Les « Contes » d’Hoffmann, séquence pour la classe de quatrième

E.T.A. Hoffmann, "Contes, "Classiques abrégés"Préconisée par les Instructions officielles pour la classe de quatrième, la lecture des Contes d’Hoffmann soulève généralement des problèmes de compréhension littérale. La complexité des constructions dramatiques aux narrations enchâssées, la densité des phrases, la fantaisie font souvent préférer au professeur de français l’efficacité d’un auteur comme Maupassant.

L’édition des Contes dans la collection « Classiques abrégés » lève en partie ces difficultés. Il n’en demeure pas moins que s’immerger dans l’œuvre d’Hoffmann, c’est faire l’expérience d’une lecture littéraire un peu déroutante, mais c’est aussi rencontrer un esprit libre, épris de musique et d’absolu. Ses nouvelles sont un témoignage essentiel sur ce romantisme qui, en Europe, devait libérer la créativité de tous les carcans théoriques.

Lire la suite

« Les Garçons et Guillaume, à table ! », de Guillaume Gallienne

"Les garçons et Guillaume, à table!" de Guillaume GalienneÀ 41 ans, Guillaume Gallienne est sociétaire de la Comédie-Française, acteur de cinéma et de télévision, lecteur de grands textes classiques, animateur d’émissions télévisées. En 2011, il a aidé le chorégraphe russe Alexeï Ratmansky à adapter Illusions perdues d’Honoré de Balzac pour le ballet du Bolchoï, spectacle qui est invité à l’Opéra de Paris à partir du 4 janvier 2014. On l’a vu en mai et juin derniers au théâtre du Vieux-Colombier exceller dans le rôle d’Oblomov, le personnage inventé par l’auteur russe Ivan Gontcharov, dans la mise en scène fine et drôle de Volodia Serre.

Au même moment, il présentait au festival de Cannes l’adaptation cinématographique d’un spectacle intimiste intitulé Les Garçons et Guillaume, à table !, qu’il avait écrit en 2008 avec Claude Mathieu, et dans lequel il racontait avec humour son enfance, son éducation et les traumatismes qu’elle avait pu engendrer.

Dans cette comédie autobiographique, il explique en effet que, sa mère ne le traitant pas comme ses frères, il a cru ne pas être un garçon comme eux. Ainsi poussé à « faire la fille », il a eu une dépression nerveuse à l’âge de douze ans.

Lire la suite

« La Vie d’Adèle, chapitres 1 et 2 », d’Abdellatif Kéchiche

Abdellatif Kechiche, "La Vie d'Adèle"Les mini scandales qui accompagnent la sortie du film  d’Abdellatif Kéchiche risquent de faire perdre de vue sa véritable dimension.

Car il s’agit non pas d’un film voyeuriste, comme on voudrait nous le faire croire, mais d’une œuvre d’art, à référence doublement littéraire puisque son premier titre était celui de la bande dessinée de Julie Maroh, Le bleu est une couleur chaude (Glénat, 2010), dont il est adapté, tandis que le second La Vie d’Adèle chapitres 1 et 2, renvoie à La Vie de Marianne, roman inachevé de Marivaux, qui nous fait vivre à la première personne et en huit parties l’accession d’une jeune orpheline à une position sociale en même temps qu’à l’amour et à la maturité.

Pour placer le film sous le signe de Marivaux, une élève de première lit dès le début un passage-clé de ce roman, et répète sans trop comprendre : « Car je suis femme… »  Tel est bien l’enjeu du film. Qu’est-ce qu’être une femme ? Privilège ou malheur ? Choix ou destin ?

Lire la suite

2001-2012 : réflexions sur les programmes de français au lycée

La conception et l’écriture d’un programme d’enseignement constituent à coup sûr un exercice difficile : il faut du talent pour en présenter un nouveau, cautionné et promu par l’institution, sans désavouer l’ancien, qui fut prescrit quelques années plus tôt…

De nos jours, les auteurs voudraient donner l’impression qu’ils bâtissent à chaux et à sable quand ils ne font que planter les décors éphémères du théâtre pédagogique. D’où ces textes, si habilement composés et argumentés qu’ils paraissent devoir échapper à toute contestation, d’autant que leur publication au BO les rend aussitôt sacrés.

Pourtant, une question simple se pose :  le nouveau programme corrige-t-il les défauts du précédent et est-il plus adapté aux conditions réelles d’enseignement ? Lire la suite