« L’Insurrection de l’âme. Frantz Fanon, vie et mort du guerrier-silex », de Raphaël Confiant

La quatrième de couverture du dernier roman de Raphaël Confiant, L’Insurrection de l’âme. Frantz Fanon, vie et mort du guerrier-silex, présente celui-ci comme l’« autobiographie imaginée d’un Martiniquais dont l’œuvre et la trajectoire marquèrent l’histoire non seulement de l’Algérie et du Tiers-Monde, mais aussi du monde entier : Frantz Fanon, le ”guerrier-silex” comme le définissait son compatriote Aimé Césaire ».

Un sujet et une démarche d’écriture qui intéresseront tous les lecteurs.

Lire la suite

« L’Hôtel du libre échange », de Georges Feydeau

Le XIXe siècle est aussi bien l’inventeur du théâtre de lecteurs, le théâtre (à lire) dans un fauteuil des romantiques, que du théâtre d’acteurs : le théâtre  à voir absolument sur scène, théâtre des vaudevillistes dont le succès croissant accompagna sous le Second Empire et la IIIe République l’ouverture effréné de salles de spectacle.

La version de L’Hôtel du libre échange offerte par la Comédie-Française dans une mise en scène d’Isabelle Nanty retrouve ces qualités de jubilation, de plaisir et de récréation pure qui firent les beaux jours de cette pièce couronnant Feydeau en 1894.

Lire la suite

Fin de l’utopie interdisciplinaire ?

Une contre-réforme « tranquille »
non sans conséquences

Le nouveau ministre de l’Éducation nationale a choisi d’adopter une ligne réformatrice distincte de celle de son prédécesseur notamment pour ce qui concerne la réforme du collège.

Désormais moins imposée, son application est donnée comme variable en fonction des établissements.

Lire la suite

« De toutes mes forces », de Chad Chenouga

« Me plonger dans les études, c’était pour moi le seul moyen de m’en sortir. Il fallait avoir la « niaque » de bosser et bosser encore. Comme un rapport mortifère aux études… »

Cette belle détermination est celle (ancienne) de l’acteur-réalisateur Chad Chenouga qui, à l’occasion de la sortie de son deuxième long-métrage, De toutes mes forces, évoque sa difficile scolarité et sa prise en charge par les services de l’Aide sociale à l’enfance suite au décès de sa mère toxicomane.

« À l’époque, précise-t-il, tant qu’on passait en classe supérieure, on continuait à être aidé par la DASS, et ça pouvait aller jusqu’à 23 ou 24 ans, même s’il était rare que les jeunes placés fassent des études supérieures. C’était une aide modeste mais essentielle ; elle m’a permis de faire un troisième cycle d’économie, et d’intégrer Sciences Po Paris, d’où je suis parti avant la fin du cycle d’études car je ne m’y sentais pas tout à fait à ma place… ».

Qu’importe. Sa place, Chenouga la trouvera ailleurs, devant et derrière la caméra. À la télévision et au cinéma.

Lire la suite

« Glory », de Kristina Grozeva et Petar Valchanov

"Glory", de Kristina Grozeva et Petar ValchanovLe cinéma bulgare nous donne rarement de ses nouvelles. Sa santé est à vrai dire fragile. En dépit d’une petite embellie observée en 2016, le pays ne parvient guère à produire plus d’une vingtaine de films par an. Peu franchissent ses frontières.

Raison de plus pour jeter un regard attentif au second volet (après La Leçon en 2015) de la trilogie sociale réalisée par Kristina Grozeva et Petar Valchanov.

 

Lire la suite

« Thérèse Raquin », d’Émile Zola

Émile Zola par André Gill, "L'Éclipse", 16 avril 1876

Émile Zola par André Gill, « L’Éclipse », 16 avril 1876

Petit joyau d’amour noir dans l’écrin monumental de l’œuvre zolienne, Thérèse Raquin a été reçu par la critique, selon les mots même de l’auteur, « d’une voix brutale et indignée« . Ce roman spectaculaire dans lequel Sainte-Beuve lisait « une sorte d’enfer retourné » est tout entier nourri des noirceurs du crime, des chairs vivantes de l’œuvre et se situe à mi-chemin d’une kyrielle de tentations littéraires, de traditions et de tendances esthétiques.

L’édition que propose François-Marie Mourad rend très bien compte des différentes strates de la rédaction et de la réception de Thérèse Raquin, des inspirations de « faits divers » à la destinée de l’œuvre, explorant l’entreprise esthétique et littéraire initiée par Zola, le scandale qu’occasionna sa parution et déchaîna une certaine critique ainsi que l’encrage d’une telle œuvre dans l’histoire artistique du XIXe siècle.

Lire la suite

Concours des dix mots : la langue est un lien inestimable, vecteur d’égalité et d’épanouissement

Les lauréats du Concours des dix mots accueillis dans la grande salle des séances de l'Académie française © CR

Les lauréats du Concours des dix mots accueillis dans la grande salle des séances de l’Académie française © CR

Jeudi 18 mai une rencontre hautement improbable a eu lieu dans la grande salle des séances à l’Académie française : on a pu voir se croiser  des sixièmes de l’académie de Versailles, des collégiens du Sénégal, des élèves d’un collège australien, d’autres d’un lycée général, d’autres encore de lycées professionnels, des élèves également de classes d’accueil, des professeurs et leur élève d’un centre pénitentiaire.

L’Académie de Mazarin retrouvait pour un jour sa finalité première, un collège des nations, un collège des provinces, des éloignés de  Paris,  c’est que se célébrait en ce jeudi  un événement fédérateur autour de la langue : la remise des prix du concours Dis moi dix mots.

Lire la suite