« Viva », de Patrick Deville : bandes et duos

"Viva", de Patrick DevilleMexique, 1937. Le sort de deux hommes se joue dans ce pays qui servira de havre aux fugitifs, aux exilés, aux rêveurs et artistes.

Le premier a débarqué à Tampico, poursuivi de lieu en lieu par les sbires de Staline : c’est Léon Trotsky. Le second veut écrire une œuvre totale, unique et il met sa vie en jeu pour ce faire, c’est Malcolm Lowry.

Le nouveau roman de Patrick Deville les suit, les met en parallèle, les montre parmi d’autres, leurs contemporains, qui se nomment Diego Rivera et Frida Kahlo, Tina Modotti, Traven ou Antonin Artaud. Certains vivent depuis toujours à Mexico et y ont leur bande. D’autres passent ou semblent se glisser comme des ombres à peine reconnaissables.

Continuer la lecture

« La Cour de Babel », de Julie Bertuccelli

"La Cour de Babel", de Julie BertuccelliDes adolescents écrivent au tableau des mots de leur langue maternelle et les traduisent en français.

L’orthographe est hésitante, mais ils s’appliquent à cet exercice, qui leur permet d’évoquer des souvenirs, de communiquer avec leurs camarades et d’apprendre la langue de leur pays d’adoption.

Dès cette première séquence du film de Julie Bertuccelli, la métaphore biblique est pleinement justifiée. Car elle explore et renouvelle ce que Derrida définit comme  « le mythe de l’origine du mythe, la métaphore de la métaphore, le récit du récit, la traduction de la traduction », avec sa double valence : châtiment divin par la perte irréparable de la langue adamique commune qui introduit la confusion (première étymologie) ou au contraire dans la cité de Dieu  (deuxième étymologie) instauration positive de la diversité et des conditions de l’altérité (François Marty),  invitation à « l’ouverture à l’autre, celui qui m’est radicalement différent, comme voie qui mène au Tout autre » (Emmanuel Lévinas), chance inestimable pour l’homme d’échapper à l’uniformisation stérilisante (Marie Balmary).

Continuer la lecture

Swann a cent ans, Camus vient de naître

Swann a cent ans…

Marcel ProustIl est des personnages littéraires qui parviennent à acquérir une telle notoriété qu’on peut les considérer comme réels : ainsi pour Hamlet, Harpagon, Goriot, Bardamu et… Swann, l’un des personnages du monumental ouvrage de Proust, À  la recherche du temps perdu.

Si ces héros littéraires ne vieillissent pas, les œuvres où ils apparaissent sont soumises, elles, à l’écoulement du temps et permettent des commé-morations. D’où ce titre, « Swann a cent ans », car le livre où le personnage de Swann apparaît pour la première fois fête son centenaire. Du côté de chez Swann, en effet, premier volume de Recherche de Marcel Proust est paru en 1913.

Et le 13 novembre 1913, naît, dans un petit village d’Algérie, celui qui deviendra l’un des écrivains les plus importants du XXe siècle, Albert Camus.

Continuer la lecture

150e anniversaire de la publication des « Misérables », de Victor Hugo

En 1862, Victor Hugo, exilé à Guernesey, reçoit les premières épreuves des Misérables dont la rédaction a été amorcée dix ans plus tôt. Un contrat a en effet été prévu l’année précédente avec l’éditeur bruxellois Albert Lacroix qui en publiera les dix volumes.

De nombreuses manifestations sont prévues pour commémorer cet événement qui prend un relief particulier avec les effets sociaux de la crise économique en France et en Europe, et certains commentateurs n’hésitent pas à rapprocher la colère des « misérables »  de celle des « indignés »…

 

Continuer la lecture