Amin Maalouf. Heurs et malheurs de la filiation

Amin Maalouf

Amin Maalouf

Né à Beyrouth en 1949, Amin Maalouf quitte le Liban en 1976 pour s’installer à Paris où il devient rédacteur en chef de Jeune Afrique.

Après le succès de son premier livre, Les Croisades vues par les Arabes, il renonce au journalisme. Son œuvre se partage entre des romans (Léon l’Africain, Samarcande, Les Jardins de lumière, Le Premier Siècle après Béatrice, Le Rocher de Tanios, roman pour lequel il a reçu le Prix Goncourt, Les Échelles du Levant, Le Périple de Baldassare, Les Désorientés et des essais : Les Croisades vues par les Arabes, Les Identités meurtrières, Le Dérèglement du monde.

Entre les deux, il y a une œuvre centrale, Origines, qui raconte l’histoire de la famille de l’auteur. Amin Maalouf est-il un chasseur des mauvais augures ou un diseur de bonne aventure ? Habité par les douleurs du monde qui blessent sans répit l’espèce humaine fragile depuis la « nuit-aube » des temps, son œuvre romanesque fait cheminer le lecteur des routes lumineuses de la Soie aux champs minés des obscurantismes, de l’« Orient désert » au soleil cou coupé de l’Occident.

Confrontant les identités salutaires aux « identités meurtrières », elle interroge les consciences sans jamais leur faire la leçon, déroulant son fil d’Ariane du point d’origine au point de fuite… « Je ne changerai pas de route à cause de mon nom, je ne changerai pas de nom à cause de ma route » (Samarcande).

Lire la suite