« Ma guerre. De La Rochelle à Dachau », de Guy-Pierre Gautier et Tiburce Oger

"Ma guerre. De La Rochelle à Dachau", de G. P. Gautier & T. Oger, éditions Rue de Sèvres

« Ma guerre. De La Rochelle à Dachau », de G.-P. Gautier & T. Oger, éditions Rue de Sèvres

.

« Ma guerre », notre histoire

Voilà un album qui fera sans doute date.

Loin de véhiculer des idées reçues sur les représentations de la Résistance et de la déportation durant la Deuxième Guerre mondiale, il donne à lire et à voir, avec nuance et humilité, dans une osmose redoutable entre le texte et l’image, le destin d’un homme ordinaire qui fut et doit être vu aujourd’hui comme un héros. Au sens plein du terme.

Lire la suite

Shoah et bande dessinée

Shoah et bande dessinée © Enki Billal

Shoah et bande dessinée © Enki Billal, Mémorial de la Shoah

La première fois que l’on a parlé d’un génocide dans une bande dessinée, c’était en 1919. On voyait des camps de concentration ottomans. Il était donc question du sort des Arméniens, et c’était dans un album mettant en scène… Bécassine.

Longtemps après, dans les années 2000, ce génocide donnera lieu au Décalogue, le génocide rwandais à d’autres bandes dessinées, et les crimes commis par les nazis envers les tsiganes ou homosexuels figureront eux aussi dans des albums que l’on peut feuilleter dans la dernière salle de l’exposition « Shoah et bande dessinée » qui vient de s’ouvrir au Mémorial de la Shoah à Paris.

Il va de soi que cette anecdote, découverte dans l’excellent catalogue accompagnant l’exposition, ne fait pas le cœur du sujet, lequel serait plutôt donné par le sous-titre du livre, L’image au service de la mémoire. Ce qui ne va pas de soi et suppose une réflexion sur l’image, sur la fiction et sur le témoignage aussi intense que celle que nous avons connue dans le domaine littéraire, et bien sûr le cinéma. Pour nous résumer, que montrer quand on parle de la Shoah ?

Lire la suite

Les éditions Rue de Sèvres au festival d’Angoulême

Éditions Rue de Sèvres

Les éditions Rue de Sèvres seront au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême du 26 au 29 janvier avec Zep, Alex Alice, Olivier Vatine, Dominique Bertail, Miguelanxo Prado, Juan Díaz Canales, Mayalen Goust, Fabrice Parme, Agnès Maupré, Olivier Tallec, Tiburce Oger, Mathieu Contis, Patrick Pion.

Infinity 8, la nouvelle série pilotée par Lewis Trondheim et Oliver Vatine, réservera bien des surprises.

À ne pas manquer : une exposition dédiée au Château des étoiles, pour rêver les yeux grand ouverts…

Lire la suite

Littérature de jeunesse, bande dessinée, « Lire sur la vague » vous invite au festival d’Hossegor du 13 au 16 mai 2016

Festival Lire sur la vague

 

Créé en 2015 pour fêter les cinquante ans de l’école des loisirs, Lire sur la vague n’est plus seulement un Festival dédié au livre jeunesse puisqu’il s’ouvre maintenant à la bande dessinée.

Cette année, de grandes maisons d’édition se déplaceront dans le Sud-Ouest : Actes Sud Junior, Albin Michel, Gallimard jeunesse, Hélium, Kaléidoscope, l’école des loisirs, Playbac, Rue de Sèvres, Thierry Magnier, sans oublier la présence des maisons d’édition jeunesse et de bande dessinée de la région Aquitaine : Croc en jambe, L’édune, Les Éditions Corentin, la Maison est en carton, Milathéa, les P’tits Bérets, S’éditions et d’autres encore.

Leur volonté commune est de partager, grâce au concours des auteurs, leur passion de la lecture jeunesse et leur exigence pour une production de qualité.

Lire la suite

« Avril et le monde truqué », de Franck Ekinci et Christian Desmares, d’après Jacques Tardi

"Avril ou le monde truqué", de Franck Ekinci et Christian Desmares, d'après l'œuvre graphique de Jacques Tardi © Canal plusComme un préambule à la COP 21

L’œuvre graphique de Jacques Tardi a déjà connu les honneurs d’une adaptation cinématographique avec le film de Luc Besson (2010) tiré des Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec. Néanmoins, le travail du réalisateur de Subway consistait en une incarnation des personnages de la bande-dessinée originelle.

Avec Avril et le monde truqué, les réalisateurs, Franck Ekinci et Christian Desmares, collaborent étroitement avec Tardi pour mettre en en mouvement un univers graphique à part sous sa forme initiale.

L’intrigue d’Avril et le monde truqué virtualise l’histoire contem-poraine. Son élément déclencheur étant la mort dans une explosion de l’empereur Napoléon III à la veille de la bataille de Sedan alors qu’il avait confié à un scientifique le soin de concocter une créature invincible. À partir de là, sans doute, on eût pu croire que le monde allait tourner plus rond, le jeu de dominos des guerres franco-prussiennes s’arrêtant avant de commencer.

Tel n’est évidemment pas le cas…

Lire la suite