Martin Scorsese à la Cinémathèque française

Passion

Exposition Martin Scorsese à la Cinémathèque françaiseUn grand artiste ouvre de nombreuses portes, les chemins qu’il emprunte conduisent sur d’autres chemins. Avec lui, on n’en finit pas de découvrir, d’apprendre, de s’émouvoir.

Et tel est le cas avec Martin Scorsese. Son intelligence est indissociable de son immense culture cinématographique et musicale. C’est à la fois un classique, ancré dans la tradition américaine, et un moderne. Son œuvre tient à une vision du monde née dans l’enfance. Le terme de passion est à donc à entendre dans sa polysémie.

L’exposition qui commence à Paris, après avoir été présentée à Berlin et avant de partir pour Melbourne, illustre ces passions.

Lire la suite

Littérature et spiritualité en Bretagne

litterature-et-spiritualite-en BretagneEn ces temps où certains médias se plaisent à voir une revendication identitaire dans les manifestations de « bonnets rouges », nous recommanderions volontiers la lecture de Littérature et spiritualité en Bretagne, actes d’un colloque qui s’est tenu à l’institut catholique de Rennes en 2010.

Jakeza Le Lay, qui a coordonné la composition de l’ouvrage, explique dans sa préface qu’il s’est agi, lors de ce colloque, de cerner l’identité bretonne sous l’angle de « l’une des ses composantes : la spiritualité ». Faut-il dès lors considérer que le christianisme breton serait teinté d’une coloration particulière, générateur d’un imaginaire original ?

Oui, si l’on en croit la préfacière qui remonte aux origines de la christianisation pour défendre sa thèse : « Le christianisme breton, écrit-elle, s’inscrit dans une continuité des cultes anciens. La Bretagne, contrairement à la France, a été évangélisée par des saints gallois, irlandais, autrement dit, celtes. Ce christianisme est monastique, caractérisé notamment par la contemplation, la mortification, la prière (contrairement au christianisme épiscopal – christianisme romain, centré sur l’évêque – dans le reste de la France). »

L’idée est séduisante et peut expliquer la tonalité mélancolique assortie aux nuances de bleus et verts tendant sur le gris des paysages bretons qui colorent les écrits de bien des auteurs évoqués dans ce recueil.

Lire la suite