« François d’Assise selon Giotto », de Michel Feuillet

Michel Feuillet, "François d'Assise selon Giotto"Vous avez peut-être, par un jour de mai, gravi doucement les pentes du Monte Subasio pour parvenir au colle dell’Inferno, en ce lieu dominant où fut construite, vers le milieu du XIIIe siècle, à l’initiative du pape Nicolas IV, une vaste basilique destinée à recevoir les reliques du saint et à rendre hommage à sa vie exemplaire.

Vous êtes à Assise, au cœur de l’Ombrie, là où rayonne, malgré les encombrantes boutiques de souvenirs, la présence de François dont l’existence est racontée en vingt-huit scènes, peintes à fresque par Giotto et son atelier, dans la basilique supérieure.

Puis vous descendrez d’un niveau pour vous recueillir sur la tombe du poverello et admirer, dans le transept, d’autres peintures programmatiques, Les allégories franciscaines.

Continuer la lecture

« À nous de jouer ! », de Stéphane Hessel

stephane-hessel-a-nous-de-jouerAu moment même où, à plus de quatre-vingt-quinze ans, le très jeune Stéphane Hessel décidait de prendre congé de la vie, les éditions Autrement faisaient paraître un opuscule, qu’on déclarera posthume, dans lequel l’auteur du fameux Indignez-vous ! donnait quelques pistes pour passer à l’action et affronter la crise économique et financière qui bouleverse le monde.

L’ouvrage, assez disparate et traduit de l’allemand, est composé de quatre parties précédées d’une courte préface à l’édition française. D’abord, une présentation générale due à Roland Merk, écrivain et journaliste se partageant entre Bâle et Paris ; puis la retranscription du discours prononcé à Zurich le 27 octobre 2011, sous le titre « Appel aux indignés de cette terre » ; suit la discussion avec le public dirigée par le journaliste André Marty ; enfin, un dialogue assez consistant avec Roland Merk intitulé : « Ayez de la compassion ! Au seuil de la société mondiale. »

Continuer la lecture

Adieu à l’Indigné

stephane_hesselStéphane Hessel a décidé de prendre congé, discrètement, par une froide journée de février. Nous aurions pu le croire éternel, tant sa force de conviction et l’intensité de ses engagements le rendaient jeune, indifférent à l’état-civil qui lui avait donné quatre-vingt quinze ans en novembre dernier, puisque le hasard l’avait fait naître au moment même où la vieille Russie entamait sa révolution.

Nous l’aurions voulu éternel, pour qu’il puisse encore longtemps nous apporter sa ferveur contagieuse, son enthousiasme juvénile, son pouvoir de séduction et d’indignation, ce thème, développé il y a environ trois ans dans un livre d’à peine un peu plus de dix pages, lui ayant apporté une tardive notoriété. Continuer la lecture

« La Part des anges », de Ken Loach

Il y a beaucoup d’anges dans le cinéma de Ken Loach, qui en vieillissant, ressemble de plus en plus à Frank Capra. N’a-t-il pas introduit Éric Cantona comme ange gardien (de but bien entendu) auprès d’un postier de Manchester en détresse dans Looking for Eric (2009)?

Le mot est pris à la fois au sens propre et métaphorique dans La Part des anges : on appelle ainsi la partie du volume d’un alcool qui s’évapore pendant son vieillissement en fût. C’est généralement dans les chais d’armagnac ou de cognac qu’on emploie cette expression, mais Ken Loach l’applique au whisky, invention irlandaise ou écossaise, dont le nom – celtique ou gaélique – signifie « eau de vie ».

Jamais ce sens n’a trouvé de plus juste application que dans ce film, où un éducateur au grand cœur – véritable ange gardien – sauve littéralement un groupe de délinquants condamnés à une peine de travaux d’intérêt  général en les initiant secrètement pendant son temps libre à l’art du whisky ! Continuer la lecture

Quelle place pour l’émotion dans l’éducation?

Dans les années 90 le livre de Daniel Goleman, L’Intelligence émotionnelle, a popularisé les travaux des chercheurs, psychologues et éducateurs qui mettaient en évidence le rôle majeur que jouent les émotions dans l’acquisition des connaissances, mais aussi dans l’intelligence des comportements sociaux.

Loin d’être ce qui gêne, doit être tenu à l’écart ou, au mieux, négligé dans les situations d’apprentissage, les émotions, bien identifiées, bien contrôlées, bien utilisées facilitent la réussite éducative, améliorent la motivation, la mémorisation et la compréhension. En effet, l’apprentissage ne se fait pas sur un terrain neutre et les états affectifs influent sur les résultats.

Continuer la lecture

L’œuvre de Rabelais sur www.ecoledeslettres.fr

L’École des lettres met à la disposition des professeurs de collèges et de lycées ainsi que des candidats à l’agrégation de lettres 2012 quinze études et propositions de séquences expérimentées en classe pour explorer  l’œuvre de François Rabelais.

• Découvrir le sommaire détaillé du dossier de « l’École des lettres ».

• L’œuvre de Rabelais en un volume dans la collection « Classiques abrégés« .

• Parcourir les Archives de « l’École des lettres ».

Le « Rabelais » de Mireille Huchon, passionnant et magistral, sélectionné pour le Goncourt de la biographie

Cette année, Rabelais est au programme de littérature en Terminale littéraire (Gargantua), des agrégations de lettres (Le Quart livre), et du concours de l’École normale supérieure. De ce fait, la biographie de Mireille Huchon arrive à point nommé pour intéresser un vaste public.

Le lecteur non averti découvre en Rabelais un homme complexe (écrivain, médecin, moine, juriste, polyglotte, espion, alchimiste, mathématicien, astrologue…) évoluant dans un XVIe siècle dominé par François Ier, Henri VIII et Charles Quint (devenu Picrochole sous la plume facétieuse de Rabelais). Continuer la lecture