« Mustang », de Deniz Gamze Ergüven. Le manifeste de la jeune fille

 

"Mustang", de Deniz Gamze ErgüvenMustang,  réalisé en 2015, est le premier long-métrage de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven. Le récit est assez simple, puisqu’il suit la vie d’une bande de cinq sœurs et la façon dont elles vont résister (ou non) à une oppression familiale, qui conduit à leur enfermement et à la répression de leurs désirs.

Le cheminement du film suit la courbe d’une descente aux enfers, avant de se terminer sur une note à la fois attendue et ouverte, mais résolument optimiste.

La mécanique scénaristique est plutôt estompée, mais elle n’est est pas moins implacable : elle prend la forme d’un compte à rebours ou d’un goulot d’étranglement.

Continuer la lecture

La jeune fille au cinéma. Entretien avec Zeynep Jouvenaux, programmatrice au Forum des images

Zeynep Jouvenaux, Forum des images

Zeynep Jouvenaux

Le Forum des images, à Paris, consacre une partie de son été à programmer des films autour du thème de la jeune fille. Il ne s’agit pas de montrer l’intérêt narratif d’un personnage, mais surtout de questionner la place donnée à la jeune fille dans la société et de discuter la façon dont le cinéma s’en empare.

L’éventail est large, du film d’horreur au film naturaliste, du film d’auteur au film hollywoodien. Malgré ces différences, des questions récurrentes s’imposent, qui touchent à l’ordre social que la jeune fille assume ou remet en question, à l’identité féminine dont le cinéma montre comment elle peut être induite par les représentations sociales et révéler la fabrication des stéréotypes.

L’âge de la jeune fille renvoie alors à des questions d’affirmation, de reconnaissance du féminin et de transmission. Entre secret et sauvagerie, conscience et apprentissage, revendication et passage de relais, la figure de jeune fille est une figure de transformation et de création.

Zeynep Jouvenaux, la programmatrice de ce cycle, nous parle de ce qui l’a guidé dans ses choix et des questions auxquelles sa programmation ouvre.

Continuer la lecture

« Reality », de Matteo Garrone

Anachronique, improbable, un carrosse doré, avec conducteur et valet de pied en habit rouge, pénètre dans un palais baroque où il est accueilli par une foule enthousiaste. Un couple de mariés en descend sous les acclamations et la fête commence dans ce décor de pacotille, inaugurant le contraste fondateur du film entre rêve et réalité, clinquant et banal, brillant et sordide.

L’animateur Enzo en est la vedette, naguère promue instantanément par sa participation à Grande Fratello (Big Brother en italien), l’équivalent de notre Loft.

Continuer la lecture