« L’Esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalisme artiste », de Gilles Lipovetsky et Jean Serroy

gilles-lipovetsky-jean-serroy-l-esthetisation-du-mondeEntre les mots capitalisme et artiste, il ne semble pas y avoir une grande affinité sémantique. Le premier renvoie à des pratiques de thésaurisation, d’exploitation économiques, de rentabilité. Le second évoque une bohème nonchalante, une créativité désintéressée, un culte idéaliste du beau.

Dans ce solide ouvrage paru chez Gallimard, les sociologues de la vie contemporaine Gilles Lipovetsky et Jean Serroy ont associé ces termes apparemment éloignés pour dessiner les contours d’une étrange planète nommée hypermoderne dans laquelle valeur économique et valeur esthétique se mêlent, voire se confondent.

Or, cette improbable planète où la sensibilité se mesure en dollars, où l’émotion devient un marché, cette planète qu’on croirait imaginaire, est la nôtre, celle du XXIe siècle, âge d’or d’une consommation délirante qui habille les produits des parures clinquantes de l’art.

Continuer la lecture

« Cosmopolis », de David Cronenberg

Don DeLillo, l’un des plus importants romanciers américains d’aujourd’hui, est un sculpteur de mots qui a la spécialité d’extraire de la gangue du langage un style précis, détaché, anatomique.

Ses intrigues fragmentées, complexes et épurées à la fois, dévoilent au fil des pages leur singularité. Et il se complaît dans les situations apocalyptiques, qu’il fait revivre à ses lecteurs comme le 11 septembre dans L’Homme qui tombe (2008), ou qu’il prophétise comme dans Cosmopolis.

On trouve en effet dans ce petit roman de 2003 adapté au cinéma par David Cronenberg une saisissante chronique de la crise des subprimes de 2010. Continuer la lecture