« Il racconto dei racconti » (« Le Conte des contes »), de Matteo Garrone

tales-of-talesIl racconto dei racconti (Le Conte des contes) est le recueil le plus ancien d’Europe, écrit au XVIe siècle en napolitain par Jean Baptiste Basile, qui puisait beaucoup dans la Bible.

C’est lui qui a inspiré les frères Grimm et Perrault. On ne s’étonnera donc pas de trouver dans le film de Matteo Garrone leurs thèmes favoris, la stérilité féminine vaincue, l’affrontement de la Belle et de la Bête, les ogres, les fées et les sorcières.

L’Animalité y est omniprésente, incitant à se demander qui est plus monstrueux des bêtes ou des hommes, question philosophique qui habite le cinéma italien depuis Monicelli et Fellini.

Lire la suite

La série des « Pozzis », de Brigitte Smadja, illustrée par Alan Mets. Un monde où tout est pozzible…

 couvmouchegabaritBrigitte Smadja a décidé un jour de tenter une expédition vers les territoires du merveilleux, ceux où tout est permis, après avoir longtemps arpenté ceux du réalisme. De sa complicité avec Alan Mets, au dessin coloré et si vivant, est né un nouveau monde, celui des Pozzis.

Nous y pénétrons, invités par Abel, dont le prénom biblique et l’initiale suggèrent des temps nouveaux. Le tome I endosse la promesse d’une histoire qui va durer, se compliquer, se développer…

À l’heure où paraissent les deux derniers épisodes de la série, explorons cet univers étrange, drôle et mystérieux.

Lire la suite

« Oz », de Lyman Frank Baum

"Le Magicien d'Oz", suivi du "Merveilleux pays d'Oz", de Lyman Frank BaumDorothée est une jeune orpheline qui habite le Kansas. Emportée par Un cyclone en compagnie de son chien, elle atterrit avec sa maison dans un étrange pays, écrasant au passage la méchante sorcière de l’Est.

Désireuse de rentrer chez elle, Dorothée prend conseil auprès de la (gentille) sorcière du Nord, qui lui recommande d’aller trouver le puissant magicien d’Oz dans la cité d’émeraude.

Publié en 1900, Le Magicien d’Oz, de l’écrivain américain Lyman Frank Baum, illustré par William Wallace Denslow, a d’emblée connu un énorme succès conforté par de nombreuses adaptations – comédies musicales et versions cinématographiques.

On a tout écrit sur Oz: apologie du communisme, métaphore d’un monde en crise dans lequel la cité d’émeraude aurait la couleur du billet vert, et même… opération de contrôle des esprits orchestrée par les Illuminati ! Comment mieux dire l’influence d’un livre pour enfants ? Lyman Frank Baum, lui, avouait seulement avoir voulu écrire un conte dans la lignée de ceux des frères Grimm et de Hans Christian Andersen, mais d’où serait bannie toute « morale terrifiante »…

Quant à ces deux lettres, «Oz », qui ont tant fait couler d’encre, il les aurait lues sur le dernier tiroir du classeur posé sur son bureau : premier tiroir : A-G ; deuxième tiroir : H-N ; troisième tiroir… O-Z.

Lire la suite