« Le Triangle d’hiver », de Julia Deck

"Le Triangle d'hiver", de Julia Deck

Thé ou café

Quel est le point commun entre la constellation formée par Sirius, Bételgeuse et Procyon, la Bérénice de Jean Racine, et le trajet SNCF entre Le Havre et Saint-Nazaire via Paris ?

Tous trois forment un triangle que l’on qualifiera d’équilatéral dans le cas du triangle d’hiver, le plus brillant dans le ciel de décembre.

On dira de même pour le trio que forme l’Inspecteur, Mademoiselle et Blandine Lenoir, les trois personnages du Triangle d’hiver, nouveau roman de Julia Deck.

 

Lire la suite

La genèse de « Madame Bovary » dans la correspondance de Flaubert

Gustave Flaubert par Carjat, 1870 © Centre Flaubert, université de Rouen

Gustave Flaubert par Carjat, 1870 © Centre Flaubert, université de Rouen

Madame Bovary est au programme de littérature de terminale littéraire pour les deux années qui viennent. On a beaucoup écrit sur ce roman et les professeurs le connaissent bien. Cependant la perspective d’étude « Lire-écrire-publier » implique un travail en amont et en aval de l’œuvre.

Comme l’indique le Bulletin officiel : « Le travail sur le domaine “lire-écrire-publier” invite les élèves « à une compréhension plus complète du fait littéraire, en les rendant sensibles, à partir d’une œuvre et pour contribuer à son interprétation, à son inscription dans un ensemble de relations qui intègrent les conditions de sa production comme celles de sa réception ou de sa diffusion ».

L’étude de la genèse du texte y est recommandée : « Pour l’étude de Madame Bovary de Gustave Flaubert, le professeur privilégiera l’analyse de la genèse qui permet aux élèves de pénétrer dans le laboratoire de l’écrivain et de s’interroger sur le processus de création du roman », et il renvoie à une source précieuse : « La correspondance de Flaubert avec ses contemporains, véritable essai sur l’art romanesque, permet de mieux comprendre la genèse du roman, révélant l’épreuve d’une écriture qui rompt avec le mythe de l’inspiration. »

Lire la suite

Daniel Lacotte, « Les Expressions les plus truculentes de la langue française »

Daniel Lacotte, "Les expressions les plus truculentes de la langue française"L’important, dans le titre comme dans le contenu, est l’adjectif qui sert à qualifier les expressions retenues pour ce savoureux livre : truculent.

Le mot lui-même, qui pourrait se décliner en charade (à tiroir ou pas), renvoie à un esprit railleur, un peu gaulois, un peu rabelaisien, un peu paillard qui sent son terroir et sa verdeur.

L’étiquette reproduite sur la couverture, précisément de couleur verte, résume l’entreprise : « Un facétieux voyage plein de verve, d’humour et d’anecdotes au cœur d’une langue jubilatoire. »

 

Lire la suite

Programme 2014-2015 de la classe terminale littéraire

Gustave Flaubert dissèque Madame Bovary. Achille Lemot, "La Parole", 1869

Gustave Flaubert
dissèque Madame Bovary.
Achille Lemot, « La Parole », 1869

 

Le Bulletin officiel n° 15 du 10 avril 2014 précise la liste des œuvres obligatoires inscrites au programme de littérature de la classe terminale de la série littéraire pour l’année scolaire 2014-2015 :

 

• Domaine d’étude Littérature et langages de l’image :

Les Mains libres, Paul Éluard et Man Ray, « Poésie »,  Gallimard.

 

• Domaine d’étude Lire-écrire-publier :

Madame Bovary, de Gustave Flaubert.

.

Lire la suite

« Le Désordre azerty », d’Éric Chevillard. Autoportrait de l’écrivain devant son clavier

"Le Désordre azerty", d'Éric ChevillardOn ne sait si, à l’instar de Christian Gailly,  Éric Chevillard utilise la bonne vieille machine à écrire mais, comme l’écrivain récemment disparu, les lettres lui apparaissent sur un clavier dans ce désordre qui est peut-être l’ordre véritable des choses.

Et l’autoportrait qu’il propose dans ce Désordre azerty est sans doute la meilleure manière pour lui de se présenter.

À l’article Photographie, il explique sa réticence à paraître. Cette réticence, on l’apprend dès les premières pages, qui portent sur le mot ASPE ou ASPLE, dont il ne donne pas la définition (on la trouvera dans n’importe quel dictionnaire) mais aurait pu porter sur l’adjectif asocial, « incapable de s’adapter aux normes sociales ». Ce qui est sans doute excessif, mais fondé.

Lire la suite

Olivier Rolin, romancier et bricoleur

Bric et broc rassemble des essais et des lectures du romancier OIivier Rolin. Ce recueil n’a sans doute pas eu l’audience qu’il méritait, comme si la modestie de son auteur, sa façon d’avancer à tâtons ses idées sur le roman devaient s’appliquer au livre.

Heureusement, les textes vivent, et on peut en parler des mois ou des années après. Lire la suite