Illettrisme, difficultés linguistiques : quelles réponses sur le territoire francilien ?

Le MOTifLe MOTif, observatoire du livre et de l’écrit en Île-de-France, organise, en partenariat avec l’ANLCI (Agence nationale de lutte contre l’illettrisme), une journée professionnelle sur l’illettrisme, et plus largement sur les difficultés linguistiques le jeudi 10 septembre 2015 à l’Archipel, Paris VIIIe.

Décrétée « Grande cause nationale » en 2013 par le Premier ministre, la lutte contre l’illettrisme connaît depuis des avancées majeures. Pour autant, sur les territoires, les professionnels et acteurs locaux peinent à comprendre et identifier le phénomène de l’illettrisme, souvent confondu avec les besoins d’apprentissage de la langue française, eux-mêmes importants en Île-de-France.

 

Lire la suite

Les Journées nationales d’action contre l’illettrisme

Agir ensemble contre l'illettrismeAujourd’hui en France, 2 500 000 personnes, soit 7 % de la population âgée de 18 à 65 ans, ne maîtrisent pas les compétences de base nécessaires en lecture, écriture et calcul pour être autonomes dans des situations simples de leur vie quotidienne, après avoir été scolarisées : écrire un message, lire le carnet scolaire de leurs enfants, comprendre une notice de médicament, une consigne de travail ou de sécurité, utiliser un distributeur automatique de billets, lire un plan, faire un calcul… autant d’actes simples du quotidien qui sont pour elles synonymes de gêne.

Ces personnes ont en commun de cacher leurs difficultés, de ne pas oser dire qu’elles ne savent pas lire ou écrire alors qu’elles ont été scolarisées. Et pourtant, il est possible de réapprendre quel que soit son âge.

Lire la suite

Les vrais enjeux de la réforme du collège

Effarant ! La mobilisation désormais politique contre la réforme du collège, autour des langues anciennes et des classes bilangues, est selon nous une injure aux véritables enjeux éducatifs en France, une insulte aux sans voix, aux petits, aux classes populaires, aux élèves en difficulté, aux jeunes en voie de déscolarisation, à celles et ceux qui avaient de justes raisons d’espérer dans cette réforme du collège une nécessaire amélioration de leur condition d’accès à la réussite scolaire et qui voient cette même réforme confisquée, détournée, désaxée par le mécontentement des alliés traditionnels des milieux favorisés qui savent pousser leurs enfants vers les filières ou options discriminantes.

Lire la suite

Des mots pour exister

"21 jours... au cœur de l'illettrisme", réalisé par Alexandra Alévêque et Philippe Lagnier © France 2

« 21 jours… au cœur de l’illettrisme », réalisé par Alexandra Alévêque et Philippe Lagnier © France 2

France 2 diffusait, mardi 16 décembre, un reportage d’Alexandra Alévêque, 21 jours… au cœur de l’illettrisme. Pendant ces vingt-et-un jours, la journaliste Alexandra Alévêque a animé des ateliers de lecture, d’écriture et de mathématiques, au sein de l’association « Mots et Merveilles » à Aulnoye-Aymerie, dans le nord de la France.

Elle y a rencontré un petit groupe de personnes qui ont grandi sans avoir acquis les connaissances de base en français et en mathématiques et qui ont accepté de se livrer. Un homme a cependant souhaité garder l’anonymat et explique, sous le regard bienveillant d’Alexandra Alévêque, la honte qu’il éprouve de ne pouvoir lire et écrire « comme tout le monde ».

Lire la suite

Favoriser la maîtrise de la langue française et agir contre l’illettrisme à l’école et avec l’école

Dans le cadre du Plan national de formation et des Journées de professionnalisation des acteurs du ministère de l’Éducation nationale, un séminaire sera organisé à Paris le 26 septembre 2014 sur le thème : Favoriser la maîtrise de la langue française et agir contre l’illettrisme à l’école et avec l’école.

Il sera animé par la Direction générale de l’enseignement scolaire, l’Inspection générale de l’Éducation nationale et l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme et réunira des chercheurs, des correspondants académiques de la formation initiale et de la formation continue, et des représentants d’associations engagées dans la prévention et la lutte contre l’illettrisme .

L’École des lettres rendra compte ultérieurement de cette rencontre qui vise un triple objectif :

– éclairer l’articulation possible et nécessaire entre les différents acteurs de l’Éducation nationale et faire mieux connaître les outils élaborés dans les académies ;

– renforcer les relations partenariales de l’Éducation nationale au sein des territoires pour mieux prévenir l’illettrisme ;

– permettre aux acteurs d’engager une réflexion sur un programme d’actions commun pour l’année qui s’ouvre.

Lire la suite

Illettré, ça prend un ou deux « t » ?

garamontQu’est-ce que ce mot, Illettré ? Avec un « i » majuscule, on dirait presque qu’il possède trois « l ». Cependant tel l’oiseau, il a décidé de s’en tenir à deux.

De toute façon, un mot qui commence par trois consonnes identiques, en français, ça ne s’est jamais vu. Pas encore du moins.

Prêt à s’envoler de ses deux « l », les deux « t » d’illettré, à l’instar de deux pieds, le maintiennent fermement à terre. Entre ciel et terre, à sa tête se dresse le préfixe négatif il- qui présage un manque. Il-lettré: sans lettres. Un mot muni d’un semblant de tête qui exprime l’absence, avec deux ailes, deux pieds et qui n’a pas de lettres ?

Vous vous moquez, ce n’est pas un mot mais la Victoire de Samothrace ! Ou bien tout simplement une grande piperie ! Une personne adulte sans lettres, me souffle-t-on. Une personne sans lettres ? Illettré est à prendre au pied de la lettre, de la tête aux pieds ! Une personne qui n’est pas lettrée. Ayant été à l’école, et qui a dû pour des raisons diverses la quitter.

Lire la suite

La politique éducative 2014-2015 dans la circulaire de rentrée

Ministère de l'Éducation nationaleLa circulaire n° 2014-068 du 20 mai 2014 définit les grandes orientations de la rentrée scolaire 2014.

Elle comporte un texte inaugural qui précise la politique adoptée et dix-neuf annexes détaillées que nous reproduisons ici :

1. Le conseil supérieur des programmes : missions et calendrier de travail. – 2. Des pratiques pédagogiques repensées dans une nouvelle organisation du temps scolaire. – 3. L’évaluation des acquis des élèves. – 4. Le conseil école-collège. – 5. Renforcer la continuité de formation de l’enseignement scolaire à l’enseignement supérieur. – 6. Le campus des métiers et des qualifications. – 7. Développer l’apprentissage en établissement public local d’enseignement (EPLE). – 8. La formation continue des adultes. – 9. La contribution de l’éducation nationale au service public régional de l’orientation (SPRO). – 10. Le travail en équipe et la formation dans les réseaux de l’éducation prioritaire. – 11. Le dispositif « plus de maîtres que de classes ». – 12. Mieux scolariser les élèves à besoins éducatifs particuliers ou en situation de handicap. – 13. Le plan de prévention et de lutte contre l’illettrisme. – 14. Lutter contre le décrochage scolaire. – 15. La formation en alternance des stagiaires. – 16. Les services numériques. – 17. La construction d’une mémoire collective. – 18. L’éducation au développement durable. – 19. Une politique éducative sociale et de santé en faveur des élèves rénovée.

Lire la suite

Contre l’obscurantisme et la censure : « Lire est le propre de l’homme. De l’enfant lecteur au libre électeur »

Dessin d'Alan Mets

Dessin d’Alan Mets © l’école des loisirs

L’école des loisirs a publié voici quelque temps un recueil de témoignages et réflexions de cinquante auteurs et illustrateurs pour l’enfance et la jeunesse auquel les polémiques actuelles sur le livre et l’éducation redonnent une très vive actualité.

Ce manifeste de 192 pages, disponible gratuitement, très largement diffusé, se propose de rappeler l’importance du livre dans le développement de l’enfant et de l’adolescent, ainsi que le lien vital qui existe entre lecture, éducation, liberté et, donc, démocratie.

Comme le souligne Marie-Aude Murail, « ce n’est pas la lecture qui est en danger, ce sont les illettrés ».

Certains pseudo-lecteurs de livres pour la jeunesse – mais vrais agitateurs – souhaitent régulièrement tirer parti de l’ignorance et des peurs pour tenter de disqualifier, auprès des parents et d’une opinion qu’ils espèrent perméables, auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, et, bien sûr, personnels de l’Éducation publique. La ficelle est classique et finit pas s’user. L’objectif récurrent ? Mettre en évidence un « complot » contre la structure familiale traditionnelle avec la complicité d’un État déliquescent.

Les créateurs, les éditeurs, les professeurs et les enfants rêveurs n’ont qu’à bien se tenir.

Car l’enjeu est bien là : c’est l’éducation du sens critique qui donne aux lecteurs la possibilité de choisir et leur assure d’être des femmes et des hommes libres demain. Ces temps-ci, il semblerait que cela ne soit pas du goût de tous…

l’École des lettres

Lire la suite