« Alabama Monroe », de Felix van Groeningen

felix-van-groeningen-alabama-monroeLe film du réalisateur belge Felix van Groeningen Alabama Monroe relate avant tout une histoire d’amour fusionnel, dans l’arrière-pays flamand, entre deux musiciens country, le joueur de banjo Didier et la tatoueuse Élise.

Après La Merditude des choses (2009), portrait plein d’outrance burlesque et de noire mélancolie d’une famille adonnée à la bière et à l’abjection, le cinéaste change de genre et d’univers pour donner un film poétique et émouvant sur un mariage fougueux, détruit par l’adversité.

Continuer la lecture

Exposition virtuelle : les albums Mame de l’entre-deux-guerres

Dans le cadre de l’appel à projets 2007 de l’Agence nationale de la recherche, une équipe de chercheurs de plusieurs disciplines (histoire économique et sociale, histoire de l’édition, histoire de l’art, littérature) s’est constituée afin d’étudier la production pour la jeunesse de la maison d’édition Mame, fondée à Tours en 1779.

D’abord spécialisée dans l’édition religieuse, la maison a tiré parti des lois scolaires des années 1830-1880 pour développer une très importante production de livres de prix et d’ouvrages pour la jeunesse. C’est cette édition enfantine – imagiers, abécédaires, albums, contes illustrés – qu’une exposition virtuelle permet de découvrir aujourd’hui. Continuer la lecture

Maurice Sendak et ses Maximonstres

Maurice Sendak, l’auteur du mythique album Max et les Maximonstres (Where the Wild Things Are), récemment adapté au cinéma, est mort le 8 mai 2012, à 83 ans, à l’hôpital de Danbury, dans le Connecticut. Selon le New York Times, il aura « libéré les livres illustrés du monde aseptisé et rassurant de la garderie d’enfants pour les plonger dans les recoins sombres, effrayants et magnifiques de la psyché humaine ».

« Chaque parent doit être un peu en deuil aujourd’hui et, pour chaque enfant ayant grandi avec ce livre (Max et les Maximonstres), c’est un triste jour », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche.

Ces dernières années, Maurice Sendak  avait travaillé comme créateur de costumes et de décors pour l’opéra et le ballet au Royaume-Uni et aux États-Unis. Il disait détester vieillir et voir ses amis partir. Concernant sa propre mort, il disait : « Je suis prêt. »