« L’impossible exil. Stefan Zweig et la fin du monde », de George Prochnik

"L’Impossible Exil. Stefan Zweig et la fin du monde", de George ProchnikLe livre, traduit de l’anglais, que nous offre George Prochnik sur Stefan Zweig, est aussi passionnant que déconcertant. Déconcertant d’abord par sa forme, très éloignée des biographies classiques ou des essais, au demeurant assez nombreux, consacrés à l’auteur du Monde d’hier.

L’ouvrage se propose, ainsi que l’indique son titre, de décrire les années d’exil de l’écrivain, à partir de 1935, successivement en Angleterre, aux États-Unis (surtout) puis au Brésil, où il se donnera la mort avec sa compagne, Lotte en février 1942, et d’analyser en même temps le sens et l’importance de cet arrachement à sa terre natale autrichienne.

Mais ce travail s’éloigne d’une approche que nous appellerions cartésienne, le récit n’ayant rien de linéaire, mélangeant les époques et les lieux, bouleversant la chronologie, introduisant des anecdotes secondaires et des éléments personnels grâce auxquels l’auteur, citoyen américain, mais lui-même descendant de juifs viennois immigrés, s’identifie au personnage dont il trace l’itinéraire.

Lire la suite

Primo Levi, « Moi qui vous parle. Conversation avec Giovanni Tesio »

Primo Levi, "Moi qui vous parle. Conversation avec Giovanni Tesio"Trente ans après la mort de Primo Levi, un petit livre d’entretiens paraît. Petit mais riche et éclairant. Ce Moi qui vous parle aurait dû constituer la base d’une biographie autorisée que Giovanni Tesio souhaitait écrire sur l’écrivain et témoin que nous connaissons.

Primo Levi a participé à trois entretiens, un quatrième était prévu, qui n’a jamais eu lieu. La dépression chronique qui l’affectait a eu raison de lui, mais pas seulement elle ; l’air du temps, qui était à la négation du crime, le sentiment de ne plus pouvoir transmettre, d’autres causes plus intimes.

Lire la suite

Myster William

Daniel Bougnoux, "Shakespeare. Le choix du spectre"Faisant écho à la chronique par Stéphane Labbe dans ces colonnes du Dictionnaire amoureux de Shakespeare de François Laroque (« Bouquins », Robert Laffont), on s’intéressera ici – dans le torrent éditorial qui accompagne la célébration de l’auteur (?) de Hamlet – à Shakespeare. Le Choix du spectre, l’ouvrage à contre-courant que Daniel Bougnoux publie aux Impressions nouvelles.

Comme on le sait, quatre siècles maintenant nous sépareraient de la disparition de William Shakespeare (1564-1616) – du moins officiellement…

D’où nous vient donc, vous demanderez-vous, cet usage du conditionnel suspicieux, cette propension au point d’interrogation accusateur, cette insidieuse tendance enfin à user de la locution restrictive ?

Lire la suite

Pierre Daix, « Aragon retrouvé (1916-1927) »

Pierre Daix, "Aragon retrouvé"Pierre Daix, qui nous a quittés à la fin de l’année dernière, nous laisse un nombre considérable de livres (plus de soixante-dix) dont, parmi ses nombreux essais, plusieurs consacrés à deux créateurs importants du XXsiècle qu’il a personnellement bien connus, Pablo Picasso et Louis Aragon.

Son ultime ouvrage, à partir d’un manuscrit achevé à la veille de sa mort, porte sur l’écrivain et vient compléter la solide biographie publiée en 1975, reprise et augmentée à deux reprises (1994 et 2004) et complétée, il y a peu (2009), par Aragon avant Elsa.

Lire la suite

« Guillaume Apollinaire », de Laurence Campa

"Apollinaire", par Laurence CampaIl y a toujours une bonne raison pour parler d’Apollinaire, un de nos poètes lyriques les plus attachants. Mais il en est deux qui sont liées à l’actualité.

D’une part, et il en a été question sur ce site, le centenaire de la parution d’Alcools, recueil qui fut publié au printemps de l’année 1913.

D’autre part, les commémorations – qui ne font que commencer – de la Grande Guerre à laquelle le poète fut intimement lié, pour laquelle il versa son sang et qui, indirectement, entraîna sa mort prématurée, à trente-huit ans, le 9 novembre 1918, à deux jours de l’Armistice.

Lire la suite

Des séquences inédites et des « récits de vie » pour les lycées professionnels et pour les classes de BTS

Éditions GlobeL’histoire d’un passionné d’électronique qui bouleversa le monde de l’informatique, l’épopée d’un jeune apprenti devenu le chef le plus étoilé au monde, le portrait d’un génie des maths formé à l’école soviétique ou encore les success-stories d’adolescents ayant arrêté l’école pour entreprendre un apprentissage

Dédié aux publics des lycées professionnels et des classes de BTS, Globe est un département éditorial de l’école des loisirs – maison d’édition indépendante dont bien des titres sont recommandés par le ministère de l’Éducation nationale.

Cette « littérature du réel », qui traite des sujets d’actualité dans un style alerte, favorisera des échanges productifs entre professeurs et élèves, mais permettra aussi d’établir des liens transversaux avec les matières scientifiques, l’histoire-géographie et, bien évidemment, avec les matières techniques.

Lire la suite

« En cherchant Majorana, le physicien absolu », d’Étienne Klein

Étienne Klein, "En cherchant Majorana, le physicien absolu"C’est sur les traces d’une figure fascinante de la physique moderne que se lance Étienne Klein dans ce petit livre passionnant qui cherche à élucider un double mystère. Celui d’une disparition et celui d’une révélation.

La disparition, c’est celle d’Ettore Majorana, jeune prodige de la physique moderne qui, un beau soir de mars 1938, devait se volatiliser sur le ferry qui assurait la liaison Naples-Palerme. Le jeune homme sortait alors d’une longue période de neurasthénie et venait d’accepter un poste de chargé de cours à l’université de Naples. Ses deux dernières lettres sont adressées au directeur de l’université : dans la première, il affirme son intention de disparaître, dans la seconde, il a ces paroles énigmatiques : « la mer m’a refusé », et il annonce sa démission prochaine, refusant d’être assimilé a une héroïne d’Ibsen.

Étienne Klein y voit une piste : pour lui, l’œuvre d’Ibsen est celle du « mensonge vital », or Majorana venait de se mentir à lui-même en cherchant à adopter une normalité qui ne correspondait en rien à ses aspirations les plus profondes.

Lire la suite

Une biographie sans complaisance de Saint-Exupéry par Virgil Tanase

virgile-tanase-saint-exuperyAntoine de Saint-Exupéry est un sujet de choix pour les biographes. Bien que courte (quarante quatre années) sa vie fut remplie, tumultueuse, héroïque, contrastée, romanesque.

Il ne ressemble en rien aux écrivains sages et rangés qui, pour accomplir l’œuvre qu’ils portent en eux, ont besoin du refuge protecteur d’une maison isolée. Saint-Ex, de ce point de vue, c’est l’anti-Flaubert. Toujours en mouvement, pressé de vivre et d’agir, nul Croisset ne peut le fixer.

Les caractéristiques de sa personnalité, cette impatience permanente, mais également son indépendance, sa désinvolture, son élégance, son sens de l’honneur, sa distraction, son goût de la fête, son culte de l’amitié (nous pourrions continuer l’énumération) ressortent parfaitement du livre que Virgil Tanase (à qui l’on doit une adaptation théâtrale du Petit Prince) lui consacre dans la collection « Folio biographie » dirigée par Gérard de Cortanze.

Lire la suite