrivent au cœur du cycle commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale, tout en renvoyant à une histoire singulière au-delà du grand drame que vécut le monde entre 1914 et 1918.

Lire la suite

« L’Autre est mon avenir », de Vincent Dumesnil

Réalisé par l’académie de Paris avec le soutien de l’Union européenne, le film documentaire L’Autre est mon avenir sera diffusé à partir du mois de novembre prochain. Une avant-première réservée aux enseignants aura lieu le 15 novembre, à 14 h, au lycée Raspail, à Paris, en présence de professeurs de l’équipe-pilote.

Conçu par Françoise Gomez et réalisé par Vincent Dumesnil avec la participation de Daniel Mesguich, L’Autre est mon avenir est un projet européen qui reflète les trois volets de l’action littéraire et pédagogique éponyme, conduite de novembre 2015 à juin 2017 :  L’Autre est mon avenir. Contes nomades en collèges.

Lire la suite

« Puisque c’est ça, je pars ! » d’Yvan Pommaux

"Puisque c'est ça, je pars !", d'Yvan Pommaux

« Puisque c’est ça, je pars ! », d’Yvan Pommaux © l’école des loisirs, 2017

Norma joue avec son singe en peluche Jojo dans le bac à sable du parc et le pauvre Jojo est menacé par des « milliers de fourmis rouges » qui « défilent sur les dunes ». Norma, trop absorbée par son jeu, n’entend pas maman qui lui commande de rentrer : « On dirait que je suis un tamanoir, constate-t-elle, un animal bizarre… »

Mais voilà que posé sur un album intitulé Animaux étranges, le tamanoir, le téléphone de maman se met à coasser « cooâ, cooâ, cooâ, cooâ ». L’appareil semble bondir à la manière d’une grenouille et occulte le titre de l’album qui a sans doute inspiré Norma dans ses jeux. La vignette concentre le propos de l’album, montrant comment la technologie moderne vient occulter les supports anciens de l’imagination.

Lire la suite

« Jean-Pierre Melville, une vie », d’Antoine de Baecque

"Jean-Pierre Melville, une vie", d'Antoine De BaecqueUn singulier pluriel

Un de ses films figurait au programme de l’agrégation de Lettres et cela aurait plu à cet autodidacte, ou l’aurait amusé. Il a connu des années de purgatoire, mais de Scorsese à Tarantino, en passant par Abel Ferrara, John Woo et Johnnie To, de grands cinéastes le citent parmi leurs sources, l’admirent et s’en inspirent.

Ce cinéaste français, c’est Jean-Pierre Melville et Le Cercle rouge, « film somme » écrit Antoine de Baecque, était objet d’étude à l’Université. Pas le seul objet d’étude. On sait quelle place L’Armée des ombres occupe dans la filmographie consacrée à la Résistance. Lors de la projection de presse, Joseph Kessel, dont le roman était là adapté, a pleuré. Son frère d’armes pendant l’Occupation avait compris ce qu’ils avaient vécu, avait su rendre le quotidien d’un réseau, l’existence clandestine, à la fois banale et héroïque.

Lire la suite

« Les Bourgeois », d’Alice Ferney

"Les Bourgeois", d’Alice FerneyAprès Le Règne du vivant (2014), puissant hommage, trempé dans l’écume du présent, rendu au preux justicier des mers Paul Watson (fondateur de Sea Shepherd), Alice Ferney regarde cette fois en arrière et fait avec Les Bourgeois œuvre de généalogiste et d’historienne.

Soit une famille (très) nombreuse, que le patronyme désigne socialement. Une famille « originaire » de L’Élégance des veuves, le deuxième roman de l’écrivaine paru en 1995, et aujourd’hui observée dans l’intimité de ses jours heureux ou difficiles, de génération en génération, et exposée comme toutes celles qui enfantent des militaires aux malheurs guerriers du siècle dernier.

Lire la suite

L’aventure dans l’« Odyssée » (classes préparatoires scientifiques)

L'aventure dans l'"Odyssée"Pour que l’on puisse parler d’aventure dans l’Odyssée, mieux vaut dégager ce mot de ses significations contemporaines, exaltées par le roman (d’aventures), le cinéma et les reportages, qui s’attachent essentiellement à la valorisation d’exploits physiques et d’activités périlleuses. Pour la plupart d’entre nous, l’aventure est aussi un symbole de la plus grande liberté et presque un idéal de vie pleine et heureuse, avec son lot de surprises fécondes.

Certes, nombre d’événements advenus à Ulysse comme quelques-unes de ses « performances » relèvent de ce que l’on entend habituellement par aventure, ils ont même une indéniable valeur d’archétype, mais le récit d’Homère, s’il contient une part de merveilleux, renvoie aussi à des comportements et des mentalités éloignés de nos usages. Si les Grecs partent vers les contrées lointaines, c’est pour des raisons bien précises. À ces voyages ils mettent du cœur et de l’énergie, mais les visées fonctionnelles, pragmatiques et symboliques de leurs expéditions ne doivent pas être occultées par des considérations anachroniques sur l’« esprit d’aventure ».

Lire la suite

La procédure d’Admission post-bac et la réforme du premier cycle universitaire

Le rapport Filâtre, plus qu’une réforme d’Admission Post-Bac, une réforme du premier cycle universitairePar une singulière coïncidence, ce même 19 octobre 2017, la Cour des comptes rendait son rapport sur le dispositif Admission post-bac et le recteur Daniel Filâtre remettait son rapport sur la réforme du premier cycle de l’enseignement supérieur. La sécheresse comptable de l’un valorisait d’autant plus la profonde humanité de l’autre.

En effet, dans le rapport Filâtre la faillite de la procédure AP-B est avant tout l’élément déclencheur d’une réflexion d’experts sur la question de l’accès et de la réussite à l’Université Ces analyses et propositions apparaissent aussi pertinentes les unes que les autres.

Lire la suite