« L’Après-Charlie ». Vingt questions pour en débattre sans tabou

"L'Après-Charlie". Vingt questions pour en débattre sans tabou"Un petit livre utile à l’usage de ceux qui s’interrogent encore…

Quand viendra le temps du triste anniversaire, dans les frimas de la nouvelle année, sans doute « Charlie » redeviendra-t-il un sujet médiatique. Il n’empêche qu’entre-temps, du collège jusqu’au BTS, les questions posées par l’attentat et ses incidences collatérales conservent plus que jamais droit de cité.

Cela, Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité, Lylia Bouzar, présidente du Centre de prévention des dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI), et Samuel Grzybowski, président-fondateur de l’association Coexister, l’ont bien compris. À ce titre, ils se proposent de répondre, pour citer le sous-titre de leur ouvrage, à « Vingt questions pour en débattre sans tabou ».

 

Continuer la lecture

Où est Charlie ? Au collège et au lycée, comment interroger l’actualité avec distance et raisonnement

Nous sommes Charlie, 11 janvier 2015Le massacre perpétré le mercredi 7 janvier au siège du journal satirique Charlie Hebdo continue à être largement médiatisé par l’ensemble des supports de communication qui irriguent et alimentent notre quotidienne représentation du monde : presse, télévision, Internet, réseaux sociaux.

L’onde de choc produite par l’événement hante ainsi le mur d’images dont sont nourris une majorité d’élèves aujourd’hui. La force symbolique de la vue des drapeaux en berne, de la minute de silence établie en l’honneur des douze victimes de l’attentat, comme des différents rassemblements républicains très médiatisés, contribue à inscrire l’événement dans l’espace public.

Continuer la lecture

L’éducation aux médias et à l’information plus que jamais nécessaire

Kiosque, janvier 2015Hier, journée de discussion avec des élèves.

Expliquer à ceux qui ne comprennent pas l’émotion suscitée par cet acte barbare que les Français sont attachés à leur modèle de société, que la liberté d’expression est intimement liée à la démocratie et a été, au cours des siècles, un combat sans cesse renouvelé.

Cabu, homme particulièrement doux, a touché toutes les générations, depuis les années 1960, du grand Duduche à Récré A2 en passant par Charlie Hebdo et Le Canard enchaîné.

Expliquer que ces dessinateurs n’étaient pas des méchants ni des racistes, qu’ils ironisaient sur toutes les religions, qu’ils n’avaient pas été condamnés lors du procès qu’on leur avait intenté à la suite de la publication des caricatures de Mahomet.

Expliquer que le dessin satirique est souvent un « coup de poing dans la gueule », comme disait Cavanna, et que ce n’est pas toujours évident de l’encaisser ou de le comprendre.

Continuer la lecture