L’écran : une illusion d’optique didactique ?

ecrans-2La réalité économique oblige à constater que relativement peu d’enfants et d’adolescents bénéficient l’été de longues plages de déconnexion susceptibles de les divertir – de les détourner – de leurs écrans compagnons, tablettes ou téléphones portables. À côté des privilégiés à qui sont proposées des situations suffisamment stimulantes et attractives pour les détourner de ces objets fétiches, une majorité reste sous leur emprise .

La question est donc de savoir si la sur-présence des écrans, a fortiori en saison estivale où le désœuvrement demeure prééminent pour nombre d’entre eux, ne justifie pas la plus grande réserve sur son universalisation en classe.

Lire la suite

Le rapport de l’Unicef France 2014 fait ressortir le cumul des inégalités vécu par les enfants en situation de privation et le malaise grandissant entre l’enfance et l’adolescence

Unicef 2014Pour la deuxième année consécutive, l’Unicef France a mené une étude d’une ampleur exceptionnelle auprès des 6-18 ans, « Écoutons ce que les enfants ont à nous dire ».

Deux principaux enseignements s’en dégagent, jetant une lumière crue sur la situation des enfants et des adolescents vivant en France : les enfants en situation de privation cumulent les difficultés en matière d’intégration sociale ; par ailleurs, plus du tiers des participants est en situation de souffrance psychologique, et cette proportion augmente avec l’âge, atteignant 43 % chez les plus de 15 ans.

La prévalence des idées suicidaires, de la tentative de suicide et des conduites addictives chez les adolescents est elle aussi d’une ampleur inquiétante.

Lire la suite

« Her », de Spike Jonze

"Her", de Spike JonzeSpike Jonze est l’un des réalisateurs américains les plus inventifs. Being John Malkovitch (1999), Adaptation (2003) et Max et les Maximonstres, d’après Maurice Sendak (2009), ont fait mesurer sa capacité d’imaginer un univers à la fois très proche du nôtre et tout à fait déviant.

Le monde qu’il décrit dans Her n’est pas encore celui où nous vivons, mais lui ressemble à s’y méprendre. Nous n’avons pas encore recours à des écrivains publics pour écrire nos lettres, mais nous envoyons des cartes postales pré-rédigées ou électroniques. Nous avons développé avec nos téléphones ou nos ordinateurs portables des relations de dépendance et de nombreux adolescents sont soignés pour de telles addictions.

Théodore Twombly vient de se séparer de sa femme. Sa vie solitaire se résume à écrire des lettres pour autrui, à jouer à des jeux vidéo sophistiqués et à chatter pour trouver une partenaire sexuelle virtuelle. Une vie par procuration en somme.

Lire la suite