« Rupture », de Maryline Desbiolles. Une petite flamme blanche

"Rupture", de Maryline Desbiolles« Alors il fit vraiment nuit et la nuit ressembla à la nuit. »

Cette phrase aux accents bibliques ouvre le nouveau roman de Maryline Desbiolles. Nouveau à tous égards : il s’agit d’une fiction avec des personnages imaginaires.

Depuis longtemps, l’auteure ancrait ses romans dans son existence, même si, pour reprendre un de ses titres, elle allait « faire un tour ». Le je qui racontait n’était pas tout à fait celui de l’écrivain et il empruntait bien des chemins de traverse et sentiers imprévus.

Lire la suite

Janvier 2018, la rentrée des auteurs confirmés

La seconde rentrée littéraire qui s’est ouverte en janvier est essentiellement française cette année et, comme souvent, consacrée avant tout aux auteurs confirmés : une du Libé des livres et de nombreux médias pour Régis Jauffret, celles de Livres et Idées (le supplément de La Croix) pour l’inattendu Patrick Grainville, portrait de Delphine de Vigan dans la rubrique Rencontre du Monde des livres et tous traversent les colonnes du Figaro littéraire.

Lire la suite

« Les Spectateurs », de Nathalie Azoulai. Parmi les étoiles

"Les Spectateurs", de Nathalie AzoulaiIl est assis devant la télévision dont les images sont depuis peu en couleurs. Elle feuillette les numéros de Photoplay, revue consacrée aux stars, qu’elle a rapportés de l’autre côté de la mer et contemple les photos en noir et blanc de Bette Davis et Miriam Hopkins, les rivales d’Hollywood. Elle trouve dans ces pages les modèles de robes que Maria, sa voisine et couturière lui confectionnera. Maria est la mère de Pépito, ami du personnage principal. Ce sont les seuls noms propres qu’on lit.

Les autres, c’est « il », « elle », père et mère d’un garçon d’une douzaine d’années, également désigné par ce seul pronom, et à travers qui on apprend l’histoire de la famille. « Un bateau coupe [leur] vie en deux » : avant l’exil, après. Ajoutons une petite fille née sur le tard, et atteinte d’une malformation à la hanche, et se constitue cette famille qui apparaît en première partie du roman, dans un immeuble qu’on suppose à Paris.

Lire la suite

« Aharon Appelfeld, le kaddish des orphelins », documentaire d’Arnaud Sauli

Valérie Zenatti, écrivaine et traductrice, avec Aharon Appelfeld © Dublin Fims

Valérie Zenatti, écrivaine et traductrice, avec Aharon Appelfeld © Dublin Fims

Un dialogue filial entre l’auteur et sa traductrice, Valérie Zenatti

L’écrivain napolitain Erri De Luca a coutume de célébrer dans les entretiens qu’il accorde avec parcimonie, le travail de sa traductrice française, Danièle Valin, à laquelle il voue une confiance totale. La relation qui s’est établi entre Aharon Appelfeld, auteur de langue hébraïque et Valérie Zenatti, sa passeuse vers le lectorat francophone, n’apparaît pas moins fidèle.

Comme le met en perspective le documentaire d’Arnaud Sauli, cette relation dépasse d’ailleurs le cadre strictement littéraire, se doublant d’un enjeu de transmission et de filiation. Lors d’une intervention au Mémorial de la Shoah, la veille de l’obtention du Prix du Livre Inter 2015 pour Jacob, Jacob, Valérie Zenatti s’était déjà exprimée avec son enthousiasme si caractéristique afin de faire partager son travail de traductrice de l’œuvre d’Aharon Appelfeld.

Avec une infinie tendresse et une vraie passion pour l’écriture, elle a enrichi par ses remarques et réponses à l’auditoire la mise en voix du premier roman destiné à la jeunesse de l’auteur né le 16 février 1932 à Czernowitz, Adam et Thomas.

Lire la suite

Toutes les vies d’Aharon Appelfeld

Aharon Appelfeld © Patrice Normand

Aharon Appelfeld © Patrice Normand

S’il fallait choisir un repère dans notre découverte d’Aharon Appelfeld, ce serait l’année 2004. Une jeune traductrice, également romancière qui publie à l’École des loisirs et à l’Olivier, le fait connaître, décide de donner toute son œuvre en français. C’est Valérie Zenatti. Alors paraît Histoire d’une vie, mémoires de l’écrivain, qui le révèle au public et reçoit le Prix Médicis.

Jusque là, peu de lecteurs l’avaient lu et ses romans paraissaient chez divers éditeurs, sans la continuité qui s’impose. Rendons hommage à Arlette Pierrot et Sylvie Cohen, ses traductrices ; elles savaient quelle importance était la sienne. Primo Levi appréciait sa « voix unique, inimitable. D’une éloquence toute en retenue » et dans Parlons travail, comme dans Opération Shylock, Philip Roth donne à entendre cette voix à travers des entretiens passionnants.

Mais à partir de Histoire d’une vie, nous avons pris rendez-vous avec lui, et même s’il ne sera plus là pour nous parler de son dernier roman traduit, nous lirons en février Des jours d’une stupéfiante clarté.

Lire la suite

Albert Camus, Maria Casarès, « Correspondance 1944-1959 »

Correspondance Albert Camus, Maria CasarèsIl est assez commun de penser qu’un grand écrivain, un intellectuel (c’est moins vrai pour une comédienne) est en totalité et en permanence absorbé par son œuvre, son travail d’écriture au point d’échapper aux servitudes de la vie quotidienne et aux tourments du cœur.

Heureusement les correspondances, ces plongées voyeuristes dans la vie privée, sont là pour corriger cette impression. On y vérifie qu’il est possible d’être un futur prix Nobel et de connaître les souffrances de la séparation, de disposer d’une plume élégante et souple et d’exprimer sa passion sur le ton d’un amoureux de roman populaire, de jouir d’une légitime célébrité et de se dire prêt à tout abandonner pour sauver quelques instants d’intimité.

Lire la suite

1918-2018. Un travail de mémoire interdisciplinaire à partir des témoins de la Grande Guerre

Les Carnets de guerre de Louis Barthas

Les Carnets de guerre de Louis Barthas

Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918

La Grande Guerre a été l’objet d’une mise en récit massive des expériences combattantes. Écrivains professionnels, écrivains en devenir ou simples soldats, nombre de combattants ont produit ce que l’on a nommé dès le début du conflit des récits de guerre fondés sur leur témoignage – carnets intimes, réflexions, correspondances avec leurs proches.

Par l’écriture, ils ont souhaité coucher sur le papier leur expérience, ce qu’ils ont vu ou vécu et ce qu’ils souhaitaient transmettre. Dès l’entrée en guerre, la mise en mémoire par l’écrit apparaît comme un enjeu majeur. Pour plus de deux millions de soldats mobilisés en août 1914, il s’agit de rendre compte de leur présence dans le conflit.

Lire la suite