Sur l’Oulipo et un roman oulipien : « Les Fleurs bleues », de Raymond Queneau

Raymond Queneau

Raymond Queneau

Au début des années 1960, le mathématicien François Le Lionnais et l’écrivain Raymond Queneau réunissent autour d’eux un groupe de créateurs et chercheurs pour former ce qui n’est pas vraiment une école littéraire et qui s’appellera l’Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle).

Dans un esprit ludique et inventif, le groupe se propose, au moyen de structures et procédures nouvelles, et parfois à partir de contraintes arbitraires, d’élargir le champ de l’expression littéraire. Contrairement à la littérature aléatoire ou aux jeux surréalistes, les oulipiens refusent le hasard et se fondent sur une vraie recherche. De là de nouveaux textes, parfois parodiques, des poèmes et même certains écrits plus ambitieux comme des romans, ceux de Georges Perec ou de Raymond Queneau.

Un de ses derniers livres, Les Fleurs bleues constitue sans aucun doute une des plus belles réussites oulipiennes.

Continuer la lecture

Contrepoint : « Les Garçons et Guillaume, à table! » de Guillaume Gallienne

"Les garçons et Guillaume, à table!" de Guillaume GalienneIl faut bien le reconnaître : la transposition au cinéma par Guillaume Gallienne du spectacle qu’il donna sur scène il y a peu se révèle décevante.

Malgré une critique bienveillante voire louangeuse, malgré les vivats de Cannes en mai dernier et malgré une promotion savamment orchestrée.

Les Garçons et Guillaume, à table ! repose sur une idée astucieuse, ambitieuse même – comment un garçon, programmé pour être fille, reconquiert sa masculinité –, mais manque des qualités qui constituent un film : une intrigue, une construction cohérente, des personnages consistants, une utilisation pertinente des ressources de l’image.

Continuer la lecture

« Django Unchained », de Quentin Tarantino

quentin-tarentino-django-unchainedMort ou vif, tel est le refrain qui scande Django Unchained.

Dans le sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, le docteur King Schultz (Christoph Waltz), dentiste allemand reconverti en chasseur de primes, achète Django (Jamie Foxx), un esclave capable de l’aider à reconnaître les frères Brittle, meurtriers qu’il recherche. Il lui promet de lui rendre sa liberté lorsqu’il les aura capturés – morts ou vifs.

Pendant la traque, Django parle à Schultz de Broomhilda, sa femme, vendue comme lui mais à un autre maître. Pour la retrouver, Schultz élabore un plan : il s’agit de s’introduire dans l’immense plantation de Calvin Candie, le plus puissant planteur du Mississipi, et de prétendre vouloir acheter des lutteurs noirs. Continuer la lecture