Georges Perec, « un contemporain capital posthume »

Partons d’une photo, en couverture de l’album de la « Bibliothèque de la Pléiade », conçu par Claude Burgelin : Georges Perec ouvre grand les yeux, esquisse un petit sourire, a l’air de cet enfant qu’il est resté.

Ses amis et ceux qui l’apprécient le soulignent, il avait conservé l’esprit d’enfance. Il aimait jouer, il aimait les calembours, les mots d’esprit, et ce qui reste de son adolescence dans le fameux Je me souviens, que l’on retrouvera dans le premier tome de la « Pléiade », ce sont les rengaines des années cinquante, les expressions que le temps fige, les mots simples qui prennent des virages imprévus.

Lire la suite

« L’Insurrection de l’âme. Frantz Fanon, vie et mort du guerrier-silex », de Raphaël Confiant

La quatrième de couverture du dernier roman de Raphaël Confiant, L’Insurrection de l’âme. Frantz Fanon, vie et mort du guerrier-silex, présente celui-ci comme l’« autobiographie imaginée d’un Martiniquais dont l’œuvre et la trajectoire marquèrent l’histoire non seulement de l’Algérie et du Tiers-Monde, mais aussi du monde entier : Frantz Fanon, le ”guerrier-silex” comme le définissait son compatriote Aimé Césaire ».

Un sujet et une démarche d’écriture qui intéresseront tous les lecteurs.

Lire la suite

« N’être personne », de Gaëlle Obiégly. Pour se débarrasser de son existence

"N'être personne", de Gaëlle ObiéglyUn vendredi en fin d’après-midi, la narratrice de N’être personne se trouve enfermée dans les toilettes de l’entreprise qui l’emploie comme hôtesse d’accueil. Munie d’un simple stylo-bille et du papier hygiénique dont elle dispose, elle « rumine », songe et écrit les pages qu’on lit.

Sur cette trame très simple, insignifiante, Gaëlle Obiégly écrit un livre qu’on ne saurait classer, entre le reportage, le recueil d’aphorismes, la réflexion sur l’écriture, avec un sens et un goût du coq-à-l’âne, des liens improbables et des digressions qui font de la lecture une activité incessante et vivante.

Lire la suite

« La Sainte Famille », de Florence Seyvos. Comme l’eau d’un lac

"La Sainte Famille", de Florence SeyvosVoici, pour reprendre le titre d’un beau roman paru il y a trois ans, quelques petites scènes capitales [1]. Voici de ces instants qui n’ont l’air de rien, semblent n’appartenir à aucun temps ni aucun lieu.

Il y est question d’une maison au bord d’un lac, de chambres closes, parfois fermées à clef, et l’on y rencontre, sous un tableau figurant Ariane, maîtresse du labyrinthe, des êtres parfois tortueux, cruels, et d’autres plutôt désorientés.

On y croise aussi des personnages qui ont la simplicité des enfants, telle cette grand tante Odette, cousine éloignée d’Henri, bouleversant héros avec Buster Keaton du Garçon incassable, le précédent roman de Florence Seyvos.

Lire la suite

La vie littéraire après la déferlante des prix

livres-2015-2016-2Cette fois c’est bien la fin de la période de rentrée littéraire. Les prix ont distingué quelques-uns des auteurs dont on parle depuis le début de l’année, Leila Slimani, Yasmina Reza ou Ivan Jablonka ; d’autres sont demeurés dans l’ombre, et l’actualité change de monture, s’ouvrant aux redécouvertes et aux romans  étrangers, à vrai dire essentiellement américains.

Lire la suite

« Légende », de Sylvain Prudhomme. Une histoire de papillons

"Légende", de Sylvain PrudhommeC’est un lieu méconnu « au nom comme coupé au milieu, inachevé, foudroyé net – la Crau. Hercule, désarmé, y aurait affronté les Ligures. Dans cette plaine brûlée par le soleil, le mistral arase tout, en hiver. Les bergeries accueillent brebis et moutons, principale population des lieux. À l’horizon, le site de Fos-sur-Mer dégage ses fumées. Arles n’est pas loin non plus.

C’est dans ce cadre qu’a grandi Nel, photographe, fils de Maurice un ancien berger. C’est là qu’il s’est lié d’amitié avec Matt, un « fabricant de chiottes » qui tourne parfois des documentaires. Matt a ainsi travaillé sur les westerns camembert, tournés par Joe Hamman avant la Première Guerre mondiale, dans les carrières d’Arcueil, le bois de Meudon, les étangs de Camargue ou les étendues arides de la Crau, « une sorte de rêverie ».

Lire la suite