« Bel-Ami », de Guy de Maupassant, proposition de séquence

"Bel-Ami", de Maupassant, dans l'édition de Xavier-Laurent Petit, "Classiques abrégés"Bel-Ami, roman de Maupassant qui parut tout d’abord en feuilleton dans Gil Blas (du 6 avril au 30 mars 1885), retrace la fulgurante ascension d’un « aventurier » de la Belle Époque. L’histoire se déroule entre le 28 juin 1880 et le 20 octobre 1882, sous la présidence de Jules Grévy (30 janvier 1879 – 2 décembre 1887).

La classe sociale triomphante est issue de la finance et des affaires ; elle pactise avec les journaux qui, depuis la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, sont devenus un support politique et financier. Le personnage du baron Walter est, dans le roman, une figuration de cette collaboration. Les agiotages provoqueront d’ailleurs le scandale du krach de l’Union Générale en 1882, évoqué par Émile Zola dans L’Argent.

Maupassant avait lui-même été journaliste pour Gil Blas, journal de centre gauche, mondain et boulevardier, mais aussi pour L’Écho de Paris, Le Figaro et La Revue des Deux Mondes. Il écrivit également, pour Le Gaulois, des reportages sur l’Algérie, ainsi que des chroniques mondaines sur les salons et intérieurs d’artistes, qui inspireront les expériences journalistiques du personnage principal de Bel-Ami.

 

Un condensé réaliste de la société de l’époque

Le roman de Maupassant est un condensé réaliste de la société de l’époque, brassant journalistes, financiers, politiciens, mais aussi aristocrates, parvenus, prostituées et paysans normands. Bel-Ami est ancré dans un lieu : le quartier montant des affaires situé dans la partie nord-ouest de Paris, autour de la gare Saint-Lazare. Au fur et à mesure de l’ascension sociale du personnage, l’espace géographique du roman s’étend des Grands Boulevards jusqu’aux Champs-Élysées et à la Madeleine.

Le récit peut également apparaître comme un roman à clefs, ce qui confirme son registre réaliste. D’aucuns ont, en effet, reconnu en Walter l’homme d’affaires Arthur Meyer, directeur du journal Le Gaulois. Des chroniqueurs de La Vie française ont été rapprochés des journalistes Albert Wolff et Aurélien Scholl. Laroche-Mathieu emprunte certains traits au député Laroche-Joubert, qui avait spéculé dans l’affaire de la Tunisie en 1881, transposée dans le roman en affaire du Maroc. Quant au peintre Karl Marcowitch, il s’inspire de l’artiste Munkacsy.

« J’ai voulu simplement raconter la vie d’un aventurier « 

Mais Bel-Ami ne peut se résumer à cette facette réaliste. Se posant en moraliste, Maupassant peint, dans cette fable cynique, un personnage sans envergure, dépourvu de sens moral, seulement animé par son arrivisme. Lorsque la presse, discréditée dans le roman, s’en prend à Maupassant, celui-ci refuse d’ailleurs de se faire l’avocat de son personnage.

« Bel-Ami », illustration de Ferdinand Bac, Librairie Paul Ollendorff, 1894

« Bel-Ami », illustration de Ferdinand Bac, Librairie Paul Ollendorff, 1894

Dans la lettre qu’il publie le 7 juin 1885 dans Gil Blas, il explique :

« J’ai voulu simplement raconter la vie d’un aventurier pareil à tous ceux que nous côtoyons chaque jour dans Paris et qu’on rencontre dans toutes les professions existantes. » Il le peint comme « simplement affamé d’argent et privé de conscience », comme une « graine de gredin », une « crapule », et précise : « Il n’a aucun talent. C’est par les femmes seules qu’il arrive. » Le lecteur qui aurait des velléités de sympathie pour le personnage est ainsi averti.

Georges Duroy, même s’il gravit les échelons sociaux avec une grande rapidité, n’est pas un héros. Il ne défend aucune valeur positive et se montre souvent amoral ; il profite des occasions plus qu’il ne les suscite, réussit grâce aux femmes, qu’il finit par brutaliser physiquement et moralement. Sa réussite sociale culmine lors de son mariage avec Suzanne Walter. L’ancien hussard désargenté du début du roman vise désormais la députation. Cette ascension sociale, financière et politique va de pair avec la dégradation morale et affective du personnage.

 

Une incarnation romanesque des sept péchés capitaux

À la fin du récit, le surnom «Bel-Ami» résonne ironiquement, et le personnage, tenu à distance par le narrateur et discrédité, est définitivement rendu antipathique.

« Bel-Ami », illustration de Ferdinand Bac, Librairie Paul Ollendorff, 1894

« Bel-Ami », illustration de Ferdinand Bac, Librairie Paul Ollendorff, 1894

Nous pourrions aller plus loin et voir en Georges Duroy une incarnation romanesque des sept péchés capitaux. Georges Duroy nous semble, en effet, tour à tour animé par l’envie, la gourmandise, la luxure, la colère, l’orgueil, la paresse et la vanité. Or, c’est précisément par ces péchés que Duroy réussit. Maupassant signe avec ce roman un pamphlet contre une époque où triomphe la dévaluation morale.

Notre séquence, destinée aux classes de quatrième, mais également adaptable pour des classes de seconde, répondra à la problématique suivante : Bel-Ami est-il un héros ?

Elle reposera sur quatre lectures analytiques (l’incipit, le duel, la conquête de Mme Walter, l’excipit), une analyse comparée sur le thème « À nous deux, Paris » (avec des extraits de L’Éducation sentimentale, du Père Goriot, du Rouge et le Noir et de La Curée). L’objectif principal étant la lecture d’une œuvre du XIXe siècle, nous présenterons le courant réaliste et centrerons notre propos méthodologique sur la notion de héros.

Nous étudierons donc la technique du portrait, les procédés de désignation et de caractérisation et, plus particulièrement, l’adjectif qualificatif. Quatre types d’évaluation seront proposés : des préparations de lecture, une dictée avec  des questions, un exercice d’expression écrite et un travail de synthèse.

Laurence Sieuzac

.

Plan de la séquence intégrale
consacrée à « Bel-Ami », de Maupassant

.

« Bel-Ami », illustration de Ferdinand Bac, Librairie Paul Ollendorff, 1894

« Bel-Ami », illustration de Ferdinand Bac, Librairie Paul Ollendorff, 1894

I. Qu’est-ce que le réalisme ?

II. L’entrée en scène du personnage.

III.  La technique du portrait.

IV. Les procédés de désignation et de caractérisation.

V. À nous deux, Paris !

VI. Le duel.

VII. L’adjectif qualificatif.

VIII. La stratégie de séduction de Bel-Ami.

IX. L’apothéose de Georges Duroy : ascension ou déchéance ?

X. Évaluations.

.

Télécharger instantanément
cette séquence intégrale au format pdf
(31 pages, 4 €, règlement en ligne sécurisé).

.

" Le Horla", de Guy de Maupassant à Guillaume Sorel, "l'École des lettres", 2014 Voir également sur ce site le sommaire détaillé du numéro de « l’École des lettres » de mars 2014 : « Le Horla », de Guy de Maupassant à Guillaume Sorel,

• l’entretien avec Guillaume Sorel qui vient d’adapter « Le Horla » en bande dessinée aux éditions Rue de Sèvres,

• ainsi que la critique de l’adaptation cinématographique de « Bel-Ami », de Declan Donnellan et Nick Ormerod, par Anne-Marie Baron.

.

.

.

• Maupassant dans la collection « Classiques« , « Classiques abrégés » :

Maupassant, "Histoires fantastiques"Histoire douces amères,

Neuf contes et nouvelles,

Histoires fantastiques (ce volume contient « Le Horla »),

Bel-Ami.

Des études ont été consacrées à chacun de ces titres; celles-ci sont téléchargeables dans les Archives de « l’École des lettres ».

• Tous les articles consacrés à Maupassant dans les Archives de l’École des lettres. 

S’abonner à l’École des lettres (France 36 €, cinq numéros par an, accès aux Archives – plus de 35 000 pages – et aux dossiers spécifiques du blog).

 

Print Friendly

51 réflexions au sujet de « « Bel-Ami », de Guy de Maupassant, proposition de séquence »

  1. Bonjour,
    J’envisage la lecture et l’étude de Bel-Ami avec une classe de 2nde Bac Pro en Guadeloupe. Les angles d’approche proposés et les notions abordées me conviennent tout à fait, d’autant que le niveau de ma classe est relativement faible.
    Par avance merci !

  2. Bonjour,

    Je travaille le réalisme et plus particulièrement le thème du héros avec mes deux classes de seconde . Je suis professeur de français au lycée Les Bressis à Seynod (74 600) et je serai très intéressée par la séquence sur Bel Ami .
    Je vous remercie d’ avance .
    E Robert

  3. Bonjour,

    Je découvre votre séquence très intéressante sur Bel-Ami au moment où je termine mon étude du roman réaliste avec des secondes au lycée St François Xavier à Vannes et je souhaiterai pouvoir la mettre en œuvre l’année prochaine.
    Merci de me la faire parvenir par mail.

    Bien cordialement

  4. Bonjour,
    A la rentrée prochaine, j’enseignerai en Lycée après des années en collège aussi je vous serais reconnaissante de bien vouloir me faire parvenir votre séquence sur Bel ami que je pense étudier dès le début de l’année scolaire afin de faire les ajustements et conforter ma propre préparation.
    Merci de me la faire parvenir par mail
    mon lycée : Lycée Saint Etienne qui prendra le nom de Fréderic Ozanam à la rentrée prochaine. (Cesson Sévigné)
    Cordialement

  5. Bonjour,
    Je viens de découvrir votre proposition de séquence sur Bel-Ami. J’aimerais recevoir cette séquence intégrale, en effet j’envisage d’étudier l’oeuvre avec des élèves allophones (version Classiques abrégés de l’Ecole des loisirs).
    Avec mes remerciements,
    Nathalie Marchais
    LPO Georges Brassens – COURCOURONNES (91)

  6. Chers collègues,
    je suis professeure de Lettres au Lycée français de Mexico
    et nous sommes plutôt isolés au niveau des contacts avec la France.
    Nous avons besoin de communications avec vous.

    Pourriez-vous nous envoyer votre séquence par email pour échanges ultérieurs. merci et à bientôt. evelyne Laroche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *