Antigone : celle qui choisit de dire non. Parcours de personnage en seconde professionnelle

"Antigone recouvrant le corps de Polynice", de Marie Stillman (1844 –1927)

« Antigone et Ismène enterrant Polynice », de Marie Stillman, 1873

Les enjeux d’Antigone
à travers les siècles
et son actualité dans les programmes

de seconde professionnelle

« Depuis le Ve siècle avant Jésus-Christ, la sensibilité occidentale a vécu les moments cruciaux de son histoire et de son identité en référence à la légende d’Antigone et à sa prolongation artistique et spéculative. »

Cette affirmation de George Steiner, qui a recensé plus de deux cents versions d’Antigone, marque à quel point le personnage et son mythe structurent en profondeur la pensée occidentale. Devenu depuis le XIXe siècle le « dénominateur commun conceptuel » de notre lecture à la fois de la psychologie collective, de la structure sociale et des codes symboliques, le mythe d’Antigone focalise tout particulièrement notre « économie de l’imaginaire ».

Lire la suite

Programme de littérature de la classe terminale littéraire pour l’année scolaire 2015-2016

• "Œdipe roi", de Pier Paolo PasoliniPour l’année scolaire 2015-2016, la liste des œuvres obligatoires inscrites au programme de littérature de la classe terminale de la série littéraire est la suivante :

A. Domaine d’étude Littérature et langages de l’image :

– Œdipe roi, de Sophocle (édition au choix du professeur) ;

– Œdipe roi, de Pier Paolo Pasolini, film italien, 1967 (édition au choix du professeur).

B. Domaine d’étude Lire-écrire-publier :

– Madame Bovary, de Gustave Flaubert.

 

Lire la suite

Le mythe de Prométhée. La question de l’homme dans les genres de l’argumentation, du XVIe siècle à nos jours

Le supplice de Prométhée sur une coupe antiqueCe dossier propose d’aborder l’un des quatre objets d’études communs à toutes les premières de série générale : La question de l’homme dans les genres de l’argumentation, du XVIe siècle à nos jours.

Le mythe de Prométhée constitue une entrée particulièrement appropriée dans cet objet d’étude complexe, dont les enjeux peuvent être d’un accès difficile : en effet, les programmes recommandent d’engager une réflexion anthropologique à portée universelle, associée à une analyse approfondie du genre argumentatif.

Par ailleurs, il est demandé aux enseignants de proposer aux élèves des textes différents de ceux étudiés en seconde.

Lire la suite

Cinéma et littérature : « Briser la ligne du temps ». Entretien avec Éric Vuillard

Éric Vuillard, "Tristesse de la terre"Éric Vuillard vient de publier Tristesse de la terreUne histoire de Buffalo Bill Cody. Ce récit s’éloigne des lieux que la littérature française a l’habitude d’emprunter en se tournant vers l’Amérique, celle des Indiens, du spectacle, celle qui réécrit sa légende et qui s’efforce de la rendre matérielle.

Il s’approprie par la littérature et par l’utilisation de la photographie ce qui était venu jusqu’à nous le plus souvent par les moyens du cinéma. Son film, Mateo Falcone, vient d’être distribué. Bien qu’il puisse se présenter comme une adaptation, il s’agit avant tout d’une expérience singulière de spectateur, où se retrouvent la violence et la contemplation.

Le western est présent ici, comme une façon de s’approcher au plus près de ce récit aux allures de mythe, et d’un regard d’enfant.

Ces questions d’image, d’enfance et de création sont au cœur de cet entretien.

Lire la suite

« Noé », de Darren Aronofsky

« Noé », de Darren AronofskyDarren Aronofsky, l’immense réalisateur de Black Swan (2010), a obtenu le succès dès son premier film, π (1996), œuvre ambitieuse, à la fois sociologique et métaphysique, qui nous introduit à Wall Street et nous entraîne jusqu’aux mystères numérologiques de la Kabbale.

La Bible a été sa source d’inspiration privilégiée, en particulier dans The Fountain (2006), où il déploie les significations du verset 24 du chapitre 3 de la Genèse : « Ayant chassé l’homme, il posta en avant du jardin d’Eden des chérubins agitant une épée flamboyante, pour garder les abords de l’arbre de vie. »

L’histoire d’un médecin qui ne peut se résigner à voir mourir son épouse malade y présente l’homme comme un chercheur frénétique de connaissance et la femme comme le symbole de la vie sage et sereine, qui implique la mort.

Avec Noé, Darren Aronofsky s’attaque à la mise en scène d’un épisode biblique proprement dit, les fameux chapitres 6 à 9 de la Genèse sur le déluge, cataclysme primordial devenu la métaphore par excellence de toutes les catastrophes naturelles et historiques et la preuve de la malédiction divine.

Lire la suite

À la rencontre d’Yvan Pommaux

couv.1_4L’École des lettres consacre un numéro et un dossier en ligne – une somme de dix-huit articles – à Yvan Pommaux, l’auteur-illustrateur de Corbelle et Corbillo, Angelot du Lac, L’Île du monstril, Tout est calme !, John Chatterton détective, Avant la télé, Véro en Mai…, le narrateur inspiré des albums mythologiques Thésée, comment naissent les légendes, Orphée et la morsure du serpent, Œdipe, l’enfant trouvé, Ulysse aux mille ruses, Troie la guerre toujours recommencée…, mais aussi le « metteur en scène » et passeur de La Double Inconstance, dans Rue Marivaux… Lire la suite

« Psychologie et Philosophie. Conférences Zofingia (1896-1899) », de C. G. Jung

jung-philosophie-et-psychologieCarl Gustav Jung est avant tout connu pour sa dissidence à l’égard du mouvement freudien. Ses théories relatives à l’inconscient collectif sont généralement considérées, dans le monde universitaire français, avec une certaine condescendance et sa contribution aux études littéraires est purement et simplement ignorée.

C’est à peine si l’on songe à mentionner la dette que de grandes figures des lettres françaises comme Bachelard ou Gilbert Durand ont contractée envers son œuvre. On gagnerait par ailleurs à découvrir ou relire ses réflexions littéraires sur l’Ulysse de Joyce, qui font preuve d’une magnifique compréhension de la modernité.

Les éditions Albin Michel poursuivent avec une belle constance, et sous la direction de Michel Cazenave, la traduction des œuvres de Jung. Le dernier opus, Psychologie et Philosophie. Conférences Zofingia (1896-1899) n’est certes pas la plus déterminante des œuvres de Jung, mais il éclaire d’un jour nouveau l’édifice théorique à venir et confirme, si besoin en était, que la dissension avec Freud était, somme toute, inéluctable. Lire la suite

Le mythe de Sherlock Holmes revisité

Dans un essai rigoureux et documenté, Natacha Levet revisite le mythe de Sherlock Holmes. Explorant les causes d’un succès qui bien vite dépassa son auteur, elle scrute le texte initial (le canon) pour montrer en quoi il autorisait la fabrication du mythe et balaye un siècle de réécritures diverses.

Si Conan Doyle n’invente pas le roman policier – on sait que la figure de son infaillible détective doit beaucoup aux créations de Poe (Dupin) et de Gaboriau (Lecoq), il lui donne une popularité que nul héros n’avait eue jusque-là et Natacha Levet montre que le succès de Sherlock Holmes doit beaucoup aux conditions de sa publication.

Lire la suite