« La Grande Guerre des écrivains », textes choisis et présentés par Antoine Compagnon

Antoine Compagnon, "La Grande Guerre des écrivains"Le sujet s’y prête, en raison évidemment de la commémoration du centenaire, mais aussi de l’abondance de la production, car, ainsi que l’écrit Antoine Compagnon dans sa préface : « Aucun événement historique, ni règne, ni conflit, ni révolution, n’a déchaîné autant de littérature que la Première Guerre mondiale. »

Et l’auteur de l’anthologie ajoute, quitte à risquer le blasphème : « Grande, elle l’est rien que par les tonnes de papier qui furent noircies durant ses quatre années et plus … »

Cet enrichissement inattendu de notre patrimoine littéraire aurait presque pour conséquence de faire oublier l’étendue du carnage, ce qu’un seul chiffre, donné en début, suffit à rappeler : « 27 000 soldats français [tués] pour la seule journée du 22 août [1914]. »

Lire la suite

Printemps des poètes : « La Poésie au cœur des arts », par Christian Poslaniec et Bruno Doucey

Bruno Doucey et Christian Poslaniec, "La Poésie au cœur des arts"Le XVIe Printemps des poètes, qui se déroule du 8 au 23 mars, a pour thème cette année : Au cœur des arts.

Jean-Pierre Siméon, qui dirige cette manifestation, souligne que « la poésie a toujours eu un lien étroit et naturel avec les arts premiers que sont le chant, la danse et le théâtre, elle est aussi souvent l’arrière-pays, le moteur secret ou le point d’appui de la création dans les arts plastiques, la photographie, la composition musicale, le court-métrage cinématographique, la vidéo, voire le cirque… Ni au-dessus ni à côté, la poésie est au cœur de toute aventure artistique».

Ce Printemps favorise donc le dialogue entre  poètes et artistes.

Lire la suite

Dominique Viart : « Anthologie de la littérature contemporaine française. Romans et récits depuis 1980 »

Dominique Viart, "Anthologie de la littérature française contemporaine. Romans et récits depuis 1980"Le plaisir de la découverte

À tous les ronchons, les bougons et autres déclinistes qui voient dans la littérature française un chef-d’œuvre en péril, on ne saurait trop conseiller la lecture de l’anthologie que Dominique Viart a constituée et qui a paru au mois de novembre dernier.

Ce choix de textes qui ne cherche pas l’exhaustivité mais donne à lire un très grand nombre d’auteurs ayant écrit depuis les années soixante-dix s’ouvre sur une préface optimiste.

Non, la littérature n’est pas en péril, du moins pas du côté de celles et ceux qui écrivent et renouvellent les formes, les problématiques, qui s’ouvrent aux arts et genres voisins de l’écrit.

Lire la suite