« Le Bleu des abeilles », de Laura Alcoba

"Le Bleu des abeilles"; de Laura AlcobaDe La Plata au Blanc-Mesnil

En 2007 paraissait Manège, Petite histoire argentine, un court roman de Laura Alcoba qui mettait en scène la narratrice, enfant, dans l’Argentine en crise des années soixante-dix. On était à quelques mois du coup d’État qui conduirait Videla et ses comparses au pouvoir et plongerait le peuple argentin dans une période de violence.

L’enfant qui racontait, était fille de militants révolutionnaires ; son père était en prison, sa mère et elle vivaient dans la clandestinité, à La Plata.

Fausse identité, silence, nécessité de se cacher et de changer de refuge, ce roman décrivait tous ces tourments du point de vue de l’enfant qui ne comprend pas toujours, mais qui obéit aux strictes consignes des adultes. Le récit qui en résultait avait une forme d’innocence ou de naïveté qui mettait à distance une réalité sans doute moins légère qu’il y paraissait.

Lire la suite

« Jours de pêche en Patagonie », de Carlos Sorin

Jours de pêche en Patagonie - affiche du filmCarlos Sorin a l’habitude de composer ce qu’il appelle des « historias minimas » (titre d’un film de 2002), des histoires minuscules, comme dans ses derniers films, La Ventana (La Fenêtre, 2009) ou Bombón El Perro (Le Chien Bonbon, 2004).

Jours de pêche en Patagonie raconte une histoire très simple de gens ordinaires, une aventure minimale sur un ton minimaliste. Marco Tucci, représentant en roulements à billes de Buenos Aires d’origine italienne, a décidé de prendre quelques jours de vacances en Patagonie pour s’essayer à la pêche au requin et revoir sa fille.

Lire la suite

«L’Homme d’à côté», de M. Cohn et G. Duprat, et «Medianeras», de G. Taretto, ou le nouveau cinéma argentin

Issu d’une longue tradition, qui a eu son âge d’or dans les années 40, le cinéma argentin connaît depuis la fin de la dictature un extraordinaire renouveau, dont témoigne une nouvelle vague de réalisateurs originaux et audacieux.

Citons seulement, sur une cinquantaine de noms, Lucrezia Martel, Pablo Trapero ou Daniel Burman. Ces artistes ont réussi à franchir les limites de l’Amérique latine et sont maintenant appréciés à leur juste valeur à l’étranger, notamment en France.

C’est un film argentin, Las Acacias, de Pablo Giorgelli, qui a obtenu à Cannes la caméra d’or, récompensant le meilleur premier film. Et ce cinéma est à l’affiche en ce moment avec deux films vraiment intéressants, qui ont la particularité d’exploiter tous deux la spécificité architecturale de Buenos Aires, L’Homme d’à côté de Mariano Cohn et Gaston Duprat et Medianeras de Gustavo Taretto, dont l’enjeu commun est un mur mitoyen, sens du mot « medianera ».

Lire la suite