Écrire une nouvelle (III). Comment trouver une chute ?

Poisson chimère, par Julie Lannes

Poisson chimère, par Julie Lannes

Une nouvelle est un texte court. Le pari de l’auteur : en quelques pages, créer un monde, avec sa logique interne et sa nécessité. D’où l’importance extrême du dénouement, qui prend ici le nom de « chute ».

Qu’est-ce qu’un « dénouement » ? Une fin qui « dénoue » les nœuds tissés par l’auteur. Or, pas de nœud, ni donc de dénouement, sans un certain nombre de fils, d’une longueur suffisante pour permettre d’abord de les entremêler, puis de les démêler. Feuilleton, saga, roman… Le dénouement vient clore des histoires longues, touffues, dans lesquelles s’entrecroisent des destins.

Rien de tel dans une nouvelle, dont la fin vous « tombe » dessus. On ne s’attend pas à une « chute » : elle surprend, par définition. Mais, passée la surprise, l’évidence s’impose : la « gravité » du texte rendait cette chute inéluctable. Et l’on tire son chapeau à l’auteur d’avoir si bien su nous étonner en poussant simplement à son terme la logique de son histoire.

Lire la suite

Écrire une nouvelle (II). Comment n’être ni trop court ni trop long ?

Poisson chimère, par Julie Lannes

Poisson chimère, par Julie Lannes

Une nouvelle de 12 000 signes maximum, soit environ six pages…

C’est peu, diront certains. Comment faire tenir dans un tel format une vraie histoire, avec des personnages vivants, un cadre bien campé, un suspense et une chute ?

D’autres, au contraire, auront peur de faire trop court. « Comment vais-je remplir ? » se demandent-ils sans trop oser l’avouer.

Pour vous simplifier la tâche, si vous souhaitez faire participer vos classes de collège et de lycée au concours Nouvelles avancées qui réconcilie les sciences et les lettres, et dont la thématique pour l’année 2013-2014 est Mélange des genres : panique chez les taxons, voici quelques solutions pratiques :

Lire la suite

Écrire une nouvelle (I). Par où commencer ?

Poisson chimère, par Julie Lannes

Poisson chimère, par Julie Lannes

Pour faire cesser l’angoisse de la page blanche, la meilleure solution est encore d’écrire les premiers mots… Mais l’enjeu n’est pas mince : un début un peu mou, un tantinet confus, et vous perdrez votre lecteur, d’emblée mal disposé.

En écriture, il n’existe pas de recette miracle. Toutefois, quelques réflexions de bon sens permettent d’éviter bien des erreurs. Comment gagner l’attention de votre lecteur, comment susciter en lui, dès les premières phrases, l’envie de continuer ? En lui donnant l’illusion de la réalité ; en piquant sa curiosité. Mentir-vrai et captatio benevolentiae

Les dix lauréats de la précédente édition du concours Nouvelles avancées se sont posé les mêmes questions que vous. Ils les ont résolues chacun à sa façon. Leurs histoires ne se ressemblent pas, et leurs incipit encore moins, vous pourrez le constater. Pourtant, ces dix auteurs ont en commun d’avoir su happer leur lecteur dès les premières lignes.  En jouant – délibérément ou pas – sur des procédés aisés à identifier.

Voici les débuts de ces dix histoires. Pourquoi, comment captivent-ils le lecteur ? Vous trouverez quelques ébauches de réponses à la fin de cette fiche.

  Lire la suite

« Nouvelles avancées », un concours de nouvelles qui réconcilie les sciences et les lettres

Cédric Villani, Médaille Fields 2010, présidera le concours "Nouvelles avancées" 2014 © Université Claude-Bernard, Lyon I

Cédric Villani, Médaille Fields 2010,
présidera le concours « Nouvelles avancées » 2014
© Université Claude-Bernard, Lyon I

Créé par l’ENSTA ParisTech en 2010, le concours Nouvelles avancées, sous le haut patronage du ministère de l’Enseignement supé-rieur et de la recherche, constitue un acte de résistance fort et ludique au cloisonnement entre Sciences et Humanités auquel s’associent des jurés prestigieux du monde des sciences et des lettres.

L’écriture et l’imagination ne sont pas l’apanage des seuls littéraires et les avancées scientifiques constituent un formidable tremplin pour l’écriture d’imagination !

Pour sa cinquième édition, le concours « Nouvelles avancées » s’ouvre aux classes et élèves du secondaire (collèges et lycées). Voici le thème du concours 2013-2014, inspiré par l’actualité scientifique  :

 

Lire la suite