« Le Triangle d’hiver », de Julia Deck

"Le Triangle d'hiver", de Julia Deck

Thé ou café

Quel est le point commun entre la constellation formée par Sirius, Bételgeuse et Procyon, la Bérénice de Jean Racine, et le trajet SNCF entre Le Havre et Saint-Nazaire via Paris ?

Tous trois forment un triangle que l’on qualifiera d’équilatéral dans le cas du triangle d’hiver, le plus brillant dans le ciel de décembre.

On dira de même pour le trio que forme l’Inspecteur, Mademoiselle et Blandine Lenoir, les trois personnages du Triangle d’hiver, nouveau roman de Julia Deck.

 

Continuer la lecture

« Les Combattants », de Thomas Caillez : le premier amour est un exercice de survie

"Les Combattants", de Thomas CaillezAvec Madeleine et Arnaud, ce ne sera pas « l’amour à la plage » comme le chantait le tube d’un été, fût-ce dans les Landes, sur les berges du lac de Contis où ces deux adolescents entament leur première « lutte ».

« La fille » (jouée par la comédienne, Adèle Haenel, celle-là même qui tenait la dragée haute à Sara Forestier dans Suzanne, 2013) s’est en effet convaincue d’adopter désormais le « mode survie » des soldats de commandos.

« Le garçon » (Kevin Azaïs) a moins de certitudes qu’elle quant à l’avenir apocalyptique du monde et à la nécessité de s’y préparer. De la mort, il n’a en tête, dès l’entame du film, que celle de son père « menuisier » auquel, avec son frère, il aurait tant voulu dédier un cercueil fabriqué dans du vrai bois de pin…

Continuer la lecture

« Alabama Monroe », de Felix van Groeningen

felix-van-groeningen-alabama-monroeLe film du réalisateur belge Felix van Groeningen Alabama Monroe relate avant tout une histoire d’amour fusionnel, dans l’arrière-pays flamand, entre deux musiciens country, le joueur de banjo Didier et la tatoueuse Élise.

Après La Merditude des choses (2009), portrait plein d’outrance burlesque et de noire mélancolie d’une famille adonnée à la bière et à l’abjection, le cinéaste change de genre et d’univers pour donner un film poétique et émouvant sur un mariage fougueux, détruit par l’adversité.

Continuer la lecture

« Bête de cirque », de Tiphaine Samoyault

tiphaine-samoyault-bete-de-cirqueEnfant, la narratrice s’est distinguée. Et elle a connu la honte, une double honte : celle de se trouver au centre des regards, comme un animal savant. Elle venait  de remporter un caddie rempli de nourriture dans un supermarché. Cet épisode est l’un de ceux que rapporte Tiphaine Samoyault dans Bête de cirque, récit autobiographique.

Encore que le terme « autobiographique » enferme. Ce que raconte l’écrivain est une expérience de la honte que l’on partage, quand bien même on ne serait pas une femme de sa génération...

Continuer la lecture